Le Bon­heur ap­por­té par le train ex­press Chine-Eu­rope

China Today (French) - - SOMMAIRE - YAN WEIJUAN, membre de la ré­dac­tion

Se­lon des ho­raires et des tra­jets dé­sor­mais bien rô­dés, le train ex­press Chine-Eu­rope fait l’al­ler-re­tour et tra­verse les pays le long de « la Cein­ture et la Route ». De­puis son inau­gu­ra­tion en mars 2011 jus­qu’en juin 2018, il a réa­li­sé au to­tal 9 000 tra­jets et en­voyé près de 800 000 équi­va­lents vingt pieds (EVP) de mar­chan­dises ; le ré­seau de tran­sport couvre les prin­ci­pales zones du conti­nent eur­asien, tra­ver­sant 48 villes chi­noises et 42 villes européennes dans 14 pays.

Quel chan­ge­ment ap­porte ce nou­veau lien entre la Chine et l’Eu­rope dans la vie quo­ti­dienne des po­pu­la­tions ? Le 9 juillet 2018, lors d’une confé­rence de presse au Bu­reau de l’in­for­ma­tion du Con­seil des af­faires d’État, cinq per­sonnes dont les his­toires sont étroi­te­ment liées au train ex­press Chine-Eu­rope ont ra­con­té leurs ex­pé­riences.

Confiance des clients

Le 19 mars 2011, le pre­mier tra­jet d’es­sai du train ex­press Chine-Eu­rope a quit­té Chong­qing, à des­ti­na­tion de Duis­bourg (Al­le­magne). Grâce à son ef­fi­ca­ci­té et à un coût de tran­sport tou­jours plus com­pé­ti­tif, le train ex­press Chine-Eu­rope a connu un dé­ve­lop­pe­ment ra­pide. Zhang Wei, in­gé­nieur de Chi­na Rail­way Con­tai­ner Tran­sport Corp. Ltd (CRCT), a été le té­moin de cet es­sor.

Se­lon lui, le coût ac­tuel du train ex­press Chine-Eu­rope ne re­pré­sente qu’un cin­quième du tran­sport aé­rien. Grâce à la ges­tion par Chi­na Rail­way Cor­po­ra­tion, la ra­pi­di­té du train ex­press Chine-Eu­rope a consi­dé­ra­ble­ment aug­men­té : la dis­tance par­cou­rue par jour est pas­sée de 500 km à 1 300 km. Au­pa­ra­vant, il fal­lait entre cinq et sept jours pour al­ler de Chong­qing au col d’Ala­taw (Ré­gion au­to­nome ouï­goure du Xin­jiang), mais main­te­nant deux jours et de­mi suf­fisent. En­fin, le tra­jet Chong­qing-Duis­bourg ne dure que 12 jours par le train ex­press Chine-Eu­rope, ce qui re­pré­sente un tiers de la du­rée du tran­sport ma­ri­time et un cin­quième des coûts du tran­sport aé­rien.

« Beau­coup d’en­tre­prises ont d’abord choi­si le tran­sport ma­ri­time, entre autres, HP, Asus et Fox­conn. Tout comme le chan­ge­ment d’une ha­bi­tude chez une per­sonne, le chan­ge­ment du mode de tran­sport né­ces­site éga­le­ment un pro­ces­sus d’adap­ta­tion, sans comp­ter qu’il fal­lait sur­mon­ter un sen­ti­ment de mé­fiance à l’égard du tran­sport fer­ro­viaire. Nous sommes al­lés dans ces en­tre­prises avec des agents in­ter­na­tio­naux, pour com­prendre leurs be­soins concrets. Nous avons pro­mis de faire tout notre pos­sible pour sa­tis­faire leurs de­mandes », ra­conte Zhang Wei, qui est fier de leur com­mu­ni­ca­tion réus­sie avec les clients.

Il ex­plique : « Pour les mar­chands, le temps c’est de l’ar­gent. Pour cette rai­son, le laps de temps entre l’en­trée en gare et le dé­char­ge­ment dans la zone doua­nière ne dure pas plus de cinq mi­nutes, puis les ca­mions re­tournent di­rec­te­ment à l’usine pour char­ger le pro­chain lot de mar­chan­dises. »

Aug­men­ta­tion de l’ef­fi­ca­ci­té

Guo San, di­rec­teur ad­joint de l’ate­lier de fret de l’Urum­qi Rail­way Bu­reau, par­tage son ex­pé­rience sur l’op­ti­mi­sa­tion du pro­ces­sus au cours du­quel la vi­tesse du sys­tème de dé­doua­ne­ment est pas­sée de 12 heures à 6 heures.

« Au dé­but, nous ne fai­sions qu’un tra­jet par mois, car nous n’avions pas de sys­tème de ges­tion uni­fié. En cas de dé­doua­ne­ment, la co­or­di­na­tion entre nous et les en­tre­prises de mar­chan­dises ain­si que le dé­par­te­ment fer­ro­viaire ka­zakh n’était pas fluide et se ré­per­cu­tait sur le temps de tran­sport glo­bal. Avec l’aug­men­ta­tion des tra­jets, le Ka­za­khs­tan at­tache main­te­nant une plus grande im­por­tance au train ex­press Chine-Eu­rope et adopte une at­ti­tude fa­vo­rable et co­opé­ra­tive », re­marque M. Guo.

Hu Jun tra­vaille dans la Gare ouest de Yi­wu (Zhe­jiang) re­le­vant du Shan­ghai Rail­way Bu­reau. Wa­gon­nier en chef, il té­moigne de l’évo­lu­tion du train ex­press Yi­wu-Ma­drid : « Avec l’aug­men­ta­tion de l’ef­fi­ca­ci­té du tra­vail, le nombre de ma­noeuvres de wa­gons est pas­sé de 200 à 500. Dans le pas­sé, nous ef­fec­tuions nous-mêmes les opé­ra­tions de ma­noeuvre, mais main­te­nant elles sont ef­fec­tuées par ra­dio. En rai­son de l’aug­men­ta­tion des in­ves­tis­se­ments dans les in­fra­struc­tures fer­ro­viaires, notre pro­duc­ti­vi­té a beau­coup aug­men­té et la sé­cu­ri­té des opé­ra­tions de ma­noeuvre est as­su­rée. »

His­toire d’un rouge à lèvres

Âgé de 26 ans, Li Chao­jie vient du Wu­han Rail­way Bu­reau. Le train ex­press Wu­han-Po­logne a com­blé cet homme.

Di­plô­mé de l’uni­ver­si­té en 2014, Li Chao­jie a en­suite tra­vaillé comme tech­ni­cien de main­te­nance de train à Wu­han (ca­pi­tale du Hu­bei), et puis il est de­ve­nu « mé­de­cin pro­fes­sion­nel » du train ex­press Chine-Eu­rope, se char­geant du tra­vail lié à la vé­ri­fi­ca­tion tech­nique et à l’en­tre­tien du ma­té­riel. Au dé­but, sa pe­tite amie n’était pas d’ac­cord avec son choix, du fait que ce tra­vail était très dur : une dis­po­ni­bi­li­té 24 heures sur 24 avec trois équipes, des fêtes et des va­cances sou­vent né­gli­gées. En outre, elle trou­vait que le sta­tut de « ré­pa­ra­teur » était in­digne des quatre an­nées d’études uni­ver­si­taires. À ce mo­ment-là, le jeune couple a tra­ver­sé une crise.

Mais un jour, alors qu’ils fai­saient des courses dans un ma­ga­sin de Wu­han, la pe­tite amie de Li Chao­jie, qui ap­pré­cie beau­coup les rouges à lèvres, a vu écrit sur le comp­toir : « Style exo­tique de l’Eu­rope de l’Est ; achat di­rect à l’étran­ger grâce à l’ini­tia­tive de la Cein­ture et la Route. » Li Chao­jie fixe alors sa pe­tite amie d’un air triom­phant avant de lui dire : « Si tu penses tou­jours que mon tra­vail ne vaut rien, alors re­garde ces pro­duits, y com­pris le rouge à lèvres dans ta main. Ils sont tous ex­pé­diés par le train ex­press Chi­neEu­rope. »

« De­puis la mise en ser­vice du train ex­press Chine-Eu­rope, de nom­breux pro­duits étran­gers ar­rivent sur le mar­ché chi­nois comme du fro­mage fran­çais, de la bière al­le­mande, du lait bié­lo­russe et de l’huile de cuis­son russe. On peut les ache­ter au su­per­mar­ché chi­nois, à un prix rai­son­nable. Il y a aus­si beau­coup d’ali­ments chi­nois ex­pé­diés outre-mer comme ces 100 000 écre­visses du Hu­bei qui ont été trans­por­tées en Rus­sie par le train ex­press Chine-Eu­rope pour sa­tis­faire les fans de foot­ball lors de la Coupe du monde. » L’an­née der­nière, la pe­tite amie de Li Chao­jie est ve­nue s’ins­tal­ler à Wu­han et y a trou­vé un em­ploi stable. Son at­ti­tude a fon­da­men­ta­le­ment chan­gé. Main­te­nant, elle sou­tient le tra­vail de Li Chao­jie.

« Pour nous, le train ex­press Chi­neEu­rope équi­vaut à une course de re­lais, qui né­ces­site les ef­forts com­muns de tous les pays le long de la voie fer­ro­viaire. Notre tâche est d’ac­com­plir au mieux notre tra­vail dans la pre­mière étape du tra­jet », ex­plique Jiang Tong, conduc­teur de train du Cheng­du Rail­way Bu­reau. Il s’était char­gé du pre­mier tra­jet du train ex­press Chine-Eu­rope au dé­part de Chong­qing. À ses yeux, le plus grand chan­ge­ment ap­por­té par le train ex­press Chine-Eu­rope se trouve dans l’aug­men­ta­tion des tra­jets : « Au dé­but, on ne comp­tait qu’un tra­jet par se­maine au dé­part de Chong­qing, mais main­te­nant, ce chiffre a été mul­ti­plié par dix. Dans le même temps, le nombre de conduc­teurs est pas­sé de 20 à 50 per­sonnes. »

« Nous re­mar­quons que le train ex­press Chine-Eu­rope de­vient chaque jour plus po­pu­laire », dit Jiang Tong. Le train ex­press Chine-Eu­rope est en train de ga­gner la confiance et la re­con­nais­sance des pays le long de la voie fer­ro­viaire.

Lors d’une confé­rence de presse au Bu­reau de l’in­for­ma­tion du Con­seil des af­faires d’État, cinq per­sonnes ra­content leurs ex­pé­riences.

Le 24 juin 2017, le train ex­press Chine-Eu­rope au dé­part de Qing­dao est of­fi­ciel­le­ment mis en ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.