La Sy­rie au bord d’une guerre ci­vile

Al Ahram Hebdo - - Opinion -

ON CRAINT de plus en plus que la Sy­rie entre dans une guerre ci­vile. En ef­fet, le ré­gime sy­rien conti­nue à faire la sourde oreille aux de­mandes de chan­ge­ment et de ré­forme po­li­tique. Le nombre de dis­si­dents des forces ar­mées qui ont re­fu­sé de ti­rer sur les ma­ni­fes­ta­tions po­pu­laires pa­ci­fiques et qui ont re­joint les rangs du peuple, es­sayant de pro­té­ger les ci­vils dans les ré­gions proches, aug­mente de jour en jour. Ceux-ci forment dé­sor­mais un nou­veau noyau de la force de ré­sis­tance ar­mée qui fait face aux cam­pagnes des forces de la po­lice et de l’ar­mée contre les villes sy­riennes. Ce noyau di­ri­gé par un gé­né­ral de l’ar­mée du nom de Riad Al-As­sad, et qui com­prend plus de 10 000 sol­dats dis­si­dents, a ter­ri­fié les di­ri­geants de Da­mas. Un fait qui les a pous­sés à élar­gir le cadre de leurs opé­ra­tions mi­li­taires dans tout le pays. C’est ain­si que le nombre de vic­times s’est éle­vé à 10 000 mar­tyrs en plus de 1 000 of­fi­ciers et sol­dats qui, se­lon les au­to­ri­tés de Da­mas, au­raient trou­vé la mort dans les ba­tailles contre les dis­si­dents.

Le ré­gime sy­rien abuse dans l’em­ploi de la force. Il exé­cute des as­sas­si­nats contre les di­ri­geants de l’op­po­si­tion dans l’es­poir d’im­po­ser le calme dans le pays. Ce­pen­dant, la si­tua­tion s’ag­grave de jour en jour avec la mort de plus de 15 vic­times par jour à tel point que les ma­ni­fes­tants sy­riens ont ré­cla­mé une pro­tec­tion in­ter­na­tio­nale. Ce­pen­dant, le pré­sident Ba­char Al-As­sad me­nace de dé­clen­cher un in­cen­die ra­va­geur au Moyen-Orient en lan­çant des mis­siles contre Is­raël si l’Otan es­saye de s’in­gé­rer dans la crise sy­rienne.

Bien que l’in­ter­ven­tion mi­li­taire étran­gère en Sy­rie ne soit nul­le­ment éven­tuelle, le ré­gime sy­rien de­vient de plus en plus faible et de plus en plus iso­lé en consé­quence de la large sé­rie de sanc­tions im­po­sées par les Eu­ro­péens et les Amé­ri­cains. Sans ou­blier la pres­sion der­niè­re­ment exer­cée par ses al­liés russes qui de­mandent à Ba­char d’al­ler en avant dans la ré­forme po­li­tique, d’éla­bo­rer une nou­velle Consti­tu­tion ou bien de quit­ter le pou­voir. Ce­pen­dant, la qua­si-ma­jo­ri­té de la so­cié­té sy­rienne est convain­cue que le ré­gime sy­rien a épui­sé toutes ses chances car beau­coup de sang a cou­lé. La seule chose qui puisse ga­ran­tir le re­tour du calme et de la sta­bi­li­té est la chute du ré­gime, qui semble proche

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.