Un double at­ten­tat à l’ouest de l’Iraq

Al Ahram Hebdo - - Hebdorama -

Deux at­ten­tats à la bombe vi­sant un bâ­ti­ment of­fi­ciel, à Ra­ma­di dans le centre de l’Iraq, ont fait lun­di 17 morts et une cin­quan­taine de bles­sés, a an­non­cé un res­pon­sable du mi­nis­tère de l’In­té­rieur. Il s’agit de la deuxième at­taque di­ri­gée ce mois-ci contre ce bâ­ti­ment qui abrite le conseil pro­vin­cial et le quar­tier gé­né­ral de la po­lice.

Le gou­ver­neur de la pro­vince d’An­bar, où se trouve Ra­ma­di, Kas­sim Mo­ha­med, a dit que la pre­mière ex­plo­sion était ve­nue d’un mi­ni­bus si­tué près du bâ­ti­ment et que la se­conde avait été dé­clen­chée par un ka­mi­kaze ha­billé en po­li­cier. « Le bi­lan est de 17 morts et de 50 à 60 per­sonnes bles­sées », a dé­cla­ré à Reu­ters le gé­né­ral Hus­sein Ka­mel, vice-mi­nistre de l’In­té­rieur. De source proche de la po­lice, on pré­cise que la plu­part des vic­times ap­par­tiennent aux forces de l’ordre. « Le pre­mier mi­nistre (Nou­ri Al-Ma­li­ki) a or­don­né la mise sur pied d’une com­mis­sion d’en­quête en rai­son du ca­rac­tère ré­pé­té des at­taques vi­sant ce bâ­ti­ment de la pro­vince d’An­bar », a dit le gé­né­ral Ka­mel.

Un mé­de­cin de l’hô­pi­tal de Ra­ma­di, s’ex­pri­mant sous cou­vert d’ano­ny­mat, a fait état d’un bi­lan d’au moins 14 morts et 52 bles­sés. « Cer­tains des bles­sés sont dans un état grave. Les ser­vices d’ur­gence conti­nuent d’ache­mi­ner des bles­sés », a-t-il dit.

Le gou­ver­neur ad­joint de la pro­vince, Hik­met Kha­laf, a dé­si­gné la branche ira­qienne de l’or­ga­ni­sa­tion is­la­miste Al-Qaë­da comme res­pon­sable de ce double at­ten­tat. « L’ob­jec­tif d’Al-Qaë­da est évident, à sa­voir tou­cher la sé­cu­ri­té de la pro­vince », a-t-il pré­ci­sé. Et d’ajou­ter : « Ce n’est pas le pre­mier at­ten­tat contre des bâ­ti­ments du gou­ver­ne­ment lo­cal. Les as­saillants ont choi­si un car­re­four très fré­quen­té à Ra­ma­di pour tuer un grand nombre de ci­vils qui se ren­daient dans ces bâ­ti­ments ».

La pro­vince d’An­bar, consti­tuée en ma­jo­ri­té de vastes éten­dues dé­ser­tiques, a été le ber­ceau d’une vio­lente in­sur­rec­tion sun­nite après l’in­ter­ven­tion mi­li­taire amé­ri­caine de 2003. Ses deux prin­ci­pales villes, Ra­ma­di et Fal­loud­ja, ont connu cer­tains des com­bats les plus meur­triers de la guerre.

Mais les chefs de tri­bu sun­nites se sont en­suite re­tour­nés contre Al-Qaë­da, ai­dant les forces amé­ri­caines à ra­me­ner une paix re­la­tive dans la ré­gion.

Au dé­but du mois, les forces de sé­cu­ri­té ira­qiennes ont pro­cé­dé à l’ar­res­ta­tion de 39 ac­ti­vistes d’Al-Qaë­da à tra­vers le pays, par­mi les­quels fi­gu­rait le chef de la branche de l’or­ga­ni­sa­tion is­la­miste dans la pro­vince d’An­bar.

Alors que le Sud-Sou­dan s’achemine vers l’in­dé­pen­dance le 9 jan­vier 2010, mar­quant l’échec de tous les ef­forts pour main­te­nir le pays uni­fié, le Sou­dan ne semble tou­te­fois pas près de se ti­rer d’af­faire. Et les der­nières dé­cla­ra­tions du pré­sident Omar Has­san Al-Bé­chir ne sont pas pour apai­ser les ten­sions ailleurs dans le pays.

Le chef de l’Etat a en ef­fet an­non­cé so­len­nel­le­ment la se­maine der­nière qu’une fois in­ter­ve­nue la sé­ces­sion du Sud, Khar­toum mo­di­fie­rait la Cons­ti­tu­tion, où il ne se­rait plus ques­tion de di­ver­si­té cultu­relle et eth­nique. Al-Bé­chir a éga­le­ment an­non­cé que la cha­ria et l’is­lam se­ront les prin­ci­pales sources d’ins­pi­ra­tion de la Cons­ti­tu­tion, que l’is­lam se­ra la re­li­gion of­fi­cielle et l’arabe la langue of­fi­cielle. La Cons­ti­tu­tion ac­tuelle re­con­naît le ca­rac­tère mul­ti-eth­nique, plu­ri­cul­tu­rel et re­li­gieux du Sou­dan. Elle est fon­dée sur la cha­ria, mais aus­si sur le « consen­sus » de la po­pu­la­tion. Une ma­nière de prendre en consi­dé­ra­tion la di­ver­si­té re­li­gieuse du pays.

A peine an­non­cée, la prise de po­si­tion du pré­sident s’est at­ti­rée l’ire des pro­vinces en dif­fi­cul­té avec le pou­voir cen­tral : le Dar­four (ouest), sui­vi du Sud-Kor­do­fan et du Nil Bleu (est). Le Mou­ve­ment de la jus­tice et de l’éga­li­té (JEM), groupe re­belle au Dar­four, a ain­si es­ti­mé que l’éta­blis­se­ment d’un Etat is­la­mique au Nord-Sou­dan pour­rait com­pro­mettre la re­cherche d’un rè­gle­ment pa­ci­fique au conflit dans cette ré­gion, vieux de sept ans. De leur cô­té, le gou­ver­neur de l’Etat du Nil Bleu et le vice-gou­ver­neur de l’Etat du Sud-Kor­do­fan ont me­na­cé de ré­cla­mer le droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion de leur ré­gion, à l’ins­tar du Sud, au cas où Khar­toum ne les consul­te­rait pas avant de mo­di­fier la Cons­ti­tu­tion. Ces deux ré­gions li­mi­trophes du SudSou­dan, où vivent des chré­tiens et des ani­mistes ap­par­te­nant à des tri­bus afri­caines, sont ré­gies par deux pro­to­coles si­gnés dans la fou­lée de l’ac­cord de paix de jan­vier 2005 entre le Nord et le Sud-Sou­dan. Ils pré­voient no­tam­ment de te­nir en 2011 une « consul­ta­tion po­pu­laire » pour ac­qué­rir da­van­tage d’au­to­no­mie dans les ques­tions de l’iden­ti­té, de la culture et de la pos­ses­sion des terres et pour dé­ci­der de l’ave­nir de ces deux Etats.

Le vote pour l’in­dé­pen­dance du Sud-Sou­dan pour­rait ou­vrir une boîte de Pan­dore et at­ti­ser les as­pi­ra­tions sé­ces­sion­nistes d’autres ré­gions, no­tam­ment au Dar­four. Et ce ne sont sû­re­ment pas les der­nières dé­cla­ra­tions du pré­sident Bé­chir qui vont ar­ran­ger les choses. De nom­breux ana­lystes an­ti­cipent ain­si une re­cru­des­cence des com­bats au Dar­four. L’in­dé­pen­dance du Sud chan­ge­rait la carte du Sou­dan, mais aus­si le rap­port de force entre la ré­bel­lion dans cette pro­vince et le pou­voir cen­tral de Khar­toum. His­to­ri­que­ment, le Dar­four est la ré­gion qui a le plus cla­mé son droit à un Etat sé­pa­ré, étant don­né qu’il a été in­cor­po­ré au Sou­dan à une date re­la­ti­ve­ment ré­cente, lors de la Pre­mière Guerre mon­diale en 1916. Ac­tuel­le­ment, seule une mi­no­ri­té de ra­di­caux prône le droit du Dar­four à se sé­pa­rer du Sou­dan. L’in­dé­pen­dance du Sud ap­por­te­ra de l’eau à leur mou­lin.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.