Les coptes dé­cident une trêve

Al Ahram Hebdo - - Egypte - Ola Ham­di

APRÈS près de deux se­maines de cham­bar­de­ment, la vie est re­ve­nue à la nor­male dans le quar­tier de Mas­pe­ro au Caire, où se trouve la Ra­dio-té­lé­vi­sion pu­blique. Les ma­ni­fes­tants coptes qui cam­paient de­vant le bâ­ti­ment ont mis fin à leur sit-in de 13 jours. « Nous avons dé­ci­dé de mettre fin à notre mou­ve­ment après la ré­ou­ver­ture d’un nombre d’églises et la li­bé­ra­tion des dé­te­nus coptes dans les évé­ne­ments d’Im­ba­ba », ex­plique Mina, un des ma­ni­fes­tants. Dès que le père Ma­thias, un des lea­ders du sit-in, ait ap­pe­lé les ma­ni­fes­tants à quit­ter les lieux, sa­me­di soir, un groupe de jeunes a com­men­cé à net­toyer la zone et à dé­bar­ras­ser les ban­nières. L’ar­mée et la po­lice ont en­le­vé les fils bar­be­lés po­sés par les ma­ni­fes­tants à l’en­trée et à la sor­tie de la Cor­niche du Nil. Pour le père Ma­thias, cette dé­ci­sion vise à don­ner du temps aux res­pon­sables pour étu­dier les de­mandes des coptes. « Cer­taines de nos de­mandes ont été sa­tis­faites tan­dis que d’autres sont en­core à l’étude. Nous at­ten­dons que les res­pon­sables tiennent leurs pro­messes faites pen­dant les 30 der­niers jours », as­sure le père Ma­thias.

Le sit-in de­vant le bâ­ti­ment de la Ra­dio­té­lé­vi­sion à Mas­pe­ro avait com­men­cé il y a deux se­maines après les in­ci­dents in­ter­con­fes­sion­nels d’Im­ba­ba qui ont fait plu­sieurs morts et des di­zaines de bles­sés, et du­rant les­quels une église a été in­cen­diée. Les coptes exigent no­tam­ment la pro­mul­ga­tion d’une loi uni­fiée sur la construc­tion des lieux de culte, ain­si qu’une autre contre la dis­cri­mi­na­tion. Les coptes ré­clament aus­si la ré­ou­ver­ture des églises fer­mées, l’ar­res­ta­tion des ins­ti­ga­teurs des in­ci­dents d’Im­ba­ba et la li­bé­ra­tion des coptes ar­rê­tés au cours de ces mêmes in­ci­dents. Les au­to­ri­tés ont li­bé­ré cette se­maine 41 coptes ar­rê­tés dans les évé­ne­ments d’Im­ba­ba et du­rant le sit-in de Mas­pe­ro. Ce­pen­dant, les or­ga­ni­sa­teurs du si­tin af­firment qu’ils re­vien­dront si l’in­té­gra­li­té de leurs re­ven­di­ca­tions n’est pas sa­tis­faite. « Nous avons seule­ment dé­ci­dé de sus­pendre le sit-in jus­qu’au 13 juin. Nous avons eu une réunion avec la Coa­li­tion des jeunes de la ré­vo­lu­tion, qui nous ont pro­mis que nos re­ven­di­ca­tions se­raient sa­tis­faites », lance le père Phi­lo­pa­teer Ga­mil, de l’ar­che­vê­ché de Gui­za. Ché­rif Doss, chef de l’Or­ga­ni­sa­tion des coptes d’Egypte, es­time, lui, que l’Etat a mon­tré sa bonne vo­lon­té en li­bé­rant les dé­te­nus coptes. « Mais il doit à pré­sent ré­pondre aux autres re­ven­di­ca­tions », dit-il.

Le 19 mai, les coptes qui cam­paient de­vant Mas­pe­ro avaient dé­ci­dé de quit­ter les lieux lors­qu’ils ont ap­pris que l’église de la Vierge à Aïn-Chams al­lait être ou­verte. Mais ils sont re­ve­nus et ont dé­ci­dé de pour­suivre leur mou­ve­ment lorsque des heurts ont écla­té entre mu­sul­mans et chré­tiens dans le quar­tier, quand des sa­la­fistes ont es­sayé d’en­tra­ver la ré­ou­ver­ture de l’église, fer­mée de­puis deux ans suite à des af­fron­te­ments confes­sion­nels. Cette église est l’un des édi­fices re­li­gieux dans le quar­tier de Aïn-Chams dont les au­to­ri­tés avaient pro­mis la ré­ou­ver­ture pour cal­mer les ma­ni­fes­tants de Mas­pe­ro. Mina Sa­bet, co­or­di­na­teur des mé­dias à l’Union des jeunes coptes de Mas­pe­ro, ex­plique : « Nous avons dé­ci­dé d’an­nu­ler la sus­pen­sion du sit-in après avoir re­çu des nou­velles sur l’ar­res­ta­tion de plu­sieurs chré­tiens dans les évé­ne­ments de l’église de la Vierge de Aïn-Chams ».

Dio­cèse de Ma­gha­gha re­cons­truit Cet in­ci­dent a in­ci­té les ma­ni­fes­tants à conti­nuer leur sit-in, mal­gré l’ap­pel du pape Ché­nou­da III à l’ar­rê­ter. Les ma­ni­fes­tants ont dé­ci­dé de conti­nuer leur sit-in de­vant le bâ­ti­ment de la té­lé­vi­sion d’Etat jus­qu’à ce que l’église de la Vierge et de l’évêque Abram à Aïn-Chams soit à nou­veau ou­verte et que le dio­cèse de Ma­gha­gha soit re­cons­truit. Fi­na­le­ment, avec la li­bé­ra­tion des dé­te­nus et la ré­ou­ver­ture de deux églises, une à As­siout et une autre à Bé­ni-Soueif en Haute-Egypte, les ma­ni­fes­tants ont sus­pen­du leur sit-in. Une dé­lé­ga­tion de coptes s’est réunie cette se­maine avec des membres du Con­seil mi­li­taire, dont l’avo­cat de l’Eglise, Na­guib Go­braïl. Les coptes ré­clament le ju­ge­ment des cri­mi­nels qui ont com­mis des vio­lences contre les coptes, à Saul à Gui­za, à Alexan­drie, à Im­ba­ba et à Aïn-Chams. Sa­me­di, une réunion entre des hommes de re­li­gion chré­tiens et mu­sul­mans dans le quar­tier de Aïn-Chams a vu ap­pa­raître des di­ver­gences au su­jet de l’église de AïnC­hams. Celle-ci était à la base une usine de prêt-à-por­ter que l’église a ra­che­tée avant de la trans­for­mer en lieu de culte. Le bâ­ti­ment avait alors été fer­mé après que des heurts aient écla­té à son su­jet entre coptes et mu­sul­mans. Lors de la réunion de sa­me­di, les mu­sul­mans ont pro­po­sé que le bâ­ti­ment soit trans­for­mé en hô­pi­tal au ser­vice des coptes et des mu­sul­mans ou bien en usine comme il était dans le pas­sé. Mais les chré­tiens ont re­fu­sé. Fi­na­le­ment, il a été dé­ci­dé de re­cou­rir à la jus­tice pour dé­ter­mi­ner le des­tin du bâ­ti­ment. Le père Ga­mil, qui a as­sis­té à la réunion, ex­plique : « La réunion a vu des al­ter­ca­tions et des négociations qui ont pris beau­coup de temps. A la fin, on a pris la dé­ci­sion de fer­mer l’église pour le mo­ment jus­qu’à ce que la jus­tice dise son mot ».

Yvonne Mos­saad, mi­li­tante et conseillère ju­ri­dique de l’Union des jeunes coptes de Mas­pe­ro, pense que ces réunions de ré­con­ci­lia­tion n’ont au­cune im­por­tance et ne ré­sou­dront pas les crises. « On perd notre temps dans ce genre des réunions qui ne sert à rien. On en a fait plu­sieurs et le ré­sul­tat est que nos droits sont per­dus. La seule so­lu­tion c’est l’ap­pli­ca­tion de la loi et la jus­tice pour at­teindre nos droits », af­firme-t-elle. « Nous avons sus­pen­du notre mou­ve­ment jus­qu’au 13 juin pour don­ner la chance au gou­ver­ne­ment de ré­pondre à nos re­ven­di­ca­tions. Si non, nous re­tour­ne­rons en sit-in », af­firme Yvonne Mos­saad

Les ma­ni­fes­tants coptes qui cam­paient de­vant Mas­pe­ro ont mis fin à leur sit-in de 13 jours.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.