La carte des bons of­fices

Al Ahram Hebdo - - Egypte - Na­mi­ra Negm

L

E11 OC­TOBRE, un ac­cord d’échange de pri­son­niers entre le mou­ve­ment de ré­sis­tance pa­les­ti­nien Ha­mas et Is­raël a été fi­na­li­sé grâce à une mé­dia­tion égyp­tienne. Un suc­cès pour l’au­to­ri­té in­té­ri­maire en Egypte. Le sol­dat is­raé­lien Gi­lad Sha­lit, kid­nap­pé le 25 juin 2006 par des mi­li­tants pa­les­ti­niens, a été re­mis à Is­raël contre 1 027 pri­son­niers pa­les­ti­niens dé­te­nus dans les pri­sons is­raé­liennes, dont plu­sieurs di­ri­geants du Ha­mas. La pre­mière phase de cet échange a eu lieu le 18 oc­tobre : au mo­ment où Sha­lit fou­lait du pied le ter­ri­toire is­raé­lien, 477 pri­son­niers pa­les­ti­niens re­trou­vaient la li­ber­té. L’ac­cord pré­voit éga­le­ment un al­lé­ge­ment du blo­cus im­po­sé à la bande de Ga­za par Is­raël.

L’ac­cord, consi­dé­ré comme un suc­cès à la fois par le mou­ve­ment is­la­miste et par Is­raël, pour­rait mar­quer un im­por­tant dé­ve­lop­pe­ment dans l’im­pli­ca­tion de l’Egypte dans la ques­tion pa­les­ti­nienne. Is­maïl Ha­niyeh, chef du gou­ver­ne­ment li­mo­gé du Ha­mas, a re­mer­cié l’Egypte ré­vo­lu­tion­naire « pour son rôle joué dans les né­go­cia­tions et pour avoir as­su­mé la res­pon­sa­bi­li­té de pro­mou­voir la vo­lon­té pa­les­ti­nienne ». Les mé­dias in­ter­na­tio­naux ont éga­le­ment loué le rôle égyp­tien, sans tou­te­fois ac­cor­der beau­coup d’im­por­tance au contexte dans le­quel in­ter­vient le­dit ac­cord.

Ah­med To­ha­my, cher­cheur à l’Uni­ver­si­té de Du­rham en An­gle­terre, es­time que l’ap­pli­ca­tion de cet ac­cord est tom­bée au bon mo­ment pour toutes les par­ties : pour le pre­mier mi­nistre is­raé­lien, Be­nya­min Ne­ta­nya­hu, cri­ti­qué à l’in­té­rieur de son pays pour ses po­li­tiques néo­li­bé­rales et ses re­la­tions ten­dues avec la Tur­quie qui ac­croissent l’iso­le­ment d’Is­raël ; mais aus­si pour le Ha­mas qui se trouve pri­vé du sou­tien de Da­mas de­puis la ré­volte contre le ré­gime du pré­sident sy­rien Ba­char Al-As­sad. « Quant à l’Egypte, il se trouve que le ti­ming de l’ac­cord en ques­tion a coïn­ci­dé avec les évé­ne­ments de Mas­pe­ro qui ont fait 27 morts dans des af­fron­te­ments entre ma­ni­fes­tants coptes et l’ar­mée », constate le cher­cheur. Pour lui, il est dif­fi­cile de dire si cette coïn­ci­dence est vou­lue. Ce­la dit, elle été ex­ploi­tée au maxi­mum. « Les nou­velles au­to­ri­tés égyp­tiennes qui as­sument le pou­voir après la ré­vo­lu­tion veulent se for­ger une nou­velle lé­gi­ti­mi­té po­pu­laire afin d’amé­lio­rer l’image du Conseil Su­prême des Forces Ar­mées (CSFA). Ce­lui-ci ne veut pas hé­ri­ter des ac­cu­sa­tions qui vi­saient le ré­gime de Hos­ni Mou­ba­rak, taxé de com­pli­ci­té avec Is­raël. Il as­pire à un nou­veau rôle de mo­dé­ra­tion plus ac­tif où il se­ra per­çu comme un par­te­naire des Pa­les­ti­niens », es­time To­ha­my. Dans ce cadre, les dos­siers en sus­pens, comme ce­lui de Gi­lad Sha­lit, re­pré­sentent au­tant d’op­por­tu­ni­tés à ex­ploi­ter à des fins in­té­rieures. « D’un point de vue théo­rique et his­to­rique, le conflit is­raé­lo-arabe a tou­jours of­fert aux di­ri­geants un moyen pour ren­for­cer leur po­pu­la­ri­té à l’in­té­rieur de leurs fron­tières, mais aus­si pour cou­vrir les échecs de leurs po­li­tiques in­ternes. Dans ce cas pré­cis, en met­tant en évi­dence leur co­opé­ra­tion avec le Ha­mas, les au­to­ri­tés égyp­tiennes gagnent la sym­pa­thie des fac­tions lo­cales », ajoute-t-il.

Ah­med Khel­la, membre du par­ti Al-Ka­ra­ma, de ten­dance nas­sé­rienne, es­time pour sa part que le ti­ming de l’ac­cord n’était pas un ha­sard. « Le CSFA a mé­ti­cu­leu­se­ment choi­si ce mo­ment pour ap­pa­raître comme un hé­ros, Is­raël étant l’ou­til le plus ef­fi­cace pour un di­ri­geant égyp­tien en quête de lé­gi­ti­mi­té, sur­tout à un mo­ment où l’échec dans la ges­tion du pays se fait sen­tir », af­firme-t-il.

Mais outre la lé­gi­ti­mi­té es­comp­tée, il semble que sur un autre plan, ce­lui de la sé­cu­ri­té, la pé­nin­sule du Si­naï re­pré­sente un sou­ci que l’Egypte au­rait ten­té de ré­gler à tra­vers cet ac­cord. « Cette co­opé­ra­tion avec le Ha­mas pour­rait se tra­duire par une concer­ta­tion sé­cu­ri­taire entre l’Egypte et le Ha­mas », es­time To­ha­mi. « Bien qu’il ne semble pas y avoir de lien di­rect entre l’ac­cord et la sé­cu­ri­té de la pé­nin­sule, on pour­rait s’at­tendre à ce que le Ha­mas fi­nisse par co­opé­rer avec l’Egypte pour sta­bi­li­ser la si­tua­tion là-bas en contrô­lant le pas­sage des dji­ha­distes en pro­ve­nance de Ga­za », ren­ché­rit Khel­la. Une co­opé­ra­tion dont l’Egypte a d’au­tant plus be­soin qu’Is­raël im­pose des res­tric­tions sur le dis­po­si­tif mi­li­taire égyp­tien dé­ployé dans la pé­nin­sule.

En tout état de cause, et sans te­nir compte de la si­tua­tion in­terne, il sem­ble­rait que « la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale soit dé­ter­mi­née à sou­te­nir les di­ri­geants mi­li­taires du CSFA et à ne pas prê­ter at­ten­tion à cer­taines vio­la­tions des droits de l’homme », constate Ché­rine El­gha­tit, pro­fes­seur de sciences po­li­tiques à l’Uni­ver­si­té amé­ri­caine du Caire

is­la­mistes

Une liesse à Ra­fah, et au­tant de re­con­nais­sance en­vers l’Egypte.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.