Gand­hi en­sei­gna à trai­ter la co­lère avec in­tel­li­gence

Agé de 81 ans Arun Gand­hi, pe­tit fils du Ma­hat­ma sort ces jours- ci la ver­sion fran­çaise de son livre "Mon grand- père était Gand­hi". Il par­court le monde pour por­ter le mes­sage de son aïeul et pour la pre­mière fois, il fait étape en France. A cet égard,

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Né en 1934 en Afrique du Sud, Arun Gand­hi est le pe­tit-fils du Ma­hat­ma (grande âme, en sans­krit), apôtre de la non­vio­lence et père de la na­tion in­dienne (1869-1948). Ecri­vain, jour­na­liste et ac­ti­viste, il prend ap­pui sur l’ex­pé­rience de vie de son grand-père avec qui il a gran­di pour ani­mer des confé­rences à l'uni­ver­si­té. En 2008, il fonde le Gand­hi World­wide Edu­ca­tion Ins­ti­tute qui lutte contre l'ex­ploi­ta­tion phy­sique et psy­cho­lo­gique des en­fants des pays dé­fa­vo­ri­sés.

Il était le lun­di 28 sep­tembre à Paris pour la sor­tie en fran­çais de son livre "Mon Grand-père était Gand­hi" (Edi­tions Ey­rolles) et pour une confé­rence au Grand Rex, à Paris. Pour la non-vio­lence Avoir un grand-père comme le Ma­hat­ma Gand­hi laisse des traces. A 81 ans, Arun Gand­hi a dé­ci­dé d'en faire pro­fi­ter le monde. Edu­qué au­près de son grand-père pen­dant son en­fance, l'écri­vain se rap­pelle de la grande sim­pli­ci­té dans la­quelle vi­vait le Ma­hat­ma. Il se sou­vient d'un jour où il avait je­té un crayon à pa­pier de­vant son grand-père, la ré­ac­tion ne s'est pas fait at­tendre. "Il m'a dit : je vais t'ap­prendre deux choses im­por­tantes. La pre­mière c'est qu'un pe­tit bout de crayon comme ça uti­lise beau­coup de res­sources et de tech­niques, le ba­lan­cer est une vio­lence contre la pla­nète. La deuxième le­çon, mon­trait notre sur­con­som­ma­tion et ce qu'elle im­pli­quait pour les autres qui ne pou­vaient y avoir ac­cès, ça c'est une vio­lence contre l'hu­ma­ni­té m'a-t-il dit". "Le pre­mier en- sei­gne­ment qu'il m'a ap­pris c'était com­ment trai­ter la co­lère de fa­çon po­si­tive", ra­conte Arun Gand­hi qui se sou­vient de la mé­ta­phore que son grand-père uti­li­sait à pro­pos de cette émo­tion : "La co­lère c'est comme l'élec­tri­ci­té, ça peut être utile, puis­sant, mais seule­ment si on l'uti­lise de ma­nière in­tel­li­gente, car ça peut être aus­si mor­tel si on ne sait pas s'en ser­vir".

En­fant, Arun Gand­hi vi­vait dans un Ash­ram (er­mi­tage) en so­li­da­ri­té avec toute la fa­mille. Il se sou­vient de son grand-père, qui était dé­jà très connu et qui fai­sait payer cinq rou­pies pour rap­por­ter de l'ar­gent à la com­mu­nau­té. "Lors­qu'il dé­cré­tait une règle, elle s'ap­pli­quait pour tout le monde sans ex­cep­tion, même pas pour son pe­tit-fils".

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.