Vivre dans la nou­velle zone de Pu­dong

China Today (French) - - SOMMAIRE - MA LI, membre de la ré­dac­tion

Qu Ron­gliang, âgé de 65 ans, vit dans la nou­velle zone de Pu­dong. Il pra­tique tous les ma­tins le taï-chi avec des gens de son quar­tier près de la ri­vière Huang­pu, à Lu­jia­zui. « Quand je fais du sport, je peux en même temps res­pi­rer l’air frais près de la ri­vière, en voyant le beau pay­sage de l’autre rive. Je n’au­rais ja­mais ima­gi­né qu’il exis­te­rait un en­droit avec des ac­ti­vi­tés pour les per­sonnes âgées près de la ri­vière à Pu­dong, parce que la terre dans cette zone est pré­cieuse », dé­clare M. Qu. Si ce­la a pu être réa­li­sé, c’est grâce à la po­li­tique « Rendre la rive aux ha­bi­tants », mise en oeuvre par le Co­mi­té du Par­ti et le gou­ver­ne­ment de la nou­velle zone de Pu­dong, qui consiste à per­mettre à plus d’ha­bi­tants de pro­fi­ter de la ri­vière Huang­pu et de sen­tir réel­le­ment les fruits de la ré­forme et de l’ou­ver­ture.

Pour son tra­vail, Qu Ron­gliang a dé­mé­na­gé avec sa fa­mille de l’ouest de la ri­vière Huang­pu (Puxi) à l’est (Pu­dong) au dé­but des an­nées 1990. À l’époque, les dis­pa­ri­tés de dé­ve­lop­pe­ment entre l’ouest et l’est étaient consi­dé­rables. Dans une cer­taine me­sure il re­gret­tait ce dé­pla­ce­ment, mais il croyait en même temps que les choses iraient mieux. « À l’époque, per­sonne ne pou­vait ima­gi­ner que Pu­dong al­lait se dé­ve­lop­per à ce point ! » Le dé­ve­lop­pe­ment de la nou­velle zone de Pu­dong de­puis 28 ans et le chan­ge­ment de vie des ha­bi­tants font que Qu Ron­gliang ne ta­rit pas d’éloges.

La grande ef­fi­ca­ci­té des « ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs en ligne »

Le 28 août 2018, Yang Dongxu, qui ha­bite à Pu­dong, s’est ren­du au Centre de ser­vices pour les en­tre­prises de la nou­velle zone pour pro­lon­ger la li­cence d’une en­tre­prise dans le sec­teur de l’ali­men­ta­tion. De l’ob­ten­tion d’un ti­cket d’at­tente à l’ac­com­plis­se­ment des for­ma­li­tés, en pas­sant par la sou­mis­sion des do­cu­ments, il n’en a eu que pour 15 mi­nutes. « Au­pa­ra­vant, ce­la me pre­nait au moins une heure. » Il ex­plique qu’hor­mis 10 mi­nutes d’at­tente, les for­ma­li­tés n’ont pris que 5 mi­nutes. « J’ai dé­jà sou­mis à l’avance la plu­part des do­cu­ments via In­ter­net. Si je viens ici au­jourd’hui, c’est juste pour suivre une pro­cé­dure simple et ob­te­nir des tam­pons. C’est vrai­ment pra­tique et très ef­fi­cace. »

Comme Yang Dongxu, Liao Shi­jie, Taï­wa­nais de 59 ans, est éga­le­ment sur­pris de la ra­pi­di­té et de l’ef­fi­ca­ci­té. « C’est la pre­mière fois que je de­mande la li­cence d’ex­ploi­ta­tion de la so­cié­té sur la par­tie conti­nen­tale de la Chine, je ne connais donc pas très bien les pro­cé­dures, ni l’opé­ra­tion sur l’or­di­na­teur. Cette em­ployée m’a ai­dé à faire la de­mande. » La jeune femme dont parle M. Liao s’ap­pelle Wang Zhuanz­huan, elle tra­vaille au centre pour ser­vir et ai­der les usa­gers. Chaque jour, elle doit ai­der plus de 25 per­sonnes qui ne savent pas com­ment rem­plir les for­ma­li­tés sur l’or­di­na­teur, comme M. Liao.

« De­puis que je suis à ce poste, le 8 avril, j’ai ai­dé plus de 2 000 per­sonnes. » Wang Zhuanz­huan in­dique que le mé­ca­nisme des ser­vices du centre contri­bue beau­coup à la sa­tis­fac­tion des ha­bi­tants. « Dans le cas de M. Liao, s’il sou­met au­jourd’hui la de­mande en ligne, il peut être avi­sé du ré­sul­tat de la vé­ri­fi­ca­tion en 24 heures, puis il peut fi­nir toutes les for­ma­li­tés le len­de­main. »

À la porte du centre, je ren­contre Li Ming­hua, qui

vient de fi­na­li­ser sa de­mande. « Au­jourd’hui, je suis ve­nue en­re­gis­trer une nou­velle en­tre­prise. J’ai sou­mis à l’avance la de­mande en ligne. Au­pa­ra­vant, il fal­lait at­tendre long­temps, sim­ple­ment pour vé­ri­fier le nom de l’en­tre­prise, mais ac­tuel­le­ment, grâce à In­ter­net, nous pou­vons im­mé­dia­te­ment sa­voir si le nom de l’en­tre­prise a été en­re­gis­tré. En outre, la vé­ri­fi­ca­tion du nom et la vé­ri­fi­ca­tion de l’éta­blis­se­ment d’une en­tre­prise sont com­bi­nées ; le choix du champ des ac­ti­vi­tés gé­né­rales est mo­du­laire, il nous faut seule­ment cli­quer avec la sou­ris pour faire le choix. » Li Ming­hua af­firme qu’il ne faut pas plus de 20 mi­nutes pour fi­na­li­ser les for­ma­li­tés sur place.

Yang Dongxu, Liao Shi­jie et Li Ming­hua peuvent pro­fi­ter d’une telle ef­fi­ca­ci­té grâce au sys­tème « ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs en ligne », mis en place par le Centre de ser­vices pour les en­tre­prises de la nou­velle zone de Pu­dong.

Le sys­tème « ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs en ligne » fa­vo­rise l’ac­cès des en­tre­prises au mar­ché. Il com­bine les opé­ra­tions en ligne et hors ligne. À tra­vers la plate-forme ad­mi­nis­tra­tive en ligne, les pro­cé­dures qui se rap­portent à l’ac­cès au mar­ché telles que l’ins­crip­tion, l’éva­lua­tion pré­li­mi­naire, la ré­cep­tion de la de­mande, la vé­ri­fi­ca­tion, la dé­ci­sion et la dé­li­vrance de la li­cence peuvent être di­rec­te­ment réa­li­sées sur In­ter­net. Les do­cu­ments pa­pier peuvent être en­voyés par la voie ex­press. « Après l’ou­ver­ture des ‘‘ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs en ligne’’, le temps réel de trai­te­ment est de 3,3 jours ou­vrables. Par rap­port au dé­lai pré­vu par la loi de 22 jours, le temps est ré­duit de 85 %. Pour le mo­ment, 52,9 % des ac­ti­vi­tés peuvent être trai­tées en ligne et dans 47,1 % des cas, les gens ne se rendent au centre qu’une seule fois », ra­conte Jiang Hong­jun, di­rec­teur du Centre de ser­vices pour les en­tre­prises de la nou­velle zone de Pu­dong.

D’après M. Jiang, le sys­tème est ex­trê­me­ment ef­fi­cace, parce qu’il s’ap­puie sur trois sys­tèmes de sou­tien. Le pre­mier ren­voie aux « Quatre cen­tra­li­sa­tions » : cen­tra­li­ser les ser­vices d’ap­pro­ba­tion de tous les dé­par­te­ments vers le Centre de ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs, cen­tra­li­ser toutes les ac­ti­vi­tés à ap­prou­ver sur l’ac­cès au mar­ché dans un gui­chet unique, cen­tra­li­ser toutes les opé­ra­tions d’ap­pro­ba­tion sur l’in­ves­tis­se­ment et la construc­tion dans un gui­chet unique, et ex­plo­rer le contrôle cen­tra­li­sé des pro­jets de construc­tion dans les zones ma­jeures comme Lin­gang et Zhang­jiang. Le deuxième est de créer un mé­ca­nisme de ser­vices gé­né­raux pour les usa­gers : le per­son­nel der­rière le gui­chet ne peut dire que « oui » au lieu de « non » pour ai­der au maxi­mum les de­man­deurs d’une so­cié­té. Le troi­sième est de créer un fi­chier ras­sem­blant les for­mu­naires élec­tro­niques pour par­ta­ger ces don­nées au sein du gou­ver­ne­ment.

Ac­tuel­le­ment, le Centre de ser­vices pour les en­tre­prises de la nou­velle zone de Pu­dong a éta­bli un ré­seau com­plet pour trai­ter les de­mandes des en­tre­prises, cou­vrant l’en­semble des 327 ac­ti­vi­tés de la zone. Le sys­tème « ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs en ligne » a été élar­gi à 240 ac­ti­vi­tés aux ni­veaux na­tio­nal et mu­ni­ci­pal.

« Le dé­ve­lop­pe­ment de Pu­dong change d’as­pect chaque jour. Notre sys­tème ‘‘ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs en ligne’’ a pour ob­jec­tif de ga­gner en ef­fi­ca­ci­té à Pu­dong, afin de s’adap­ter à la vi­tesse du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique », ajoute Jiang Hong­jun.

La sta­tion de ser­vices dans la zone ré­si­den­tielle

Le 31 août, Shen Lin­gen, âgé de 77 ans, feuille­tait un ma­ga­zine mi­li­taire en échan­geant quelques mots avec les per­sonnes près de lui dans la Mai­son de lec­ture de sa zone ré­si­den­tielle Shixin, dans le quar­tier de Lu­jia­zui de la nou­velle zone de Pu­dong. « Je suis re­trai­té de­puis plu­sieurs an­nées. De­puis 2007, je viens ici chaque jour pour lire. Je suis en même temps bé­né­vole. J’éprouve beau­coup de joie à lire et par­ler avec les gens ici, ce­la

me per­met d’être au cou­rant des nou­velles na­tio­nales et in­ter­na­tio­nales. »

« Le gou­ver­ne­ment a ou­vert un lieu de dé­tente pour les re­trai­tés à Lu­jia­zui où la moindre par­celle de ter­rain est pré­cieuse. Ce­la si­gni­fie que le gou­ver­ne­ment prend les ha­bi­tants en consi­dé­ra­tion ! » As­sise à ses cô­tés, la femme de Shen Lin­gen dé­clare en le­vant le pouce : « Il faut dire ‘‘bra­vo’’ à notre Par­ti et à notre gou­ver­ne­ment ! »

Dans la salle d’ac­ti­vi­tés at­te­nante, il y a un cours d’ike­ba­na. L’en­sei­gnante et les dames de troi­sième âge sont toutes conscien­cieuses. Le res­pon­sable de la zone ré­si­den­tielle ex­plique que si les re­trai­tés veulent ap­prendre quelque chose, les en­sei­gnants peuvent of­frir des cours. « Voi­là un lieu idéal où les re­trai­tés peuvent ap­prendre de nou­velles choses et pas­ser leur temps. Il y a chaque se­maine des cours de cal­li­gra­phie, de pein­ture, de chorale et des lec­tures », ex­plique Fan Rui­lian, une jeune as­sis­tante so­ciale.

Mme Zhang, qui suit le cours d’ike­ba­na, in­dique qu’elle vient ici chaque se­maine pour par­ti­ci­per à des ac­ti­vi­tés. « J’aime bien le cours de cal­li­gra­phie. De­puis 2006, je n’ai ja­mais ra­té ce cours qui est don­né une fois par se­maine. Au­pa­ra­vant, j’écri­vais avec le style du cal­li­graphe Yan Zhen­qing (709-784), alors que j’écris ac­tuel­le­ment avec le style du cal­li­graphe Liu Gong­quan (778-865). Bien que re­trai­tée, je sou­haite conti­nuer à ap­prendre et ce­la me pro­cure de la joie. »

Grâce à la sta­tion de ser­vices ins­tal­lée en 2017 dans les zones ré­si­den­tielles, les per­sonnes âgées mènent une vie agréable. « Cette sta­tion donne ac­cès à en­vi­ron 180 types de ser­vices à presque 4 000 ha­bi­tants de cette an­cienne zone d’ha­bi­ta­tion », dé­clare Li Juan, la se­cré­taire de la cel­lule du Par­ti de la zone ré­si­den­tielle Shixin. La sta­tion re­lie ef­fi­ca­ce­ment la de­mande des ha­bi­tants aux res­sources de la zone. À tra­vers In­ter­net, elle ras­semble les de­mandes, ex­plique les po­li­tiques et four­nit des ser­vices en ligne. Ce­la per­met au tra­vail d’être trans­pa­rent et ef­fi­cace.

Comme la zone ré­si­den­tielle Shixin est une zone mar­quée par le vieillis­se­ment, par­mi tous les ser­vices, la Mai­son de soins mé­di­caux est très ap­pré­ciée par les per­sonnes âgées. La mai­son crée un mode spé­cial « 1+1+1+X », qui si­gni­fie une mai­son de soins mé­di­caux, un mé­de­cin contrac­tuel, un as­sis­tant mé­di­cal et des mé­de­cins à do­mi­cile ain­si que des bé­né­voles, pour four­nir des ser­vices mé­di­caux aux ha­bi­tants. L’as­sis­tant ef­fec­tue chaque se­maine au mi­ni­mum une vi­site mé­di­cale, ou offre des consul­ta­tions aux ha­bi­tants.

At­ten­tifs à la qua­li­té de vie des ha­bi­tants, les res­pon­sables de la zone ré­si­den­tielle Shixin ont créé le sys­tème de « chef de bloc » : di­vi­ser la zone ré­si­den­tielle en plu­sieurs blocs d’ha­bi­ta­tions en fonc­tion du nombre de foyers. Chaque bloc a son as­sis­tant so­cial qui est en réa­li­té le chef du bloc. Le chef doit ras­sem­bler en temps vou­lu les de­mandes des ha­bi­tants et les ser­vir. Wang Jing, âgée de 35 ans, est donc une « chef de bloc ». Elle est res­pon­sable de 200 foyers. Par exemple, si la fa­mille su­bit une cou­pure de cou­rant et une fuite d’eau, on lui de­mande de ré­soudre ces pro­blèmes. S’il y a une dis­pute fa­mi­liale, elle aide à apai­ser la si­tua­tion.

Ce genre de sta­tion de ser­vices est éga­le­ment pro­mu dans les zones ré­si­den­tielles in­ter­na­tio­nales de la nou­velle zone de Pu­dong. La zone ré­si­den­tielle in­ter­na­tio­nale Biyun, qui se trouve à l’ouest du bourg de Jin­qiao, est la plus grande zone in­ter­na­tio­nale de Shan­ghai. Elle a les fonc­tions d’ac­com­pa­gne­ment les plus com­plètes et l’en­vi­ron­ne­ment glo­bal le plus par­ti­cu­lier. Plus de 2 000 foyers étran­gers ve­nus de plus de 60 pays et ré­gions, dont les États-Unis, la Grande-Bre­tagne, la France, le Ja­pon, l’Ita­lie, l’Es­pagne, l’Inde et la Suisse, sont réunis dans cette zone, re­pré­sen­tant plus de la moi­tié du nombre to­tal des ha­bi­tants. Le ser­vice « Shan­ghai 123 » de la zone Biyun aide les étran­gers à bien connaître Pu­dong, en ré­pon­dant à leurs de­mandes in­di­vi­dua­li­sées.

On dit qu’à Pu­dong, il existe 1 284 sta­tions de ser­vices, qui four­nissent des ser­vices de proxi­mi­té, pra­tiques, stables et utiles aux ha­bi­tants à tra­vers le mode « ser­vices pu­blics fon­da­men­taux + ser­vices spé­ciaux ». Ces sta­tions couvrent 36 rues et bourgs de Pu­dong.

Une bi­blio­thèque cé­lèbre sur In­ter­net sa­luée par les jeunes

Au­jourd’hui, dans la nou­velle zone de Pu­dong, où se trouvent trois sym­boles éco­no­miques de Shan­ghai (la tour de Shan­ghai, le Centre mon­dial des fi­nances de Shan­ghai et la tour Jin­mao), il existe éga­le­ment une bi­blio­thèque qui est de­ve­nue cé­lèbre sur In­ter­net. Elle est très ap­pré­ciée, no­tam­ment par les jeunes.

Si­tuée dans la rue Pu­cheng, dans le quar­tier de Lu­jia­zui, la Bi­blio­thèque spé­cia­li­sée dans la fi­nance de Lu­jia­zui, une pe­tite mai­son blanche de deux étages, a rem­por­té l’adhé­sion de nom­breux jeunes de Pu­dong. Cette bi­blio­thèque est par­ti­cu­liè­re­ment mo­derne. Avec une su­per­fi­cie su­pé­rieure à 1 400 m2, elle ren­ferme plus de 50 000 livres, dont 20 % sont des livres en langues étran­gères qui ré­pondent à la de­mande des jeunes cols blancs.

La bi­blio­thèque four­nit non seule­ment des ser­vices d’em­prunt en ligne et hors ligne, mais aus­si des livres élec­tro­niques. À l’aide de la plate-forme Ali­pay, elle per­met aux gens d’em­prun­ter des livres pen­dant 24 heures. Les lec­teurs n’ont qu’à payer trois yuans pour pro­fi­ter de la li­vrai­son des livres par co­lis ex­press à do­mi­cile. En outre, la bi­blio­thèque or­ga­nise des ren­contres pour per­mettre aux gens de par­ta­ger les livres et de faire des échanges.

De­puis le 22 avril 2018, date de créa­tion de la bi­blio­thèque, ces ren­contres ont at­ti­ré en­vi­ron 6 000 par­ti­ci­pants. Chaque séance at­tire une foule d’au­di­teurs, sur place et en ligne. Pa­ral­lè­le­ment, la bi­blio­thèque pu­blie des in­for­ma­tions et dresse un bi­lan de la confé­rence sur sa plate-forme en ligne. Elle tra­vaille éga­le­ment en co­opé­ra­tion avec Hi­ma­laya FM pour par­ta­ger les do­cu­ments au­dios des in­vi­tés de la confé­rence avec l’au­dience in­ter­na­tio­nale.

« Ici, il y a en­core quelques mois, ce n’était qu’une simple bi­blio­thèque. Mais en rai­son de sa vé­tus­té, peu de jeunes ai­maient ve­nir. Au­jourd’hui, elle est de­ve­nue un mo­nu­ment de la nou­velle cul­ture de Pu­dong », ra­conte Huang Wei, di­rec­teur ad­joint du Dé­par­te­ment de la com­mu­ni­ca­tion du Co­mi­té du Par­ti de la nou­velle zone de Pu­dong. Cette bi­blio­thèque est un mi­cro­cosme du dé­ve­lop­pe­ment cultu­rel de Pu­dong. De­puis son ou­ver­ture il y a 28 ans, Pu­dong n’a ces­sé de créer des mi­racles éco­no­miques na­tio­naux et in­ter­na­tio­naux, mais son dé­ve­lop­pe­ment cultu­rel était faible. « Il y avait une réa­li­té em­bar­ras­sante : le nombre de sites cultu­rels par ha­bi­tant de Pu­dong ne re­pré­sen­tait qu’un hui­tième de ce­lui de Londres. »

« Sans conte­nu et sans sa belle dé­co­ra­tion, les jeunes n’en­tre­raient pas. » Huang Wei ex­plique que la clé pour dé­ve­lop­per la cul­ture de Pu­dong est de pro­po­ser des pro­duits cultu­rels créa­tifs des­ti­nés aux jeunes et de leur per­mettre de dé­ve­lop­per les in­dus­tries cultu­relles grâce à leur vi­ta­li­té. D’après lui, la Bi­blio­thèque de Lu­jia­zui peut de­ve­nir un grand sym­bole de la cul­ture de Pu­dong. La nou­velle zone de Pu­dong cherche à créer sa propre marque cultu­relle et son propre pôle cultu­rel.

En plus de cette bi­blio­thèque, des es­paces de lec­ture qui cor­res­pondent aux par­ti­cu­la­ri­tés et à la po­si­tion du dé­ve­lop­pe­ment lo­cales gagnent éga­le­ment du ter­rain dans la nou­velle zone de Pu­dong. Si­tuée au qua­trième étage de la Bi­blio­thèque de Pu­dong, la Salle d’études est

le pre­mier es­pace de lec­ture de Shan­ghai vi­sant la cul­ture de l’édi­fi­ca­tion du Par­ti ; la Bi­blio­thèque de Lu­jia­zui est la pre­mière bi­blio­thèque ur­baine spé­cia­li­sée dans la fi­nance de Shan­ghai ; l’es­pace de lec­ture de la Ci­té des sciences de Zhang­jiang est le pre­mier centre d’ex­po­si­tions et d’échanges de pro­duits de haute tech­no­lo­gie du pays et une plate-forme so­ciale plu­rielle ; la li­brai­rie Dayin Hu­pan est la pre­mière à pro­mou­voir les « Livres par­ta­gés » à Shan­ghai, où les gens peuvent lire gra­tui­te­ment tous les livres sans les ache­ter.

L’es­pace Wang­jian­gyi, si­tué au nord de Lu­jia­zui, est ou­vert toute l’an­née. Il or­ga­nise tous les ans plus de 300 émis­sions en di­rect, plus de 50 confé­rences avec des cé­lé­bri­tés, des séances de dé­di­caces et une cé­ré­mo­nie cultu­relle in­ter­dis­ci­pli­naire. Il met la cul­ture à por­tée des ha­bi­tants.

En outre, la nou­velle zone de Pu­dong at­tire de plus en plus d’in­dus­tries cultu­relles créa­tives. La pre­mière base na­tio­nale d’édi­tions élec­tro­niques, le pre­mier fonds d’ap­port des in­dus­tries cultu­relles en ac­tions ap­prou­vé par l’État, la pre­mière so­cié­té de ga­ran­tie des in­dus­tries cultu­relles, la pre­mière so­cié­té de jeux vi­déo co­tée à l’étran­ger…

Se­lon les sta­tis­tiques, le vo­lume des in­dus­tries cultu­relles créa­tives à Pu­dong a aug­men­té en 2017. La va­leur ajou­tée an­nuelle s’est éle­vée à 105,6 mil­liards de yuans, soit une crois­sance de 20 %, re­pré­sen­tant 10,9 % de celle de la nou­velle zone et 28,4 % de celle de Shan­ghai. Des en­tre­prises qui ont une forte éco­no­mie d’échelle four­nissent des em­plois à 300 000 per­sonnes. Pu­dong a fa­vo­ri­sé l’es­sor des in­dus­tries cultu­relles créa­tives.

« De nou­velles in­fra­struc­tures cultu­relles de grande qua­li­té se­ront ins­tal­lées à Pu­dong, afin d’éle­ver da­van­tage le ni­veau de vie des ha­bi­tants et de leur per­mettre d’avoir un plus fort sen­ti­ment de sa­tis­fac­tion sur le plan cultu­rel. La cul­ture don­ne­ra un nou­vel élan au dé­ve­lop­pe­ment de la ville », conclut Huang Wei.

La Bi­blio­thèque spé­cia­li­sée dans la fi­nance de Lu­jia­zui

Le 1er juillet 2017, les ha­bi­tants font du sport le long du fleuve Huang­pu.

Le comp­toir du Centre de ser­vices pour les en­tre­prises de la nou­velle zone de Pu­dong

Le per­son­nel soi­gnant prend la ten­sion ar­té­rielle des ha­bi­tants dans la mai­son de soins mé­di­caux de leur zone ré­si­den­tielle.

Le 24 sep­tembre 2017, les jeunes pro­fitent du wee­kend en par­ti­ci­pant à une course haute en cou­leurs à Pu­dong.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.