L’eglise après le pape

Al Ahram Hebdo - - Courrier -

Le pape Ché­nou­da est par­ti. Je n’ar­rive pas en­core à le croire. Notre cher père nous a quit­tés pour un meilleur monde. C’est comme si je viens de perdre mon vrai père. Un père qui était du­rant toute sa vie dé­voué, ai­mable et ser­viable avec tous ses fils et filles, avec tous les Egyp­tiens et pas seule­ment les coptes.

C’est vrai que le pape nous a quit­tés, c’est vrai que son dé­part est le plus dif­fi­cile de tous, mais on est sûr qu’il est bien au re­pos main­te­nant après avoir ac­com­pli sa tâche.

La ques­tion main­te­nant est au­tour de l’ave­nir de l’eglise. C’est vrai que c’est Dieu qui pro­tège et pro­té­ge­ra tou­jours l’eglise. Mais qui se­ra ca­pable de sup­por­ter les tâches d’un tel poste ? Qui se­ra le pape 118e ?

Après le pape Ché­nou­da, il est né­ces­saire que le suc­ces­seur soit à la hau­teur de la sa­gesse du dé­funt pape. In­vo­lon­tai­re­ment, une com­pa­rai­son se­ra faite entre le pro­chain pape et son pré­dé­ces­seur, sur­tout en ce qui concerne ses re­la­tions avec les hommes de l’etat et les évêques de l’eglise.

Je pense que nous sommes tous d’ac­cord que le dé­part du pape pen­dant cette pé­riode cri­tique va cau­ser un vide au sein de l’eglise, sur­tout qu’il avait pour long­temps sup­por­té en si­lence beau­coup de pro­blèmes qui ont af­fron­té l’eglise et les chré­tiens du­rant ces der­nières an­nées.

Fi­na­le­ment, on n’a qu’à suivre la Bible :« Car nous sommes sans force de­vant cette mul­ti­tude nom­breuse qui s’avance contre nous, et nous ne sa­vons que faire, mais nos yeux sont sur toi ». (2 Chro­niques 20 : 12). Lais­sons à Dieu le choix du pro­chain pape parce que c’est à lui que nous confions notre vie.

Ka­rim Sa­mir,

Alexan­drie.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.