La sé­di­tion sec­taire

Al Ahram Hebdo - - Le Fait De La Semaine -

« L’egypte n’est pas une pa­trie dans la­quelle nous vi­vons, mais une pa­trie qui vit dans notre coeur ». Ce sont les propos les plus cé­lèbres du pape pour as­su­rer l’uni­té na­tio­nale. Ju­gé trop conci­liant avec le pou­voir, Ché­nou­da est consi­dé­ré comme le sym­bole de l’har­mo­nie re­li­gieuse, mal­gré la re­cru­des­cence des vio­lences contre les coptes. La pre­mière était en 1972, lorsque des mu­sul­mans avaient brû­lé les lo­caux de l’as­so­cia­tion du Livre Saint, à AlK­han­ka (au nord du Caire) parce que des chré­tiens y ont fait la prière dans le but de trans­for­mer le lieu en église sans au­to­ri­sa­tion. En ré­ponse, le pape a ap­pe­lé à une prière col­lec­tive sous la lueur des bou­gies tout en in­sis­tant sur l’uni­té entre mu­sul­mans et coptes. En 1981, les in­ci­dents d’al-za­wiya Al-hamra fai­sant 81 morts par­mi les coptes a pro­vo­qué sa dé­ten­tion et son as­si­gna­tion à ré­si­dence par Sa­date. De­puis, le di­ri­geant re­li­gieux a joué l’apai­se­ment, ten­tant de prendre en compte les re­ven­di­ca­tions coptes.

Mais les in­ci­dents san­glants d’al-ko­cheh, sur­ve­nus en 1999, ain­si que l’at­ten­tat contre l’église des Deux saints à Alexan­drie, lors de la messe du Nou­vel an en 2011, ont ag­gra­vé le sen­ti­ment de dis­cri­mi­na­tion sec­taire. Vient en­suite l’af­faire de Ca­mi­lia Ché­ha­ta, une copte qui était en­fer­mée par l’église après sa conver­sion à l’is­lam. Le pape, pour ne pas ac­cen­tuer les in­ci­dents, a dé­ci­dé de se re­ti­rer dans un mo­nas­tère pen­dant une se­maine, dans une ten­ta­tive de faire pres­sion sur l’au­to­ri­té po­li­tique. La ré­pres­sion par l’ar­mée d’une ma­ni­fes­ta­tion de mi­li­tants coptes au Caire ren­for­ça le sen­ti­ment de pré­ca­ri­té et de dis­cri­mi­na­tion lar­ge­ment ré­pan­du dans cette com­mu­nau­té.

Si le gou­ver­ne­ment ré­pète que l’uni­té na­tio­nale est in­tacte, Ché­nou­da joue pour sa part l’apai­se­ment : « Nous ne cher­chons la pro­tec­tion de per­sonne, parce que Dieu nous pro­tège ». Il a pro­non­cé trois cau­se­ries de­ve­nues de­puis « culte » pour les coptes : « Dieu voit tout », « Tout concourt au bien », « Tout pas­se­ra un jour »

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.