Me­nace d’une guerre ci­vile

Re­fu­sant de si­gner le plan de paix pré­sen­té par les pays du Golfe, le pré­sident Ali Ab­dal­lah Sa­leh bloque la si­tua­tion alors que son pays est se­coué par les me­naces de vio­lence et de chaos.

Al Ahram Hebdo - - Monde Arabe - Ma­ha Salem

LA SI­TUA­TION s’ag­grave de plus en plus et une guerre ci­vile est sur le point d’écla­ter. Après de dif­fi­ciles trac­ta­tions entre les pays du Con­seil de Co­opé­ra­tion du Golfe ( CCG), l’op­po­si­tion et le pré­sident yé­mé­nite Ali Ab­dal­lah Sa­leh, ce der­nier a re­fu­sé de si­gner, di­manche 22 mai, l’ac­cord sur la tran­si­tion. Réunis à Riyad, les mi­nistres des Af­faires étran­gères du CCG ont donc an­non­cé avoir « dé­ci­dé de sus­pendre leur ini­tia­tive en l’ab­sence des condi­tions pro­pices pour la réus­site de leur mé­dia­tion » . Se­lon le com­mu­ni­qué pu­blié à la fin de leur réunion consa­crée à la ques­tion yé­mé­nite, « les mi­nistres es­pèrent que M. Sa­leh si­gne­ra ra­pi­de­ment cet ac­cord qui offre le meilleur moyen pos­sible pour sur­mon­ter la si­tua­tion ac­tuelle au Yé­men » . Les mo­nar­chies du CCG ex­priment « leur pro­fonde in­quié­tude quant à l’évo­lu­tion de la si­tua­tion au Yé­men » et ap­pellent les Yé­mé­nites à faire preuve de pa­tience et de sa­gesse pour épar­gner à leur pays « la ca­tas­trophe qui pour­rait le frap­per » se­lon le com­mu­ni­qué.

Une fois la dé­ci­sion du Golfe an­non­cée, Sa­leh a mis en garde l’op­po­si­tion contre une « guerre ci­vile ». « S’ils ne plient pas et s’ils veulent en­traî­ner le pays dans une guerre ci­vile, ils en as­su­me­ront la res­pon­sa­bi­li­té et la res­pon­sa­bi­li­té du sang qui a cou­lé et qui cou­le­ra dès lors qu’ils per­sis­te­ront dans leur stu­pi­di­té » , a dé­cla­ré M. Sa­leh. Et pour une fois de plus blo­quer la si­tua­tion, le pré­sident a mul­ti­plié les condi­tions pour si­gner l’ac­cord de sor­tie de crise éla­bo­ré par le CCG et pré­voyant son dé­part dans un mois. Ain­si, la nou­velle pomme de discorde entre le pré­si- dent et l’op­po­si­tion est de­ve­nue le lieu de la si­gna­ture de l’ac­cord. De sa part, le pré­sident a exi­gé que l’op­po­si­tion signe avec lui l’ac­cord au pa­lais pré­si­den­tiel. « La cé­ré­mo­nie de si­gna­ture de l’ac­cord doit se dé­rou­ler au pa­lais pré­si­den­tiel en pré­sence de toutes les par­ties po­li­tiques concer­nées » , a af­fir­mé dans un com­mu­ni­qué le par­ti pré­si­den­tiel, le Con­grès Po­pu­laire Gé­né­ral ( CPG).

Dé­jà, cet ac­cord a été pa­ra­phé par l’op­po­si­tion, le par­ti pré­si­den­tiel et ses al­liés en pré­sence du se­cré­taire gé­né­ral du CCG, Ab­del­la­tif Zaya­ni. Mais l’ac­cord avait été si­gné au do­mi­cile d’un di­ri­geant de l’op­po­si­tion, cette der­nière ayant re­fu­sé de se rendre au pa­lais pré­si­den­tiel. « La si­gna­ture à huis clos ne peut être re­con­nue, elle re­flète de mau­vaises in­ten­tions à l’égard de l’ini­tia­tive » du CCG, a es­ti­mé le com­mu­ni­qué du par­ti pré­si­den­tiel.

Dé­fen­dant sa po­si­tion, le por­te­pa­role de l’op­po­si­tion par­le­men­taire a af­fir­mé que l’op­po­si­tion re­fu­sait de se rendre au pa­lais pré­si­den­tiel. Ain­si, le se­cré­taire gé­né­ral du CCG, Ab­del­la­tif Zaya­ni, a quit­té Sa­naa pour Riyad sans avoir ob­te­nu la si­gna­ture par le chef de l’Etat de l’ac­cord sous une forte ten­sion. Le mé­dia­teur a été éva­cué, avec l’am­bas­sa­deur des Etats-Unis à Sa­naa, Gerald Mi­chael Feier­stein, de l’am­bas­sade des Emi­rats arabes unis où ils avaient été en­cer­clés par des cen­taines de par­ti­sans ar­més du ré­gime yé­mé­nite. Pour pro­tes­ter contre cet in­ci­dent, un haut res­pon­sable du CPG, le par­ti de M. Sa­leh, Ah­med Sou­fane, a an­non­cé sa dé­mis­sion du bu­reau po­li­tique du par­ti.

Quant à l’op­po­si­tion, elle a aver­ti M. Sa­leh qu’il se­rait « chas­sé du pou­voir sous la pres­sion de la rue s’il ne si­gnait pas l’ac­cord. Si M. Sa­leh ne signe pas, la ré­volte va s’in­ten­si­fier et il (fi­ni­ra) par être chas­sé du pou­voir », a aver­ti M. Mo­ha­med Qah­tan. Pour concré­ti­ser leur aver­tis­se­ment, les op­po­sants à M. Sa­leh ont or­ga­ni­sé sur la place du « Chan­ge­ment » la plus grande ma­ni­fes­ta­tion qu’ait connue la ca­pi­tale de­puis jan­vier pour ré­cla­mer le dé­part im­mé­diat du pré­sident. A cet égard, quelque 1,5 mil­lion de ma­ni­fes­tants ont pris part à ce ras­sem­ble­ment. Leur sit-in a été pro­té­gé par les hommes du gé­né­ral Ali Moh­sen Al-Ah­mar, qui a fait dé­fec­tion en mars et s’est ral­lié aux contes­ta­taires.

Au­jourd’hui, le pré­sident Sa­leh a per­du le sou­tien d’une grande par­tie des chefs des tri­bus et de l’ar­mée

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.