Res­pec­tons les morts

Al Ahram Hebdo - - Courrier -

Au­tre­fois, nos an­cêtres di­saient que la mort mé­rite un res­pect par­ti­cu­lier. Ça veut dire que de­vant la mort de quel­qu’un, on ne doit ni conti­nuer à le cri­ti­quer, ni men­tion­ner ses mé­faits, ni éprou­ver des sen­ti­ments de ju­bi­la­tion suite à sa mort, même s’il s’agit d’un en­ne­mi.

Je pense que les sa­la­fistes n’ont ja­mais en­ten­du par­ler de tels prin­cipes hu­mains. C’est la seule rai­son qui peut ex­pli­quer le re­fus de cer­tains dé­pu­tés au Par­le­ment d’ob­ser­ver une mi­nute de si­lence pour le dé­cès du pape Ché­nou­da III, pa­triarche de l’eglise copte or­tho­doxe, un grand sym­bole re­li­gieux et égyp­tien. Le pire est que M. Ka­tat­ni, pré­sident du Par­le­ment, n’a pas fait de re­marque sur leur ré­ac­tion. Il s’est li­mi­té à lire un télégramme de condo­léances adres­sé à l’eglise.

En­suite, une vi­déo a été pu­bliée sur Fa­ce­book, où le­dit « cheikh » Wag­di Gho­neim se ré­jouis­sait de la mort du pape, en l’ap­pe­lant la tête d’apos­ta­sie et source de tur­bu­lences sec­taires entre les mu­sul­mans et les « croisés »!

Chers sa­la­fistes, j’aimerais vous de­man­der qu’à chaque fois que vous bu­vez un vers d’eau, rap­pe­lez-vous le pape Ché­nou­da III, pa­triarche de ces « croi­sades », et rap­pe­lez-vous sa sa­gesse à ré­soudre le pro­blème de l’eau avec l’ethio­pie. Parce que c’est grâce à lui que vous n’êtes pas main­te­nant en deuil sur tous ces Egyp­tiens qui al­laient mou­rir de soif et de sécheresse. Alors, res­tez as­sis dans vos sièges et ne vous met­tez pas de­bout pour le pape, il n’en a pas be­soin. C’est vous qui avez be­soin de sa sa­gesse.

Mo­na Sa­la­ma,

Port-saïd.

ADRESSE : : heb­do@ah­ram.org.eg - E-

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.