Un som­met et plu­sieurs in­ter­ro­ga­tions

Afin de dis­cu­ter no­tam­ment de la crise sy­rienne, un som­met ex­tra­or­di­naire est or­ga­ni­sé jeu­di 29 mars à Bag­dad.

Al Ahram Hebdo - - Monde Arabe - M. S.

SYRIE . Tan­dis que l’émis­saire des Na­tions-unies et de la Ligue arabe, Ko­fi An­nan, a ef­fec­tué une tour­née pour ten­ter de faire adop­ter son plan de paix, l’union

eu­ro­péenne a an­non­cé une sé­rie de sanc­tions contre le ré­gime sy­rien.

Comme pré­vu, le som­met arabe qui au­ra lieu ce jeu­di à Bag­dad ne ré­cla­me­ra pas le dé­part du pré­sident sy­rien Ba­char Al-as­sad, qui n’est pas in­vi­té à cette ren­contre. Na­bil Al-ara­bi, se­cré­taire gé­né­ral de la Ligue arabe, a pré­ci­sé qu’il in­di­que­rait dans son rap­port sur la Syrie que Da­mas avait « ap­por­té une ré­ponse in­suf­fi­sante aux pro­po­si­tions de Ko­fi An­nan », émis­saire de l’onu et de la Ligue arabe. Ain­si, l’ave­nir du ré­gime sy­rien, ac­teur in­con­tour­nable du­rant des dé­cen­nies au sein de la Ligue arabe avant d’être mis à l’in­dex, se­ra le prin­ci­pal su­jet de dis­cus­sion du som­met qui se tient pour la pre­mière fois de­puis plus de 20 ans en Iraq.

En­tou­rés de me­sures de sé­cu­ri­té ex­cep­tion­nelles après une sé­rie d’at­ten­tats qui a en­san­glan­té Bag­dad il y a une se­maine, les di­ri­geants arabes dé­bat­tront les moyens de mettre un terme à la vio­lence en Syrie. Mais de pro­bables di­ver­gences risquent d’em­pê­cher l’adop­tion de dé­ci­sions tran­chées lors de cette ren­contre. En l’ab­sence de la Syrie, la Ligue arabe de­vra trou­ver un moyen de conci­lier deux po­si­tions : celle ra­di­cale des pays du Golfe, en par­ti­cu­lier l’ara­bie saou­dite et le Qa­tar, qui veulent ar­mer l’op­po­si­tion sy­rienne pour écar­ter Ba­char AlAs­sad, et celle qui pri­vi­lé­gie la di­plo­ma­tie, alors que les vio­lences ont fait plus de 9 100 morts en un an, se­lon des mi­li­tants. « La ques­tion de la Syrie n’est pas fa­cile. Il y a une di­vi­sion au ni­veau in­ter­na­tio­nal et au sein du monde arabe », ex­plique le conseiller ad­joint pour la sé­cu­ri­té na­tio­nale ira­qienne, Sa­fa Hus­sein, en ajou­tant qu’il ne faut pas es­pé­rer de mi­racles lors du som­met, mais il se­ra peut-être pos­sible de rap­pro­cher les points de vue.

Les au­to­ri­tés ira­qiennes sou­haitent consa­crer une par­tie des dé­bats aux ré­formes struc­tu­relles qui pour­raient rendre la Ligue plus ef­fi­cace. Mais la Syrie res­te­ra le su­jet prin­ci­pal, d’au­tant plus que les ini­tia­tives di­plo­ma­tiques se pour­suivent. Se­lon les ex­perts, on ne croit pas à une nou­velle ré­so­lu­tion sur la Syrie, mais il faut es­sayer d’ap­pli­quer les ré­so­lu­tions dé­jà prises.

Ce som­met mar­que­ra le re­tour de l’iraq, qui a été mis au ban du monde arabe en 1990 après l’in­va­sion du Ko­weït. Outre la Syrie, il s’agit de plu­sieurs ques­tions au me­nu de ce som­met. Ce der­nier dis­cu­te­ra le su­jet de l’ac­crois­se­ment des ten­sions au­tour du pro­gramme nu­cléaire de l’iran, qui a pré­ve­nu qu’il ri­pos­te­rait à toute at­taque lan­cée par Is­raël ou les EtatsU­nis, et le dos­sier israélo-pa­les­ti­nien, tou­jours au point mort. La si­tua­tion au Yé­men et en So­ma­lie, tous deux pays membres, de­vrait éga­le­ment être abor­dée. Se­ra aus­si au me­nu la si­tua­tion éco­no­mique de la ré­gion, où les pays pro­duc­teurs d’hy­dro­car­bures conti­nuent de bé­né­fi­cier du très haut ni­veau des cours du pé­trole, mais où d’autres souffrent de la crise éco­no­mique et de l’ef­fon­dre­ment du tou­risme pro­vo­qués par les évé­ne­ments de l’an­née pas­sée. Les pro­blèmes liés à l’eau et à la sé­cu­ri­té ali­men­taire dans la ré­gion se­ront éga­le­ment au pro­gramme. En­fin, le se­cré­taire gé­né­ral pro­po­se­ra une sé­rie de ré­formes struc­tu­relles des­ti­nées à ren­for­cer le poids de la Ligue et à amé­lio­rer les mé­ca­nismes de la mise en oeuvre de ses dé­ci­sions

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.