Construire en­semble « la Cein­ture et la Route »

China Today (French) - - SOMMAIRE - JIN XIN*

Le Som­met de Bei­jing 2018 du Fo­rum sur la co­opé­ra­tion si­no-afri­caine a eu lieu du 3 au 4 sep­tembre der­nier, c’est un évé­ne­ment qui a fait date dans l’ap­pro­fon­dis­se­ment des re­la­tions Chine-Afrique. À tra­vers le fo­rum, on a pu ob­ser­ver clai­re­ment la fu­ture orien­ta­tion du dé­ve­lop­pe­ment des re­la­tions entre les deux par­ties.

Construire en­semble « la Cein­ture et la Route » à tous les ni­veaux

Dans son dis­cours pro­non­cé lors de la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture de la Confé­rence des en­tre­pre­neurs chi­nois et afri­cains, le pré­sident Xi Jin­ping a ex­pli­qué en dé­tails com­ment la Chine et l’Afrique al­laient construire en­semble « la Cein­ture et la Route ». Son dis­cours a mon­tré qu’après le som­met, tout le conti­nent afri­cain se­ra une ré­gion im­por­tante de la co­opé­ra­tion pour « la Cein­ture et la Route ». L’Afrique est un par­te­naire na­tu­rel, car l’in­ter­con­nexion des in­fra­struc­tures et la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale afin d’aug­men­ter la capacité de pro­duc­tion cor­res­pondent aux be­soins de l’Afrique. Compte te­nu des élé­ments his­to­riques et ac­tuels, le conti­nent afri­cain a la pos­si­bi­li­té de de­ve­nir l’un des conti­nents les plus dy­na­miques dans le cadre de la co­opé­ra­tion de « la Cein­ture et la Route ». La Chine et l’Afrique pour­raient de­ve­nir les meilleurs par­te­naires en ce qui concerne la pro­mo­tion de la construc­tion de la com­mu­nau­té de des­tin pour l’hu­ma­ni­té. Les deux par­ties ont la pos­si­bi­li­té de por­ter à un nou­veau pa­lier la co­opé­ra­tion si­no-afri­caine à tra­vers « la Cein­ture et la Route », et d’en­ri­chir da­van­tage le conte­nu de leur par­te­na­riat stra­té­gique glo­bal. Le dé­ve­lop­pe­ment de la co­opé­ra­tion si­no-afri­caine est un vé­ri­table mo­dèle de la pro­mo­tion de « la Cein­ture et la Route »

pour d’autres ré­gions.

Lors du som­met, de nom­breux di­ri­geants afri­cains ont af­fir­mé que l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » cor­res­pond aux pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique dans les pays afri­cains. Alors que les di­ri­geants afri­cains par­ti­ci­paient au som­met, bon nombre d’entre eux ont si­gné avec la Chine des mé­mo­ran­dums d’en­tente et des ac­cords-cadres sur la co­opé­ra­tion en ma­tière de capacité de pro­duc­tion. D’autres en­core ont organisé des réunions de pro­mo­tion pour at­ti­rer des in­ves­tis­se­ments dans leur pays. Cer­tains chefs d’État et de gou­ver­ne­ment ont pré­sen­té aux en­tre­pre­neurs chi­nois les sec­teurs ou­verts aux in­ves­tis­se­ments et les po­li­tiques na­tio­nales qui les fa­vo­risent. Au cours de la réunion, les di­ri­geants des pays d’Afrique de l’Est, du Sud et du Nord, qui ont dé­jà bé­né­fi­cié de l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route », ont éga­le­ment pré­sen­té leurs ex­pé­riences aux di­ri­geants des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique cen­trale. Ces der­niers se sont in­for­més du conte­nu de « la Cein­ture et la Route » et des sec­teurs de co­opé­ra­tion prio­ri­taires pour cher­cher des points de conver­gence entre leur stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment et l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route ». Pour les pays afri­cains qui ont dé­jà si­gné des mé­mo­ran­dums d’en­tente, les au­to­ri­tés com­pé­tentes ont com­men­cé à me­ner des né­go­cia­tions pour mettre en oeuvre les consen­sus qui ont été at­teints. Ils per­met­tront de trans­for­mer les prin­cipes éla­bo­rés dans les mé­mo­ran­dums d’en­tente en pro­jets de co­opé­ra­tion concrets.

La pra­tique des « cinq non »

Le 1er dé­cembre 2017, le se­cré­taire gé­né­ral Xi Jin­ping a in­di­qué dans son dis­cours thé­ma­tique pro­non­cé lors du Dia­logue de haut ni­veau entre le PCC et des par­tis po­li­tiques du monde, que la Chine n’im­por­te­rait pas le mo­dèle étran­ger, qu’elle n’ex­por­te­rait pas le mo­dèle chi­nois et qu’elle ne de­man­de­rait pas non plus aux autres pays de co­pier les pra­tiques de la Chine. Lors de la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture du Som­met de Bei­jing, le pré­sident Xi Jin­ping a ex­po­sé dans son dis­cours thé­ma­tique la po­si­tion du gou­ver­ne­ment chi­nois et a sou­li­gné la pra­tique des « cinq non » dans les re­la­tions entre la Chine et l’Afrique : ne pas s’im­mis­cer dans la re­cherche, par les pays afri­cains, d’une voie de dé­ve­lop­pe­ment adap­tée à leurs condi­tions na­tio­nales ; ne pas s’in­gé­rer dans les af­faires in­té­rieures afri­caines ; ne pas im­po­ser sa vo­lon­té à l’Afrique ; ne pas as­sor­tir ses aides à l’Afrique à de quel­conques condi­tions po­li­tiques ; ne pas cher­cher des in­té­rêts po­li­tiques égoïstes dans sa co­opé­ra­tion avec l’Afrique en ma­tière d’in­ves­tis­se­ment et de fi­nan­ce­ment.

La pra­tique des « cinq non » est une bonne ré­ponse aux ca­lom­nies que cer­taines forces hos­tiles ont émises à l’égard de la Chine. Cette pra­tique montre aus­si la sin­cé­ri­té de la Chine pour ai­der l’Afrique.

Pour­tant, cer­tains cri­tiquent en­core ce qu’ils ap­pellent le « néo­co­lo­nia­lisme ». Il est nor­mal que cer­tains Oc­ci­den­taux nour­ris de fausses idées mettent en cause la co­opé­ra­tion entre la Chine, le plus grand pays en dé­ve­lop­pe­ment, et le conti­nent re­grou­pant le plus de pays en dé­ve­lop­pe­ment. Mais seules la Chine et l’Afrique ont le droit de ju­ger si leur co­opé­ra­tion est bonne ou non. Per­sonne ne pour­ra nier les ac­com­plis­se­ments re­mar­quables de la co­opé­ra­tion si­no-afri­caine avec de pures ima­gi­na­tions ou spé­cu­la­tions. Per­sonne ne pour­ra em­pê­cher ni com­pro­mettre les ef­forts de sou­tien de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale à l’Afrique.

Les ac­tions concrètes

Pour pro­mou­voir le dé­ve­lop­pe­ment des re­la­tions si­no-afri­caines, la Chine a avan­cé, lors du fo­rum, des me­sures concrètes qui com­prennent un sou­tien fi­nan­cier de 60 mil­liards de dol­lars, des plates-formes vi­sant à por­ter à un nou­veau pa­lier les re­la­tions si­no-afri­caines et éle­ver le ni­veau des mé­ca­nismes de la co­opé­ra­tion prag­ma­tique (par exemple, la Chine a dé­ci­dé d’or­ga­ni­ser sur son ter­ri­toire une foire éco­no­mique et com­mer­ciale Chi­neA­frique et de créer un fonds de co­opé­ra­tion Chine-Afrique pour la paix et la sé­cu­ri­té), ain­si que « huit ini­tia­tives ma­jeures » qui se­ront mises en oeuvre dans les trois ans à ve­nir et au-de­là. Toutes ces ac­tions sont concrètes. Nous sommes convain­cus que la co­opé­ra­tion si­no-afri­caine ap­por­te­ra de plus en plus de ré­sul­tats concrets. Ces me­sures concrètes sont des­ti­nées à ren­for­cer le mo­teur du dé­ve­lop­pe­ment afri­cain et montrent que le gou­ver­ne­ment chi­nois ho­nore ses en­ga­ge­ments.

La Chine es­père que l’aide ap­por­tée à ses par­te­naires afri­cains cor­res­pon­dra à ce dont ils ont le plus be­soin. C’est ain­si que le fonds pour­ra être uti­li­sé ef­fi­ca­ce­ment. Les deux par­ties vont dis­cu­ter pour dé­fi­nir quels sont les be­soins les plus ur­gents des pays afri­cains.

On peut pré­voir que la Chine et ses par­te­naires afri­cains vont construire et amé­lio­rer une sé­rie de zones de co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale afin d’éta­blir dans les pays hôtes des clus­ters in­dus­triels, éle­ver leur ni­veau d’in­dus­tria­li­sa­tion, ren­for­cer leur capacité de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, ac­croître les re­cettes de leurs fi­nances pu­bliques. La Chine est heu­reuse de voir que, mo­ti­vés par l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route », les pays d’Afrique du Nord, de l’Est, de l’Ouest, du Sud et d’Afrique cen­trale ont éga­le­ment ac­cé­lé­ré leur in­ter­con­nexion et ré­duit les coûts de tran­sport et de com­mu­ni­ca­tion afin de four­nir plus d’avan­tages au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique.

La Chine es­père éga­le­ment que les pays dé­ve­lop­pés par­ti­ci­pe­ront à cette co­opé­ra­tion pour construire en­semble « la Cein­ture et la Route ». Elle sou­hai­te­rait ou­vrir avec les pays dé­ve­lop­pés une co­opé­ra­tion sur le mar­ché tiers en Afrique, mettre en va­leur les avan­tages com­pa­ra­tifs de cha­cun, mettre en place une sé­rie de pro­jets pi­lotes sur la co­opé­ra­tion tri­par­tite, éla­bo­rer un mode ga­gnant-ga­gnant pour s’ef­for­cer d’agran­dir le « gâ­teau » de l’éco­no­mie afri­caine. La Chine est prête à ren­for­cer l’in­ter­ac­tion et la co­opé­ra­tion avec les mé­ca­nismes de co­opé­ra­tion mul­ti­la­té­raux et les ins­ti­tu­tions fi­nan­cières in­ter­na­tio­nales, à pro­mou­voir en­semble l’in­ter­con­nexion des in­fra­struc­tures des pays afri­cains afin de les ai­der à éle­ver le ni­veau de leur in­dus­tria­li­sa­tion et leur sta­tut dans la chaîne in­dus­trielle mon­diale. En dé­fi­ni­tive, le seul ob­jec­tif de la Chine est de contri­buer à la pros­pé­ri­té et au dé­ve­lop­pe­ment afri­cain. *JIN XIN est di­rec­teur du Centre d’études chi­nois sur le monde contem­po­rain re­le­vant du Dé­par­te­ment in­ter­na­tio­nal du Co­mi­té cen­tral du PCC et se­cré­taire gé­né­ral de l’As­so­cia­tion des think tanks in­ter­na­tio­naux de « la Cein­ture et la Route ».

Les 5 et 6 sep­tembre 2018, le pré­sident tcha­dien Idriss De­by It­no vi­site Chong­qing pour connaître les clés du suc­cès du dé­ve­lop­pe­ment so­cio-éco­no­mique de la ville.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.