L’ Ours d’or pour "Fuo­coam­mare", un documentaire sur les ré­fu­giés

L’Ours d’or du meilleur film du fes­ti­val de ci­né­ma de Ber­lin a été at­tri­bué sa­me­di 20 au documentaire ita­lien "Fuo­coam­mare" de Gian­fran­co Ro­si, sur le drame des mi­grants à Lam­pe­du­sa.

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Sans voix off ni com­men­taire, "Fuo­coam­mare" ra­conte en pa­ral­lèle le quo­ti­dien d’ha­bi­tants de Lam­pe­du­sa et celle de ces mil­liers de mi­grants qui y ar­rivent en ba­teau dans des condi­tions ca­tas­tro­phiques, dont beau­coup perdent la vie.

"J’es­père que ce film va pou­voir contri­buer à faire com­prendre qu’il n’est pas nor­mal que des gens meurent en ve­nant chez nous", a dé­cla­ré Gian­fran­co Ro­si après avoir re­çu son prix.

Pour "Fuo­coam­mare" ("Fire at sea"), Gian­fran­co Ro­si, lau­réat 2013 du Lion d'Or à Ve­nise pour le documentaire "Sa­cro Gra" - consa­cré aux per­sonnes vi­vant près du pé­ri­phé­rique ro­main - a pas­sé plu­sieurs mois sur l'île ita­lienne de Lam­pe­du­sa, pe­tit mor­ceau de terre de 20 km2 si­tué entre Malte et la Tu­ni­sie , cette île de la Mé­di­ter­ra­née, ap­pre­nant son his­toire, sa culture et la ma­nière dont vivent ses 6000 ha­bi­tants. Ce documentaire se fo­ca­lise sur la vie du jeune Sa­muel, 12 ans, un gar­çon né à Lam­pe­du­sa.

Il ra­conte le quo­ti­dien des mil­liers de mi­grants y ar­ri­vant par ba­teau dans des condi­tions ca­tas­tro­phiques, dont beau­coup perdent la vie. "Je crois que ce film est le té­moi­gnage d'une tra­gé­die qui se dé­roule sous nos yeux", a dé­cla­ré le réa­li­sa­teur lors d'une confé­rence de presse, où il a été ac­cueilli par de longs ap­plau­dis­se­ments. "Je pense que nous sommes tous res­pon­sables de cette tra­gé­die, peu­têtre la plus grande que nous ayons vue en Eu­rope de­puis l'Ho­lo­causte", a-t-il ajou­té. "Nous sommes com­plices si nous ne fai­sons rien".

Ci­néaste bourlingueur for­mé aux Etats-Unis, Gian­fran­co Ro­si a ra­con­té s'être "im­mer­gé" dans la vie lo­cale. Il a ac­com­pa­gné les garde-côtes se­cou­rant des ba­teaux en dé­tresse, après avoir re­çu des ap­pels à l'aide par ra­dio. Por­tant masques et com­bi­nai­sons blanches, ils éva­cuent un à un les ré­fu­giés de ba­teaux bon­dés dont ils ex­tirpent éga­le­ment des ca­davres. Il donne à voir l'ar­ri­vée de ces mi­grants, ac­cueillis dans des centres où ils sont mé­di­ca­le­ment pris en charge.

"J'ai vu tel­le­ment de choses hor­ribles, épou­van­tables", a té­moi­gné le doc­teur Bar­to­lo lors de la confé­rence de presse. "J'ai vu tel­le­ment d'en­fants morts, de femmes en­ceintes mortes, de femmes qui ont été vio­lées", a-t-il ajou­té. "J'en fais des cau­che­mars très sou­vent". "Par­ler de ces choses me fait mal à chaque fois , mais j'ac­cepte parce que j'ai l'es­poir qu'à tra­vers ces témoignages, on pour­ra sen­si­bi­li­ser des per­sonnes" à ce qui est "de­ve­nu un pro­blème dra­ma­tique, de por­tée uni­ver­selle", a-t-il en­core dit.

"Fuo­coam­mare" fait par­tie de la dou­zaine de films qui portent sur les ré­fu­giés et étaient pro­je­tés dans les dif­fé­rentes sec­tions du fes­ti­val. Alors que les pays de l'Union eu­ro­péenne sont confron­tés à la plus grave crise mi­gra­toire de­puis la Se­conde guerre mon­diale, la Ber­li­nale por­tait cette an­née une at­ten­tion par­ti­cu­lière à ce su­jet. L'in­té­rêt du fes­ti­val pour cette ques­tion va au-de­là du seul grand écran et dif­fé­rentes ini­tia­tives étaient or­ga­ni­sées: col­lectes de dons, in­vi­ta­tions aux pro­jec­tions -avec des cen­taines de billets qui leur étaient ré­ser­vés-, ou stages avec l'équipe du fes­ti­val.

Gian­fran­co Ro­si avait dé­jà re­çu le Lion d'or à Ve­nise en 2013 pour le documentaire "Sa­cro GRA" consa­cré aux per­sonnes vi­vant près du pé­ri­phé­rique ro­main.

La Ber­li­nale est un fes­ti­val de ci­né­ma tra­di­tion­nel­le­ment très im­mer­gé dans l'ac­tua­li­té po­li­tique et la dé­fense des droits de l'Homme. L'an der­nier, l'Ours d'or était re­ve­nu à "Taxi Té­hé­ran" du ci­néaste dis­si­dent ira­nien Ja­far Pa­na­hi, tour­né clan­des­ti­ne­ment en Iran.

Le réa­li­sa­teur Gian­fran­co Ro­si après avoir re­çu son prix

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.