»

Al Ahram Hebdo - - Economie - Propos recueillis par N. K.

: sources du mi­nis­tère Fi­nances ont an­non­cé une nou­velle baisse du sou­tien consa­cré aux ex­por­ta­tions dans le nou­veau bud­get. Avez-vous été in­for­mé d’une telle dé­ci­sion ?

Ah­mad Ama­wi : Pas du tout. Le bud­get du fonds est du res­sort de deux mi­nis­tères, à sa­voir les Fi­nances et l’in­dus­trie. Jus­qu’à main­te­nant, les deux mi­nistres concer­nés ne se sont pas en­core réunis pour dé­battre ce su­jet. Ils at­tendent nos pro­po­si­tions de re­struc­tu­ra­tion, qui se­ront sou­mises par le mi­nis­tère de l’in­dus­trie, afin de prendre la dé­ci­sion. Le mi­nistre a pré­sen­té une liste de pro­po­si­tions aux dif­fé­rents conseils d’ex­por­ta­tions et at­tend leur ré­ponse. La tâche n’est pas fa­cile. Je ne m’at­tends pas à une ré­duc­tion de la somme consa­crée au fonds. 2,5 mil­liards de L.E. sont dé­jà in­suf­fi­santes.

— Quels sont les prin­ci- paux traits de la re­struc­tu­ra­tion du pro­gramme ? S’agi­til d’ex­clure les grandes en­tre­prises qui ont, pen­dant long­temps, re­çu des sommes de sou­tien et ont pu concur­ren­cer au sein du mar­ché ?

— Le mi­nis­tère étu­die ac­tuel­le­ment la pos­si­bi­li­té de lier le sou­tien à cer­tains fac­teurs sus­cep­tibles de re­lan­cer l’éco­no­mie, comme le nombre d’ou­vriers dans l’en­tre­prise, le taux d’ex­ploi­ta­tion du gaz na­tu­rel et le vo­lume des ex­por­ta­tions entre autres. L’im­por­tant est de ces­ser d’oc­troyer ce sou­tien quand l’en­tre­prise com­mence à dé­ga­ger un cer­tain ni­veau de pro­fits. Mais cette af­faire de ré­forme n’est pas fa­cile. La loi du fonds in­ter­dit l’ex­clu­sion d’en­tre­prises. Notre pro­cé­dure ne consiste pas à sub­ven­tion­ner cer­taines en­tre­prises dé­pen­dant d’un sec­teur au dé­tri­ment d’autres. Nous dé­ci­dons de sou­te­nir un sec­teur com­po­sé de grands ex­por­ta­teurs. Les grandes en­tre­prises de ce sec­teur s’em­parent de la grande par­tie des fonds ac­cor­dés. C’est nor­mal, car ce sont les grands qui dé­tiennent la grande fac­ture des ex­por­ta­tions. Il s’agis­sait d’un pro­gramme tem­po­raire de sou­tien. A cause des crises suc­ces­sives, comme la crise fi­nan­cière et la crise ac­tuelle, le gou­ver­ne­ment a dû sus­pendre ces pro­grammes.

— Est-ce nor­mal que les mêmes en­tre­prises conti­nuent de re­ce­voir les mêmes sommes alors que beau­coup d’autres, qui mé­ritent plus ce sou­tien, en sont pri­vées ? N’est-il pas temps de mettre un terme à cette in­jus­tice ?

— C’est un point im­por­tant à prendre en consi­dé­ra­tion. Mais il faut prendre en compte 2 points es­sen­tiels. La com­pé­ti­tion ex­té­rieure, car la grande ma­jo­ri­té des pays sou­tiennent leurs ex­por­ta­teurs. Et la grande op­po­si­tion des hommes d’af­faires, vu la si­tua­tion éco­no­mique ac­tuelle

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.