Le TP Ma­zembe crée sa lé­gende

Al Ahram Hebdo - - Sports - Ka­rim Fa­rouk

L

AHIÉRARCHIE a fi­na­le­ment été res­pec­tée. Les Congo­lais du TP Ma­zembe, cham­pions d’Afrique, ont été bat­tus en fi­nale de la Coupe du monde des clubs 3-0 par l’In­ter Milan, cham­pion d’Eu­rope et d’Italie. Cette dé­faite n’en­lève rien au mé­rite de ce té­nor congo­lais qui a créé l’ex­ploit d’être la pre­mière équipe afri­caine à avoir ja­mais dis­pu­té la fi­nale de cette com­pé­ti­tion. « On n’a pas rem­por­té la Coupe, mais on ren­tre­ra à do­mi­cile la tête bien haute après ce que nous avons réa­li­sé ici », a dé­cla­ré l’at­ta­quant ve­dette de l’équipe afri­caine, Alain Kaluyituka.

Les Congo­lais ont his­sé l’Afrique à un nou­veau ni­veau lors de ce rêve qu’ils ont vé­cu à Abou-Dha­bi (Emi­rats arabes unis) dans la pé­riode du 8 au 18 dé­cembre. Jus­qu’à pré­sent, le té­nor cai­rote Ah­li avait en­re­gis­tré la meilleure per­for­mance afri­caine dans la com­pé­ti­tion, en rem­por­tant la mé­daille de bronze en 2006 et la fi­nale sem­blait être un mo­no­pole eu­ro­péen et sud-amé­ri­cain dans les 10 an­nées qui marquent la courte his­toire de la com­pé­ti­tion. Les gloires du TP Ma­zembe ont même sur­pas­sé les rêves des joueurs. « Quand nous sommes ar­ri­vés, on vou­lait rem­por­ter au moins un match afin de cor­ri­ger notre image après la per­for­mance de l’an­née der­nière », a dé­cla­ré le ca­pi­taine de l’équipe, Ka­zembe Mi­hayo. En 2009, les Cor­beaux avait concé­dé deux dé­faites. Cette an­née ce­pen­dant, ils ont com­men­cé leur par­cours en s’im­po­sant 1-0 face à Pa­chu­ca (Mexique), se qua­li­fiant ain­si pour la de­mi-fi­nale. Et là, c’était le ren­dez-vous avec la gloire. Ils ont bou­le­ver­sé tous les pro­nos­tics et vain­cu l’In­ter­na­cio­nal de Por­to Alegre du Bré­sil, an­cien cham­pion du monde 2006, 2-0 pour tra­cer leurs noms en lettres d’or dans l’his­toire du foot­ball. « On a pris la com­pé­ti­tion pas à pas, l’ap­pé­tit vient en man­geant et nous vou­lons pour­suivre notre che­min jus­qu’au bout », a dé­cla­ré l’ar­ti­san de cet ex­ploit, La­mine N’Diaye, en­traî­neur sé­né­ga­lais de l’équipe, qui a suc­cé­dé au Fran­çais Die­go Gar­zit­to en sep­tembre der­nier. Mais cette ma­gni­fique aven­ture s’est fi­na­le­ment ar­rê­tée face à une so­lide équipe ita­lienne qui n’a lais­sé au­cune chance à la sur­prise. « Dom­mage que nous n’étions pas à notre meilleur ni­veau ce soir. Phy­si­que­ment, je pense qu’on n’a pas ré­cu­pé­ré de­puis le match de l’In­ter­na­cio­nal. Mais je dois dire que l’In­ter a été net­te­ment su­pé­rieur et a bien mé­ri­té sa vic­toire. Ils ont une plus grande ex­pé­rience que nous pour ce genre de ren­contres et ont su com­ment en­ta­mer le match et conser­ver leur avan­tage jus­qu’à la fin. Fé­li­ci­ta­tions », a ajou­té le tech­ni­cien sé­né­ga­lais après la fi­nale.

Une his­toire de suc­cès Un pré­sident fan de l’équipe, de la puis­sance et de la sta­bi­li­té fi­nan­cière et bien sûr des ta­lents. Telle est la re­cette du tout-puis­sant Ma­zembe qui lui a per­mis de se his­ser au som­met de l’Afrique lors des deux der­nières an­nées et d’être à la hau­teur de l’élite mon­diale. L’homme au som­met de la hié­rar­chie du TP Ma­zembe est Moïse Ka­tum­bi Chapwe. Il n’a ces­sé de four­nir à l’équipe sup­port mo­ral et fi­nan­cier. Il a sui­vi l’équipe à Abou-Dha­bi où il a sou­vent par­ti­ci­pé aux en­traî­ne­ments et il en­cou­ra­geait même ses joueurs dans les ves­tiaires. « Ce ne sont pas les Bré­si­liens dont tout le monde parle. Vous êtes les meilleurs et vous pou­vez les battre. C’est comme l’his­toire de la Bible de Da­vid qui a bat­tu Go­liath », tels furent ses pro­pos avant la de­mi-fi­nale contre l’In­ter­na­cio­nal. Mais dans la vie, les pa­roles ne suf­fisent pas et Ka­tum­bi en est conscient. Il verse de grands sa­laires (presque 16 000 eu­ros par mois aux stars) afin d’ac­qué­rir et de conser­ver les meilleurs élé­ments du conti­nent. La star de l’équipe est Tré­sor Mpu­to qui a pour­tant man­qué ce ren­dez-vous, éco­pant une sus­pen­sion d’un an par la FI­FA pour avoir agres­sé un ar­bitre lors d’un match con­ti­nen­tal en mai der­nier. En son ab­sence, le Congo­lais Kaluyituka a fait par­ler de lui en rem­por­tant le sou­lier d’ar­gent, dé­cer­né au deuxième meilleur joueur de la com­pé­ti­tion. L’in­ter­na­tio­nal zam­bien Given Sin­gu­lu­ma, le Congo­lais Mu­lo­ta Ka­ban­gu, le Ca­me­rou­nais Nar­cisse Ekan­ga et bien sûr le gar­dien Mu­te­ba Ki­dia­ba, au­teur d’une splen­dide per­for­mance en de­mi-fi­nale, ont eux aus­si pe­sé en fa­veur de l’équipe. « Nous avons mon­tré au monde ce que nous pou­vons faire. C’est une arme à double tran­chant car cer­tains de nos joueurs se­rons très cour­ti­sés et il semble que nous al­lons perdre cer­tains de nos meilleurs élé­ments », a dit Mi­hayo. La ten­ta­tion se­ra très grande main­te­nant. Elle ne se­ra plus li­mi­tée à de pe­tites offres afri­caines ou eu­ro­péennes, car les stars du TP Ma­zembe mé­ritent main­te­nant leur place dans les plus grands clubs eu­ro­péens.

L’équipe per­dra peut-être un peu de sa splen­deur, voire la couronne afri­caine, mais cette ma­gni­fique aven­ture se­ra à ja­mais gra­vée dans la lé­gende du foot­ball

Le TP Ma­zembe a fait la gloire de l’Afrique à Abou-Dha­bi.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.