Trop de ma­noeuvres po­li­tiques

Al Ahram Hebdo - - Courrier -

Les 23 et 24 mai au­ra lieu la pre­mière phase de l’élec­tion pré­si­den­tielle. Mais avant cette date, l’etat nous sur­prend tou­jours avec des af­faires illo­giques comme le re­tour d’ah­mad Cha­fiq à la course pré­si­den­tielle après son éli­mi­na­tion. Le dé­pu­té Es­sam Sol­tan a pré­sen­té un pro­jet de loi concer­nant la pro­tec­tion de la ré­vo­lu­tion du 25 jan­vier 2011, en sti­pu­lant une loi qui in­ter­dit à l’an­cien pré­sident de la Ré­pu­blique, au vi­ce­pré­sident, au pre­mier mi­nistre et aux an­ciens du Par­ti Na­tio­nal Dé­mo­crate (PND) de Mou­ba­rak d’exer­cer leurs droits po­li­tiques pen­dant 10 ans. Quelques jours après, le Conseil mi­li­taire a ac­cep­té ce pro­jet de loi, mais après la date li­mite pour se pré­sen­ter à la pré­si­den­tielle.

Pour­quoi le Conseil mi­li­taire a-t-il at­ten­du si long­temps ? Pour­quoi après cette loi a-t-il ac­cep­té le re­tour d’ah­mad Cha­fiq 24 heures après son éli­mi­na­tion ?

Après la ré­vo­lu­tion, on at­tend que la si­tua­tion dans le pays s’amé­liore, mais en vain. Tou­jours est-on de­vant des obs­tacles, de­vant des can­di­dats men­teurs, des fe­loul et de­vant une As­sem­blée du peuple qui a fer­mé ses portes au vote, seule­ment, des dé­pu­tés des Frères mu­sul­mans sans don­ner au­cun in­té­rêt aux autres dé­pu­tés. Qu’est-ce qu’on peut faire de­vant tout ce bla­bla­bla ?

Kha­di­ga Mo­ha­mad,

Gui­za.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.