Vers une pos­sible hausse des prix

. Le nou­veau mi­nistre du Pé­trole, Ab­dal­lah Gho­rab, a af­fir­mé que les contrats d’ex­por­ta­tion vers Is­raël et la Jor­da­nie sont ac­tuel­le­ment en voie de ré­vi­sion.

Al Ahram Hebdo - - E Conomi E - Né­vine Ka­mel

L’ac­cord concer­nant l’ex­por­ta­tion du gaz na­tu­rel vers Is­raël fait la une des jour­naux de­puis la ré­vo­lu­tion du 25 jan­vier. Cer­tains ré­clament une ré­vi­sion du prix alors que d’autres de­mandent car­ré­ment l’an­nu­la­tion to­tale de l’ac­cord. D’autres ci­toyens ont car­ré­ment in­ten­té des pro­cès contre l’ex-mi­nistre du Pé­trole l’ac­cu­sant de di­la­pi­der les ri­chesses na­tu­relles du pays. Par­tant de ce fait, ce dos­sier a été le centre d’in­té­rêt de la pre­mière confé­rence de presse du nou­veau mi­nistre du Pé­trole, Ab­dal­lah Gho­rab, 10 jours après sa no­mi­na­tion.

« Le mi­nis­tère est ac­tuel­le­ment en cours de négociations avec la par­tie is­raé­lienne, afin de ré­vi­ser les prix du gaz ex­por­té vers Is­raël. Nous pen­sons que nous al­lons abou­tir cette fois-ci à des ré­sul­tats plus po­si­tifs, vu les pres­sions de l’opi­nion pu­blique qu’Is­raël connaît par­fai­te­ment », dit-il.

Se­lon le mi­nistre, il ne s’agit pas seule­ment de la ré­vi­sion des prix du gaz ex­por­té vers Is­raël, mais de tous les contrats d’ex­por­ta­tion conclus par l’Egypte. Les ex­perts ont ac­cu­sé à maintes re­prises le mi­nis­tère du Pé­trole d’avoir gas­pillé près de 10 mil­liards de L.E. à tra­vers les contrats de gaz avec Is­raël, vu le prix fixé à 1,3 dol­lar par mil­lion d’uni­tés bri­tan­niques. Ce­pen­dant, Ab­dal­lah Gho­rab a te­nu à faire une mise au point. « L’Egypte n’a ja­mais ex­por­té le gaz à ce prix­là. Il est vrai qu’il avait été fixé au dé­part, mais il a été mo­di­fié avant le dé­but de l’ex­por­ta­tion », a-t-il af­fir­mé en re­fu­sant d’in­di­quer les prix ac­tuels, afin de ren­for­cer sa po­si­tion lors des négociations avec les autres par­ties. Il a ajou­té que l’ex­por­ta­tion du gaz vers Is­raël ne dé­passe pas les 4 % de la pro­duc­tion to­tale.

La consommation lo­cale de 60 mil­lions de tonnes par an dé­passe la pro­duc­tion lo­cale, se­lon les chiffres du mi­nis­tère en 2009.

Une ques­tion donc se pose : Pour­quoi l’Egypte ex­porte-t-elle le gaz alors qu’elle ne sa­tis­fait pas ses be­soins lo­caux ? « Il s’agit en fait de consi­dé­ra­tions po­li­tiques. C’est pour cette rai­son que la dé­ci­sion d’an­nu­ler le contrat de l’ex­por­ta­tion, soit vers Is­raël, ou d’autres pays, n’est pas du res­sort du mi­nistre du Pé­trole. Elle fait par­tie des pré­ro­ga­tives du pré­sident », a dé­cla­ré Gho­rab. « Tout ce qu’on peut faire ac­tuel­le­ment c’est re­voir le prix et le mo­di­fier », pré­cise-t-il

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.