Des hauts et des bas

2010 L’an­née a été plu­tôt po­si­tive. Dans cer­taines dis­ci­plines, les spor­tifs égyp­tiens ont réa­li­sé de bonnes per­for­mances comme en ju­do (mé­daille de bonze aux Mon­diaux). D’autres ont été une vraie dé­cep­tion. Quant au foot­ball, il a connu une sai­son en de

Al Ahram Hebdo - - Sports -

La sé­lec­tion égyp­tienne de foot­ball a fran­chi un nou­veau seuil en 2010. Le sélectionneur Has­san Ché­ha­ta et ses hommes sont en­trés dans la lé­gende en rem­por­tant la Coupe d’Afrique des na­tions en jan­vier der­nier. L’Egypte dé­tient dé­sor­mais 7 titres de cham­pion d’Afrique, dont trois d’af­fi­lée (2006, 2008 et 2010), un re­cord. Le me­neur de jeu ins­pi­ré Mo­ha­mad Abou-Trei­ka et l’at­ta­quant ve­dette Amr Za­ki ont man­qué le ren­dez-vous en rai­son de bles­sures, mais Ah­mad Has­san, sa­cré meilleur joueur de la CAN 2010 et meilleur joueur évo­luant en Afrique 2010, Emad Me­teab et Mo­ha­mad Zi­dan se sont dis­tin­gués et se sont im­po­sés face à leurs pairs, comme Sa­muel Eto’o (Ca­me­roun), John ObiMi­kel (Nigeria) et Asa­moah Gyan (Gha­na). Mais la carte ga­gnante et grande ve­dette de l’Egypte et de toute la com­pé­ti­tion était Mo­ha­mad Na­gui « Ge­do », meilleur bu­teur (5 buts) et ré­vé­la­tion de la com­pé­ti­tion. Une per­for­mance in­édite qui a pla­cé les Pha­raons dans le top du clas­se­ment mon­dial des sé­lec­tions de la FI­FA pour la pre­mière fois de leur his­toire. Ils ont même ter­mi­né l’an­née à la 9e place de­vant toutes les sé­lec­tions arabes et afri­caines mal­gré leur mau­vais dé­but dans les éli­mi­na­toires de la CAN 2012. En re­vanche, l’unique re­gret cette an­née a été que cette sé­lec­tion, qui a do­mi­né le conti­nent du­rant les cinq der­nières an­nées, a dû suivre la Coupe du monde, qui s’est jouée pour la pre­mière fois en Afrique, de­vant le pe­tit écran.

Les vol­leyeurs égyp­tiens ont fait une bonne pres­ta­tion en ter­mi­nant à la 13e place aux Championnats du monde qui se sont dé­rou­lés en Italie. « Ce clas­se­ment est un ex­ploit pour l’Egypte qui n’a ja­mais pas­sé le 1er tour lors des édi­tions pré­cé­dentes », dit Ché­rif Al-Ché­mer­ly, en­traî­neur de la sé­lec­tion na­tio­nale. En fait, lors des pré­cé­dents Mon­diaux, l’Egypte n’a ja­mais fait mieux que la der­nière et l’avant-der­nière place. En Italie, les Egyp­tiens ont joué des matchs de très haut ni­veau contre les meilleures na­tions du monde. Après s’être qua­li­fiée pour le 2e tour, l’équipe a été éli­mi­née après 2 dé­faites contre la Russie, mé­daillée de bronze aux Jeux Olym­piques (JO) de 2004 et 2008, et l’Es­pagne, cham­pion d’Eu­rope 2007. Mais du­rant les Mon­diaux, l’Egypte a joué un match spec­ta­cu­laire face à l’Iran qu’elle a bat­tu 3-0. Outre ces Mon­diaux, les vol­leyeurs égyp­tiens ont réa­li­sé une autre bonne per­for­mance : la sé­lec­tion na­tio­nale est re­tour­née à la Ligue mon­diale après une ab­sence de deux ans. « Par­ti­ci­per à la Ligue mon­diale est un grand pri­vi­lège qui per­met d’amé­lio­rer le ni­veau des joueurs », sou­ligne Ché­rif Al-Ché­mer­ly, qui af­firme que « cette sé­lec­tion, com­po­sée des joueurs égyp­tiens les plus re­mar­quables, est la meilleure de­puis long­temps ».

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.