La lutte contre la pau­vre­té : ren­for­cer les forces en­do­gènes

China Today (French) - - SOMMAIRE - HUANG CHENGWEI*

Ac­tuel­le­ment, la Chine est en­trée dans la phase dé­ci­sive de la lutte contre la pau­vre­té. Tou­te­fois, dans la pra­tique de la lutte ci­blée de l’éli­mi­na­tion de la pau­vre­té, les per­sonnes dé­fa­vo­ri­sées qui at­tendent, dé­pendent ou de­mandent de l’aide manquent de dy­na­misme et d’es­prit d’au­to­suf­fi­sance. Il est donc urgent et im­por­tant d’éli­mi­ner le désar­roi mo­ral chez ces per­sonnes, de ren­for­cer leur ca­pa­ci­té à faire re­cu­ler la pau­vre­té plu­tôt que de leur don­ner de l’aide, et d’éta­blir un sys­tème fiable de ré­duc­tion de la pau­vre­té.

La fai­blesse des forces en­do­gènes chez les per­sonnes pauvres se ca­rac­té­rise par :

— Le manque de ca­pa­ci­té. La plu­part des pay­sans déshé­ri­tés suivent le mode de pro­duc­tion trans­mis de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion. Ils n’osent pas es­sayer un nou­veau mode de pro­duc­tion. Comme ils n’ont pas re­çu une bonne édu­ca­tion, ils n’ont ni les connais­sances ni la ca­pa­ci­té de le faire. Ils manquent de dis­cer­ne­ments à l’égard des nou­velles choses. Ils ne savent pas com­ment gé­rer les risques.

— Le manque de cou­rage. Cer­tains pensent sou­vent qu’ils ne pour­raient pas s’adap­ter au nou­vel en­vi­ron­ne­ment lorsque le gou­ver­ne­ment leur pro­pose de se dé­pla­cer vers un nou­vel en­droit. D’autres pensent qu’ils ne pour­ront pas maî­tri­ser les nou­velles tech­niques. Il y a aus­si ceux qui pensent qu’ils per­draient de

l’ar­gent s’ils s’in­ves­tis­saient dans de nou­velles in­dus­tries et ceux qui ne veulent pas res­pec­ter les ho­raires du tra­vail lors­qu’on leur en pro­pose un. Ils s’in­quiètent de tout ; ils pré­fèrent vivre dans la pau­vre­té au lieu de se créer une nouvelle vie.

— La men­ta­li­té de dé­pen­dance. Cer­taines per­sonnes dé­mu­nies dé­pendent trop du gou­ver­ne­ment. Ils at­tendent l’aide du gou­ver­ne­ment et s’ha­bi­tuent à cette aide gra­tuite car elle est fa­cile à ob­te­nir et donc ras­su­rante.

— La pa­resse d’es­prit. Ces per­sonnes vivent au jour le jour. N’ayant au­cune ar­deur pour tra­vailler, ils sont sa­tis­faits de leur état ac­tuel ; au lieu de se lan­cer dans une nouvelle ac­ti­vi­té éco­no­mique pour s’en­ri­chir, ils s’ha­bi­tuent à leur état de pau­vre­té.

— Le re­fus de sor­tir de la pau­vre­té. Cer­taines per­sonnes en dif­fi­cul­té veulent bien « être pauvres » et, même, en sont fières. L’éti­quette « Fa­milles dé­mu­nies » est pour elles un hon­neur et un trai­te­ment spé­cial.

— La ri­va­li­té dans la pau­vre­té. Par­mi les fa­milles pauvres, il existe une course pour ob­te­nir une plus grande as­sis­tance.

Face à ces phé­no­mènes ap­pa­rus dans la lutte contre la pau­vre­té, le se­cré­taire gé­né­ral Xi Jin­ping a ré­ité­ré plu­sieurs fois qu’il faut sti­mu­ler l’en­thou­siasme et les forces en­do­gènes chez les dé­mu­nis pour éra­di­quer la pau­vre­té. La lutte contre la pau­vre­té en­globe en ef­fet le chan­ge­ment des men­ta­li­tés et l’élé­va­tion du ni­veau de l’ins­truc­tion.

L’in­jonc­tion lan­cée par Xi Jin­ping sur la sti­mu­la­tion des forces en­do­gènes chez les per­sonnes en dif­fi­cul­té com­prend un conte­nu très riche. D’abord, elle in­dique que la sti­mu­la­tion des forces en­do­gènes est l’ob­jec­tif fon­da­men­tal de la lutte contre la pau­vre­té, sou­li­gnant qu’il faut mettre en oeuvre le rôle ac­tif, l’ini­tia­tive et la créa­ti­vi­té des per­sonnes dé­mu­nies. Celles-ci doivent s’ap­puyer sur leur propre force. Deuxiè­me­ment, dans la lutte contre la pau­vre­té, il faut va­lo­ri­ser chez les ha­bi­tants nécessiteux leur rôle es­sen­tiel et leur sta­tut d’ac­teur prin­ci­pal du chan­ge­ment. Chez ces in­di­vi­dus vi­vant dans la pau­vre­té, il faut ren­for­cer la conscience d’être l’ac­teur prin­ci­pal et ac­croître ain­si leur sen­ti­ment de sa­tis­fac­tion dans la lutte contre la pau­vre­té. Troi­siè­me­ment, il faut adop­ter les dif­fé­rentes me­sures pour ren­for­cer, chez les ha­bi­tants dé­mu­nis, les forces en­do­gènes, qui cor­res­pondent aux men­ta­li­tés de ces per­sonnes. Il faut ap­prendre à ces per­sonnes des connais­sances tout en dé­ve­lop­pant des in­dus­tries qui rap­portent plus de re­ve­nus. Qua­triè­me­ment, il faut pré­ci­ser les moyens et les voies ca­pables de com­bi­ner l’aide ex­té­rieure avec les forces en­do­gènes, c’est-à-dire qu’il faut bien uti­li­ser l’aide ex­té­rieure et sti­mu­ler l’es­prit d’au­to­suf­fi­sance. Cin­quiè­me­ment, il faut ac­croître la ca­pa­ci­té et la com­pé­tence des cadres de base dans les ré­gions pauvres afin qu’ils puissent gui­der les ha­bi­tants dé­fa­vo­ri­sés hors de la pau­vre­té.

Ac­tuel­le­ment, à la lu­mière de l’in­jonc­tion du se­cré­taire gé­né­ral du Co­mi­té cen­tral du Par­ti com­mu­niste chi­nois Xi Jin­ping sur la sti­mu­la­tion des forces en­do­gènes, les gou­ver­ne­ments lo­caux fixent des ob­jec­tifs qui consistent à ren­for­cer les forces en­do­gènes chez les ha­bi­tants nécessiteux et à conti­nuer de trou­ver de nou­velles so­lu­tions in­no­vantes. Ils ont dé­jà dé­cou­vert des moyens et mé­thodes ef­fi­caces pour éli­mi­ner la « pau­vre­té mo­rale » chez les ha­bi­tants pauvres. Ce­la consti­tue­ra une bonne ex­pé­rience et une bonne ré­fé­rence pour sti­mu­ler da­van­tage les forces en­do­gènes chez les in­di­vi­dus dé­mu­nis pour qu’ils sortent de la pau­vre­té.

L’ar­ticle « Fu­jian et Ningxia : 20 ans de co­opé­ra­tion face à la pau­vre­té » re­late les his­toires sur le dé­pla­ce­ment des ha­bi­tants pauvres dans les zones iso­lées et pauvres de la ré­gion au­to­nome hui du Ningxia. Ces « mi­grants » par­ti­cipent ac­ti­ve­ment aux opé­ra­tions de ré­duc­tion de la pau­vre­té, de co­opé­ra­tion, d’ex­ploi­ta­tion et de construc­tion qui créent une sy­ner­gie per­met­tant de les sor­tir de la pau­vre­té et de par­ta­ger les fruits de la pros­pé­ri­té. Cet ar­ticle nous dé­crit les his­toires quo­ti­diennes des ha­bi­tants or­di­naires vi­vant dans les ré­gions éloi­gnées de l’Ouest de la Chine et leur dé­sir de s’en­ri­chir. Le chan­ge­ment du sort de cha­cun d’entre eux té­moigne du grand pro­grès his­to­rique de la lutte contre la pau­vre­té me­née par la Chine.

Dé­sor­mais, la Chine va éta­blir des mé­ca­nismes à long terme d’éli­mi­na­tion stable de la pau­vre­té et elle est dé­ter­mi­née à ga­gner la ba­taille pour éra­di­quer la pau­vre­té. Elle va in­ten­si­fier ses ef­forts pour pré­sen­ter les po­li­tiques et dé­ci­sions prises par le gou­ver­ne­ment cen­tral et le Par­ti, ain­si que les mo­dèles dans la lutte contre la pau­vre­té. Elle va ren­for­cer la for­ma­tion des ha­bi­tants dé­mu­nis aux tech­niques. Elle de­vra en­core éle­ver la ca­pa­ci­té des cadres de base à ai­der les ha­bi­tants dé­fa­vo­ri­sés à sor­tir de la pau­vre­té. Elle va orien­ter les in­di­vi­dus nécessiteux à par­ti­ci­per ac­ti­ve­ment à la construc­tion des mi­lieux ru­raux et à su­per­vi­ser la mise en oeuvre des pro­jets de ré­duc­tion de la pau­vre­té. En­fin, le pays va ren­for­cer la construc­tion des cel­lules du Par­ti et sti­mu­ler les forces en­do­gènes de celles-ci.

*HUANG CHENGWEI est cher­cheur et di­rec­teur au centre na­tio­nal d’édu­ca­tion et de com­mu­ni­ca­tion pour la ré­duc­tion la pau­vre­té, re­le­vant du Bu­reau du groupe di­ri­geant de la ré­duc­tion de la pau­vre­té et du dé­ve­lop­pe­ment du Con­seil des af­faires d’État.

Vi­gnobles de Min­ning

Le 6 fé­vrier 2018, le Bu­reau d’In­for­ma­tion du Con­seil des af­faires d’état tient une confé­rence de presse à l’in­ten­tion des jour­na­listes chi­nois et étran­gers. Qian Kexiao, membre du Co­mi­té per­ma­nent du Co­mi­té du Par­ti pour la ville de Yin­chuan (Ningxia), ra­conte aux jour­na­listes l’his­toire d’un vil­lage pauvre trans­for­mé en un bourg ori­gi­nal en l’es­pace de vingt ans.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.