L’Egypte à deux vi­tesses

Al Ahram Hebdo - - Egypte -

ment le Si­naï ».

Dans le jour­nal en ligne Al-Ba­dil, Bas­sel Ram­sis re­vient, lui, sur cette jux­ta­po­si­tion à tra­vers la ques­tion des écoles du di­manche. « Ces écoles sont une ins­ti­tu­tion à part en­tière à l’in­té­rieur de l’Eglise égyp­tienne, elles re­montent, se­lon cer­tains, au XIXe siècle, et leur mis­sion était d’ap­pendre aux en­fants et aux jeunes les pré­ceptes de la re­li­gion. Or, du­rant les der­nières dé­cades, elles ont connu une pro­fonde trans­for­ma­tion pour de­ve­nir des mas­to­dontes qui offrent di­vers ser­vices aux jeunes coptes al­lant des ex­cur­sions au cours de sou­tien en pas­sant par la créa­tion de clubs spor­tifs. Bref, toutes les ac­ti­vi­tés qui leur per­mettent de vivre à l’in­té­rieur d’une so­cié­té à part en­tière et les dis­pensent de cô­toyer la so­cié­té qui en­toure l’église. Et peu à peu, ils com­mencent à re­gar­der la so­cié­té avec sus­pi­cion, puis avec du re­fus. La sé­cu­ri­té pour eux ne se réa­lise qu’aux cô­tés de Jé­sus et de ceux avec les­quels ils par­tagent tout à l’in­té­rieur de l’en­ceinte de cette so­cié­té ec­clé­sias­tique ». Et de conclure : « Main­te­nant, l’Egypte de jan­vier est le lieu qui a le pou­voir de don­ner la pos­si­bi­li­té his­to­rique de mettre fin aux écoles du di­manche ou aux écoles du ven­dre­di, pour per­mettre aux ci­toyens de sor­tir de leur chasse gar­dée re­li­gieuse. Ces bar­ri­cades so­lides qui nous sé­pa­raient du ré­gime au temps de Tah­rir et que nous pous­sions au fur et à me­sure pour li­bé­rer plus d’es­pace doivent re­ve­nir, pas pour nous sé­pa­rer, mais pour iso­ler ceux qui oeuvrent à dé­truire notre ré­vo­lu­tion ».

Le jour­nal Al-Wafd a consa­cré un dos­sier aux quar­tiers in­for­mels, l’autre illus­tra­tion de cette Egypte à deux vi­tesses sous le titre « Les quar­tiers in­for­mels … Les bombes de la pau­vre­té et de la vio­lence ». Pas de chiffre exact sur le nombre de ces quar­tiers dont la ma­jo­ri­té se trouve au Caire. « Les chiffres de l’Or­ga­nisme de mo­bi­li­sa­tion et des sta­tis­tiques parlent de 1 221 zones. 60 % des en­fants sont pri­vés d’écoles et se re­trouvent sur le mar­ché du tra­vail. Ces quar­tiers comptent 18 mil­lions d’ha­bi­tants, à sa­voir 37 % des ha­bi­tants des zones ur­baines et 38 % d’entre eux vivent avec moins de 200 L.E. par mois (en­vi­ron 30 dol­lars). Des quar­tiers où la den­si­té se si­tue aux alen­tours de 128,5 ha­bi­tants par km2 ». Le jour­nal an­nonce que le quar­tier de Bou­laq Al-Da­krour, qui jouxte le quar­tier chic de Mo­han­des­sine au Caire, est le pro­chain dan­ger. « Les deux quar­tiers sont sé­pa­rés par une ligne de che­min de fer qui n’est pas une ligne de dé­mar­ca­tion géo­gra­phique seule­ment, mais une sé­pa­ra­tion entre deux mondes et deux époques. Ce­lui des routes larges, propres et ses ser­vices, et ce­lui des or­dures et de drogue ».

L’Egypte à deux vi­tesses c’est celle aus­si des débats hou­leux où ru­meurs et in­for­ma­tions se

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.