Pu­dong d’hier à au­jourd’hui

China Today (French) - - SOMMAIRE - MA LI, membre de la ré­dac­tion

Le 10 dé­cembre 1987, le dé­bar­ca­dère du bac de Lu­jia­zui à Shan­ghai a été le spec­tacle d’une grave bous­cu­lade. En ef­fet, en rai­son d’un épais brouillard ma­ti­nal, le ser­vice du bac a dû être sus­pen­du, blo­quant de nom­breux ha­bi­tants qui se ren­daient sur leur lieu de tra­vail. Au mo­ment où le ser­vice a été ré­ta­bli, la foule s’est pré­ci­pi­tée pour mon­ter sur le fer­ry, pro­vo­quant un ac­ci­dent.

Suite à ce mal­heu­reux in­ci­dent, le Co­mi­té du Par­ti pour la mu­ni­ci­pa­li­té de Shan­ghai et le gou­ver­ne­ment mu­ni­ci­pal de Shan­ghai ont dé­ci­dé de construire un pont en­jam­bant la ri­vière Huang­pu pour li­mi­ter l’af­fluence au dé­part du fer­ry. En 1988 a dé­bu­té la construc­tion du pont Nan­pu.

C’est à cette époque-là que la fa­mille de Wei Gen­sheng, gru­tier, a été re­lo­ca­li­sée de Puxi (lit­té­ra­le­ment « à l’ouest de la ri­vière Huang­pu ») à Pu­dong (lit­té­ra­le­ment « à l’est de la ri­vière Huang­pu »). Ce dé­mé­na­ge­ment obli­ga­toire n’a pas plu à la fa­mille de M. Wei, car on di­sait alors : « Mieux vaut un lit à Puxi qu’une chambre à Pu­dong ! »

Le 18 avril 1990, la Chine a an­non­cé of­fi­ciel­le­ment la mise en place de po­li­tiques de dé­ve­lop­pe­ment et d’ou­ver­ture à Pu­dong, fai­sant de cette ré­gion l’avant-garde de la ré­forme et l’ou­ver­ture du pays. Presque tous les deux ans de­puis 1991, un nou­veau pont a été construit sur la ri­vière Huang­pu : d’abord le pont Nan­pu, puis Yang­pu, Feng­pu, Xu­pu et en­fin Lu­pu. Au­jourd’hui, les zones de Pu­dong et Puxi sont re­liées par une ving­taine de ponts et de tun­nels.

Wei Gen­sheng, qui a été té­moin de l’évo­lu­tion de Pu­dong, s’ar­rête sou­vent pour contem­pler les lieux em­blé­ma­tiques de Shan­ghai, no­tam­ment la tour Shan­ghai, le Centre mon­dial des fi­nances de Shan­ghai ou la tour Jin­mao. Se rap­pe­lant les mo­ments dif­fi­ciles de son pas­sé, il mur­mure : « Pu­dong a chan­gé, comme un en­fant que j’ai vu gran­dir. »

Un lieu stra­té­gique

La nou­velle zone de Pu­dong est si­tuée sur la rive est de Huang­pu et tient son nom de sa si­tua­tion géo­gra­phique. Elle compte ac­tuel­le­ment 5,52 mil­lions d’ha­bi­tants (un quart de la po­pu­la­tion de Shan­ghai), pour une sur­face de 1 210 km² (un cin­quième de la sur­face to­tale de la ville). Pour­tant, Pu­dong était au­tre­fois une zone agri­cole cou­verte de champs.

Le dé­ve­lop­pe­ment et l’ou­ver­ture de Pu­dong consti­tuent une dé­ci­sion stra­té­gique ma­jeure prise par le gou­ver­ne­ment chi­nois à un mo­ment consi­dé­ré comme cru­cial de la ré­forme et l’ou­ver­ture et de la mo­der­ni­sa­tion de la Chine. Ce dé­ve­lop­pe­ment s’ap­puie sur les « quatre uns » :

— Un éten­dard. Au dé­but des an­nées 1990, la ré­forme et le dé­ve­lop­pe­ment de la Chine ont dû faire face à de mul­tiples dé­fis. Le Co­mi­té cen­tral du PCC et le Con­seil des af­faires d’État ont pris la dé­ci­sion de dé­ve­lop­per et d’ou­vrir Pu­dong qui est ain­si de­ve­nue l’éten­dard de l’ap­pro­fon­dis­se­ment de la ré­forme et de l’élar­gis­se­ment de l’ou­ver­ture du pays.

— Un atout. Deng Xiao­ping, ar­chi­tecte en chef de la ré­forme et l’ou­ver­ture de la Chine, a in­di­qué : « Shan­ghai est notre atout. Le dé­ve­lop­pe­ment de Shan­ghai re­pré­sente un rac­cour­ci pour le dé­ve­lop­pe­ment de la Chine. » Le dé­ve­lop­pe­ment et l’ou­ver­ture de Pu­dong se sont ap­puyés sur cet atout, fai­sant de Pu­dong une plate-forme qui a per­mis à la Chine de sai­sir l’op­por­tu­ni­té de la trans­for­ma­tion de la struc­ture in­dus­trielle in­ter­na­tio­nale et de prendre part à la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique.

— Un mo­teur. Le dé­ve­lop­pe­ment et l’ou­ver­ture de Pu­dong ont créé à Shan­ghai un es­pace pour le dé­ve­lop­pe­ment ur­bain, op­ti­mi­sant l’amé­na­ge­ment in­dus­triel et amé­lio­rant les fonc­tions glo­bales de la ville. Shan­ghai a ain­si pu sor­tir de la si­tua­tion dif­fi­cile dans la­quelle elle se trou­vait dans les an­nées 1980. L’évo­lu­tion de Pu­dong a per­mis à la ville de de­ve­nir un centre éco­no­mique et un mo­teur de la pro­mo­tion du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique co­or­don­né dans le del­ta du Yangt­sé et le bas­sin du Yangt­sé.

— Un ter­rain d’es­sai. « L’im­por­tance du dé­ve­lop­pe­ment et de l’ou­ver­ture de Pu­dong ré­side dans son rôle pi­lote et ex­pé­ri­men­tal », a re­mar­qué Xi Jin­ping lors d’une vi­site à Pu­dong en 2010. De­puis le XVIIIe Congrès du PCC, M. Xi a for­mu­lé une sé­rie de nou­velles ins­truc­tions pour le dé­ve­lop­pe­ment de Shan­ghai, sou­li­gnant que la zone pi­lote de libre-échange de Shan­ghai de­vrait confir­mer son rôle ex­pé­ri­men­tal dans l’ap­pro­fon­dis­se­ment glo­bal de la ré­forme et l’élar­gis­se­ment de l’ou­ver­ture sur tous les plans. Suite à des es­sais au­da­cieux, Pu­dong a mis en place quan­ti­té d’in­no­va­tions ins­ti­tu­tion­nelles qui peuvent être re­pro­duites dans le pays. Trois étapes

Ayant connu un dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial très ra­pide au cours des 28 der­nières an­nées, Pu­dong est de­ve­nue un sym­bole de la ré­forme et l’ou­ver­ture de la Chine, ain­si qu’un exemple de la mo­der­ni­sa­tion de Shan­ghai.

Le vo­lume éco­no­mique glo­bal de Pu­dong a été mul­ti­plié par 160 entre 1990 et 2017, pas­sant de 6 mil­liards de yuans à 965,1 mil­liards de yuans, ce qui re­pré­sente une crois­sance an­nuelle moyenne de 15,1 % ; les re­cettes bud­gé­taires to­tales ont été mul­ti­pliées par plus de 350 de­puis 1993, pas­sant de 1,1 mil­liard de yuans

à 393,8 mil­liards de yuans ; le re­ve­nu dis­po­nible par ha­bi­tant a dé­pas­sé 60 000 yuans en 2017, il a donc été mul­ti­plié par 3,1 par rap­port à 2003 ; le mon­tant to­tal de l’in­ves­tis­se­ment en ac­tifs im­mo­bi­li­sés a dé­pas­sé 2 300 mil­liards de yuans. Le dé­ve­lop­pe­ment de Pu­dong est un té­moi­gnage im­por­tant de la ré­forme et l’ou­ver­ture de la Chine.

Les 28 an­nées du dé­ve­lop­pe­ment et de l’ou­ver­ture de Pu­dong peuvent être di­vi­sées en trois étapes. Pen­dant la pre­mière étape, de 1990 à 2000, Pu­dong a connu un dé­ve­lop­pe­ment très ra­pide ca­rac­té­ri­sé par d’in­nom­brables in­no­va­tions, entre autres, la créa­tion de la pre­mière zone fi­nan­cière et com­mer­ciale de Chine, de la pre­mière zone de trans­for­ma­tion de pro­duits des­ti­nés à l’ex­por­ta­tion, de la pre­mière zone franche, de la pre­mière banque à ca­pi­taux étran­gers et de la pre­mière com­pa­gnie d’as­su­rance à ca­pi­taux étran­gers. Tout ce­la ser­vant éga­le­ment la Chine dans sa ten­ta­tive d’adhé­sion à l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale du com­merce (OMC).

Pen­dant la deuxième étape, de 2000 à 2012, an­née mar­quée par la te­nue du XVIIIe Congrès du PCC, Pu­dong a sai­si d’im­por­tantes op­por­tu­ni­tés, telles que l’adhé­sion de la Chine à l’OMC et l’or­ga­ni­sa­tion de l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle, pour pro­mou­voir la ré­forme et le dé­ve­lop­pe­ment par l’ou­ver­ture et pour en­tre­prendre en pre­mier des ré­formes com­plé­men­taires à titre d’es­sai. Pu­dong a ser­vi de ter­rain d’es­sai dans l’amé­lio­ra­tion du sys­tème d’éco­no­mie de mar­ché so­cia­liste, la trans­for­ma­tion des fonc­tions du gou­ver­ne­ment et l’in­té­gra­tion entre les villes et les cam­pagnes. Au cours de cette pé­riode, la capacité du ser­vice ur­bain de Pu­dong s’est consi­dé­ra­ble­ment amé­lio­rée. En 2009, le Con­seil des af­faires d’État a ap­prou­vé l’in­té­gra­tion de l’ar­ron­dis­se­ment Nan­hui dans la nou­velle zone de Pu­dong. Ce­la a per­mis d’étendre son es­pace de dé­ve­lop­pe­ment.

Après le XVIIIe Congrès du PCC, Pu­dong est en­tré dans la troi­sième étape de son dé­ve­lop­pe­ment qui se ca­rac­té­rise par l’ap­pro­fon­dis­se­ment glo­bal de la ré­forme et l’élar­gis­se­ment de l’ou­ver­ture dans tous les do­maines et par un dé­ve­lop­pe­ment axé sur l’in­no­va­tion. Ain­si, la zone de Pu­dong est pion­nière en ce qui concerne la pro­mo­tion de la construc­tion d’une zone pi­lote de li­breé­change et l’in­no­va­tion ins­ti­tu­tion­nelle dans de nom­breux do­maines tels que l’in­ves­tis­se­ment, le com­merce et les fi­nances. Dé­ployant des ef­forts pour construire le Centre d’in­no­va­tion scien­ti­fique de Shan­ghai et amé­lio­rer conti­nuel­le­ment sa capacité d’in­no­va­tion in­dé­pen­dante, Pu­dong a ren­for­cé sa capacité à par­ti­ci­per à la concur­rence et à la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale dans les do­maines éco­no­mique et tech­no­lo­gique.

La nou­velle zone de Pu­dong, qui re­pré­sente 20 % des terres de Shan­ghai et qui ne re­groupe que 25 % de la po­pu­la­tion de la ville, a réus­si à gé­né­rer chaque an­née un tiers du PIB de Shan­ghai. De nom­breux « pre­miers » y ont vu le jour : la pre­mière zone fi­nan­cière et com­mer­ciale de Chine (Lu­jia­zui), la plus haute tour de Chine (la tour Shan­ghai), la pre­mière zone franche de Chine (Wai­gao­qiao), la pre­mière bourse de Chine (la Bourse de Shan­ghai), le pre­mier avion de ligne conçu et construit par la Chine (C919)…

Le 9 oc­tobre 2017, un avion sur­vole des gratte-ciel de Pu­dong.

Le 4 août 2016, dans un ma­ga­sin du quar­tier de Lu­jia­zui, la sculp­ture d’une na­geuse pour cé­lé­brer les Jeux olym­piques de Rio

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.