Charm Al-Cheikh et ses requins

Al Ahram Hebdo - - Courrier -

Il y a quelques jours, une tou­riste al­le­mande a été tuée a Charm Al-Cheikh par un re­quin, alors qu’elle na­geait dans la mer Rouge, l’une des plus belles des­ti­na­tions d’Egypte et consi­dé­rée comme l’un des plus cé­lèbres sites tou­ris­tiques. C’est la troi­sième at­taque de son genre, sans ou­blier qu’en 2009, une tou­riste fran­çaise a été vic­time d’une at­taque d’un re­quin en mer Rouge aus­si, au sud de Mar­sa Alam. Une as­so­cia­tion de pro­tec­tion de la na­ture avait tou­te­fois aver­ti qu’au moins un des requins agres­seurs se trou­vait en­core en li­ber­té, alors que la plage était rou­verte aux tou­ristes. Les requins chas­sant gé­né­ra­le­ment en pleine mer, le gou­ver­neur du Sud-Si­naï a es­ti­mé que le pré­da­teur avait pu être at­ti­ré près des côtes par un ba­teau trans­por­tant du bé­tail qui a je­té en mer des mou­tons morts.

En fait, l’ap­pa­ri­tion des requins dans des lieux si proches des plages n’est pas un phé­no­mène ha­bi­tuel ; pour­tant, cette ap­pa­ri­tion coïn­cide avec la sur­pêche com­mise dans cette ré­gion. Et mal­gré le fait qu’il est ab­so­lu­ment non re­com­man­dé dans toutes les ré­gions du monde de pê­cher les pe­tits pois­sons, puisque ce­la peut nuire à l’équi­libre éco­lo­gique, les pé­cheurs en Egypte y sont in­dif­fé­rents. Ce qui a cau­sé cette ca­tas­trophe qui lais­se­ra cer­tai­ne­ment ses traces sur l’éco­no­mie du pays et sur le tou­risme d’Egypte. Il faut ap­pli­quer des lois de dis­sua­sion dans ces ré­gions et aus­si il ne faut ja­mais sous-es­ti­mer les ca­tas­trophes en af­fir­mant que c’est un cas spé­cial. Si le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment avait pris des pas po­si­tifs vis-à-vis de cet ac­ci­dent, peut-être au­rions-nous sau­vé la vie de la tou­riste al­le­mande. Da­lia Mo­ha­med,

Le Caire.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.