Une pre­mière pour le dia­logue entre le Va­ti­can et al-Az­har

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية - Mi­chael Vic­tor

Le Grand Imam d’al-Az­har est re­par­ti sa­tis­fait de sa vi­site au Va­ti­can, mon­trant que les croyants ne sont pas des concur­rents mais des com­pa­gnons de route.

Après cinq ans de gel, la ren­contre his­to­rique entre le Pape et le grand imam d’al Az­har, au Va­ti­can, lun­di 23 mai, sonne comme les pré­misses d’une réelle re­prise de dia­logue of­fi­ciel entre le Saint-Siège et la plus grande ins­ti­tu­tion aca­dé­mique de l’is­lam sun­nite. «Les condi­tions sont réunies pour la re­prise d’un dia­logue», a dé­cla­ré le grand imam de la mos­quée d’Al-Az­har au Caire, dans un en­tre­tien à la presse va­ti­cane, après la ren­contre. Dans cet en­tre­tien, Ah­med al-Tayeb a re­mer­cié le Saint-Père «pour son ac­cueil cha­leu­reux» et, après des pa­roles très élo­gieuses à son égard, a sou­li­gné l’im­por­tance que les re­li­gions «pour­suivent leur mis­sion sa­crée: rendre l’être hu­main heu­reux».

Après le face-à-face

Alors que mu­sul­mans et chré­tiens souffrent en­semble de la vio­lence et du ter­ro­risme, le Grand Imam a sou­li­gné l’im­por­tance d’une bonne en­tente entre les re­li­gions pour «di­ri­ger les hommes vers la mi­sé­ri­corde et la paix». Il de­mande au monde en­tier «de s’unir et de ser­rer les rangs» pour com­battre et éli­mi­ner le ter­ro­risme. Puis dans un ap­pel «au monde et aux hommes libres du monde», il ex­horte à «se mettre d’ac­cord et in­ter­ve­nir tout de suite pour mettre fin aux ef­fu­sions de sang». Et en­fin, il a ré­af­fir­mé que l’is­lam n’a rien à voir avec le ter­ro­risme, que «ceux qui tuent les mu­sul­mans et tuent aus­si les chré­tiens ont dé­for­mé les textes de l’Is­lam, in­ten­tion­nel­le­ment ou par né­gli­gence».

Ce face-à-face d’une de­mie heure entre le Pape et le grand imam est un beau «mes­sage pour les mu­sul­mans et les chré­tiens, en par­ti­cu­lier ceux du Moyen Orient», a com­men­té le car­di­nal Jean-Louis Tau­ran, pré­sident du Conseil pon­ti­fi­cal pour le dia­logue in­ter­re­li­gieux, au sor­tir de la ren­contre. Et par­ti­cu­liè­re­ment en Égypte, confirme l’évêque copte ca­tho­lique d’As­siout, Mgr Ky­rillos William Sa­maan, où «la contri­bu­tion of­ferte ces der­nières an­nées par al-Az­har, en fa­veur de la co­exis­tence et du dé­pas­se­ment des dérives sec­taires» ne cesse de croître.

Bons échos en Égypte

En Égypte, «les jour­naux les plus ré­pan­dus ont consa­cré un large es­pace» à la ren­contre, ré­vé­lant ain­si «toute l’at­ten­tion et les at­tentes» que tel évé­ne­ment sus­cite au sein de la so­cié­té.

De­puis quelques an­nées, pré­cise Mgr Ky­rillos, le grand imam, et le Pa­triarche copte or­tho­doxe Ta­wa­dros (II), font leur pos­sible pour «re­vi­ta­li­ser» «la Mai­son de la Fa­mille», qu’ils ont vou­lue en 2011 pour pré­ve­nir des heurts entre chré­tiens et mu­sul­mans. Ré­cem­ment, sous l’égide de cette ins­ti­tu­tion qui co­or­donne un ré­seau dif­fu­sé de ma­nière ca­pil­laire sur le ter­ri­toire na­tio­nal, une qua­ran­taine d’imams et de prêtres ont ani­mé en­semble une mis­sion dans les écoles de la pro­vince égyp­tienne de Mi­nya afin de pro­mou­voir, par le biais de confé­rences et dé­bats avec les élèves, «une culture de la ren­contre et de la paix, en la va­lo­ri­sant comme base d’une co­exis­tence pa­ci­fique, so­ciale et re­li­gieuse».

Un sa­voir-faire unique

Tous les ans, de­puis son élec­tion, le pape Fran­çois, après une ren­contre en 2013 avec Ta­wa­dros II, à l’oc­ca­sion des qua­rante ans de la ren­contre his­to­rique entre Paul VI et le Pa­triarche Che­nou­da III, cé­lèbre tous les 10 mai, à sa de­mande, «l’amour fra­ter­nel qui unit l’Église ca­tho­lique et l’Église copte-or­tho­doxe». Cette an­née, le Pape lui a écrit une lettre dans la­quelle il a beau­coup in­sis­té sur les va­leurs par­ta­gées entre les deux com­mu­nau­tés, et re­dit sa pré­oc­cu­pa­tion pour les chré­tiens du Moyen-Orient.

Ce cli­mat de confiance res­tau­ré en- tre les dif­fé­rentes ins­ti­tu­tions, ré­jouit le car­di­nal Jean-Louis Tau­ran, à qui re­vient une grande par­tie des ef­forts. Concer­nant le grand imam d’Al-Az­har, la der­nière ren­contre du genre re­monte à l’an 2000, lorsque Jean-Paul II s’était ren­du au Caire. Mais au­jourd’hui, le pré­sident du Conseil pon­ti­fi­cal pour le dia­logue in­ter­re­li­gieux «ne veut plus re­gar­der vers le pas­sé», a-t-il confié dans un en­tre­tien à Ra­dio Va­ti­can, seule­ment «la si­tua­tion telle qu’elle est au­jourd’hui, et voir comment l’amé­lio­rer pour de­main».

Et s’il y a un mes­sage à faire pas­ser après cette vi­site, le car­di­nal Tau­ran n’hé­site pas une se­conde : elle montre que «les croyants ne sont pas des concur­rents mais des com­pa­gnons de route … qu’ils ont leur place dans la so­cié­té et en­semble ils peuvent col­la­bo­rer pour les grandes causes de la justice, de la paix, de la fra­ter­ni­té … Qu’il y a un sa­voir-faire des com­mu­nau­tés de croyants, une ma­nière de vivre la di­ver­si­té dans l’uni­té qui pour­raient ins­pi­rer bien des pro­grammes po­li­tiques».

L’au­dience ac­cor­dée lun­di der­nier à Rome par le Pape Fran­çois à l’imam d’Al Az­har, le cheikh Ah­med Al Tayeb, est donc une pre­mière.

La ren­contre est l’abou­tis­se­ment de plu­sieurs an­nées de tra­vail. L’en­tre­vue, qui a du­ré une tren­taine de mi­nutes, a été «très cor­diale», se­lon le père Fe­de­ri­co Lom­bar­di, di­rec­teur de la salle de presse du Saint-Siège.

Le Saint-Père et le Grand Imam d'Al-Az­har, la plus haute au­to­ri­té de l’is­lam sun­nite ont sou­li­gné «la grande si­gni­fi­ca­tion de cette nou­velle ren­contre dans le cadre du dia­logue entre l'Eglise ca­tho­lique et l'Is­lam». Se­lon le Saint-Siège, leur échange a en­suite por­té sur «l’en­ga­ge­ment com­mun des au­to­ri­tés et des fi­dèles des grandes re­li­gions pour la paix dans le monde, le re­fus de la vio­lence et du ter­ro­risme, la si­tua­tion des chré­tiens dans le contexte des conflits et des ten­sions dans le Moyen-Orient, ain­si que leur pro­tec­tion». Le Pape a of­fert au Grand Imam d'Al-Az­har un mé­daillon re­pré­sen­tant l’oli­vier de la paix ain­si qu’une co­pie de son en­cy­clique Lau­da­to Si’, une lettre aux fi­dèles dans la­quelle il ex­horte le monde à se ré­veiller à la me­nace po­sée par le chan­ge­ment cli­ma­tique et de­mande éga­le­ment un ré­équi­li­brage de la re­la­tion éco­no­mique entre les mondes in­dus­tria­li­sés et en dé­ve­lop­pe­ment.

Au Va­ti­can, on jus­ti­fiait aus­si l’in­té­rêt pour le Pape de re­ce­voir le grand imam d’Al Az­har pour le «sym­bole» que re­pré­sente cette ins­ti­tu­tion, qui jouit d’un «im­mense pres­tige au coeur de l’is­lam sun­nite». Ce n’est pas la per­sonne d’Ah­med Al Tayeb en tant que telle que le Saint-Siège met en avant, mais la fonc­tion qu’il oc­cupe dans le monde sun­nite qui en fait un ac­teur in­con­tour­nable du dia­logue in­ter­re­li­gieux.

Mar­di der­nier, le cheikh Ah­med Al Tayeb a as­sis­té à un col­loque or­ga­ni­sé à la mai­rie de Pa­ris par la com­mu­nau­té de Sant’Egi­dio sur le thème «Orient, Oc­ci­dent, dia­logues de ci­vi­li­sa­tion». L’après-mi­di, il a été re­çu à l’Ély­sée par Fran­çois Hol­lande.

Mer­cre­di der­nier, il s'est ren­du à l’Ins­ti­tut ca­tho­lique de Pa­ris pour si­gner un par­te­na­riat entre les deux fa­cul­tés de lettres, per­met­tant des échanges d’étu­diants ou d’en­sei­gnants, des sé­mi­naires doc­to­raux et des jour­nées d’études.

Le Pape of­frant au Grand Imam d'Al-Az­har un mé­daillon

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.