Qi Bai­shi : à la pour­suite d’un bon­heur na­tu­rel

China Today (French) - - INFOS -

Qi Bai­shi fut un homme de lettre à la re­cherche d’un bon­heur proche de la na­ture. La vie à la cam­pagne était son idéal.

L’an­née 1919 a été l’an­née la plus dif­fi­cile de la vie de Qi Bai­shi. Il vi­vait alors dans le temple de Fayuan à Bei­jing. Un jour, alors qu’il ba­var­dait avec Zhang Bo­ren, un dis­ciple du temple, il a sou­dain aper­çu sur le sol une em­preinte blanche qui avait la forme d’un oi­seau. Im­mé­dia­te­ment, il a pris une feuille de pa­pier et s’est cou­ché par terre pour des­si­ner cet « oi­seau ». Sur une aile de l’oi­seau, il a écrit cette ph­rase : « Ce­la ap­porte vrai­ment une joie simple. »

À l’âge de 57 ans, il a quit­té Xiang­tan, sa ville na­tale dans la pro­vince du Hu­nan, pour s’ins­tal­ler à Bei­jing, afin de fuir les troubles de la guerre. En­suite, il a su­bi les guerres qui ont pré­cé­dé l’éta­blis­se­ment de la Ré­pu­blique po­pu­laire de Chine, avec le mor­cel­le­ment du pays en ré­gimes sé­pa­ra­tistes éta­blis par les sei­gneurs de guerre du Beiyang puis la Guerre de ré­sis­tance contre l’agres­sion ja­po­naise et la guerre ci­vile. À cause de ses ori­gines fa­mi­liales et de ces guerres, il est res­té pauvre et a connu une vie dif­fi­cile jus­qu’au troi­sième âge. Dans son pays na­tal, il pos­sé­dait une an­cienne mai­son. Pen­dant plus de 50 ans, il est res­té dans sa ville na­tale pour pour­suivre son rêve de vie en au­tar­cie à la cam­pagne. Il est clair que Qi Bai­shi a été pro­fon­dé­ment in­fluen­cé par sa terre d’ori­gine, les gens et la cul­ture de sa ville na­tale. Dé­sor­mais, il y est une fi­gure connue de tous.

En au­tomne de cette an­née, le Mu­sée du Pa­lais impérial or­ga­nise pour la se­conde fois une grande ex­po­si­tion des chef­sd’oeuvre de Qi Bai­shi. Pa­ral­lè­le­ment, le Mu­sée des beaux-arts de l’Aca­dé­mie des beaux-arts de Bei­jing col­la­bo­ra avec dix or­ga­ni­sa­tions na­tio­nales pour ex­po­ser plus de 160 pein­tures de pay­sages de Qi Bai­shi. Dans les mois qui sui­vront, le Mu­sée de Xiang­tan et le Mu­sée na­tio­nal du Ja­pon à To­kyo or­ga­ni­se­ront tour à tour une ex­po­si­tion des oeuvres de Qi Bai­shi. L’oc­ca­sion pour les spec­ta­teurs de re­dé­cou­vrir le charme des tra­vaux de Qi Bai­shi.

San­lian Life Week­ly n° 36 10 sep­tembre 2018

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.