L’Egypte en de­hors de la toile ?

Al Ahram Hebdo - - Le Fait De La Semaine -

« L’af­faire Wi­kiLeaks n’a pas in­fluen­cé l’Egypte de près ou de loin », as­sure Mous­ta­pha Ka­mal Al-Saïd, pro­fes­seur de sciences po­li­tiques à l’Uni­ver­si­té du Caire. Le po­li­to­logue donne son com­men­taire sur l’évé­ne­ment le plus re­ten­tis­sant de 2010, qui a bou­le­ver­sé plu­sieurs pays dans le monde, lais­sant ses di­ri­geants dans l’em­bar­ras, et dont l’im­pact va pro­ba­ble­ment conti­nuer du­rant les pro­chaines an­nées. Se­lon Ka­mal, par­mi tout ce qui a été pu­blié par ce site, il n’y avait au­cune fuite im­por­tante concer­nant l’Egypte. Néan­moins, ce qui a été di­vul­gué confirme dans une grande me­sure ce que tout le monde connaît de la po­li­tique égyp­tienne. Ka­mal donne l’exemple des câbles abor­dant les po­si­tions égyp­tiennes vis-àvis de l’Iran. « Bien que les dis­cus­sions des res­pon­sables égyp­tiens aient dé­voi­lé une in­quié­tude gran­dis­sante des ca­pa­ci­tés nu­cléaires de l’Iran et de son in­fluence crois­sante dans la ré­gion, l’Egypte n’avait ja­mais ap­pe­lé Wa­shing­ton à lan­cer des frappes mi­li­taires contre Té­hé­ran. Des po­si­tions contraires à celles de plu­sieurs pays du Golfe. Les câbles ont mon­tré qu’ils ont ex­hor­té fré­quem­ment les Etats-Unis à at­ta­quer l’Iran pour mettre fin à son pro­gramme nu­cléaire ». Se­lon le po­li­to­logue, l’Egypte avait des ré­ac­tions plus mo­dé­rées. Le Caire a ap­pe­lé seule­ment les Etats-Unis à mettre le pro­gramme nu­cléaire de l’Iran et son ac­ti­vi­té dans la ré­gion dans un contexte plus élar­gi, tout en pre­nant en consi­dé­ra­tion le pro­gramme nu­cléaire is­raé­lien.

Ka­mal donne un autre exemple qui sou­tient son point de vue, ce­lui des câbles qui parlent de la suc­ces­sion en Egypte. Dans ce su­jet, ce qui a été aus­si pu­blié n’est pas une nou­veau­té. Le fils du pré­sident se pré­pa­re­rait pour la pré­si­den­tielle, ou Omar So­li­mane pour­rait être un can­di­dat, des in­fos que les jour­naux et les mé­dias égyp­tiens ont beau­coup abor­dées.

L’Egypte ne craint pas que ces in­fos ne la contraigne à chan­ger sa di­plo­ma­tie, comme c’est le cas pour l’Ara­bie saou­dite et les Emi­rats dont les re­la­tions avec l’Iran ont été très tou­chées.

Le Caire va-t-il prendre ses pré­cau­tions étant don­né ce qui se dit dans les chambres closes ? Le po­li­to­logue dit non, puis­qu’il est fa­cile de consta­ter les po­si­tions d’Egypte. Par ailleurs, l’Egypte n’est plus un ac­teur im­por­tant sur la scène de la po­li­tique au Moyen-Orient comme l’Iran, la Sy­rie et l’Ara­bie saou­dite, es­time-t-il

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.