Le som­met G20 se tien­dra sur le Re­cul de l’éco­no­mie mon­diale

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية - Ab­del Mas­sih Fel­li

Le som­met du Groupe (G20) pré­vu les 4 et 5 sep­tembre 2016 à Hangz­hou en Chine, of­fri­ra aux au­to­ri­tés chi­noises l'oc­ca­sion de pré­sen­ter et de pro­mou­voir leur point de vue sur le dé­ve­lop­pe­ment mon­dial. L'ini­tia­tive chi­noise "la Cein­ture et la Route", qui vise à pro­mou­voir la construc­tion d'in­fra­struc­tures dans les pays le long des an­ciennes Routes de la soie et à do­per le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique dans toute la ré­gion, se­ra un su­jet im­por­tant lors de ce som­met, se­lon Alexeï Ma­slov, di­rec­teur du dé­par­te­ment d'études orien­tales au sein du Haut col­lège d'éco­no­mie russe. Il a confié à l’agence chi­noise de presse: "Je pense que le dé­bat por­te­ra plu­tôt sur les moyens de dé­ve­lop­per les in­fra­struc­tures, sur qui pren­dra la tête de la re­struc­tu­ra­tion des in­fra­struc­tures".

Les ana­lystes pro­posent que la Chine trouve sa propre fa­çon de pro­mou­voir son idée d'éco­no­mie verte, qui est non seule­ment éco­lo­gique mais aus­si exempte de cor­rup­tion et de toute in­fluence ex­té­rieure. La Chine fait ce qu'il faut, en se dé­fen­dant non seule­ment des ac­cu­sa­tions pré­su­mées (de non-res­pect des règles en­vi­ron­ne­men­tales, mais en créant éga­le­ment son propre concept et in­vi­tant d'autres à y adhé­rer. Le dé­bat con­cer­nant l'éco­no­mie verte de­vrait éga­le­ment se concen­trer sur les ca­pa­ci­tés d'in­ves­tis­se­ment des pays et sur la crois­sance du­rable de l'éco­no­mie mon­diale, sur­tout lorsque l'on prend en compte une crise écon- omique com­plexe et mul­ti­la­té­rale, se­lon lui.

D'après Alexeï Ma­slov, l'en­jeu du som­met consiste à "mon­trer que les pays par­tagent les mêmes pré­oc­cu­pa­tions et font face aux mêmes pro­blèmes ain­si qu'aux mêmes ten­dances", plu­tôt que cher­cher à four­nir des solutions dé­fi­ni­tives. Ma­slov sou­ligne que le som­met du G20 est au­jourd'hui de­ve­nu un mé­ca­nisme ef­fi­cace et non plus une simple pla­te­forme de dis­cus­sion. "Sa­voir com­ment la Chine va pou­voir conci­lier les points de vue de par­ties dif­fé­rentes est une vraie ques­tion et une lourde res­pon­sa­bi­li­té", ob­serve l'ana­lyste. "Seule la Chine, peut-être, est au­jourd'hui en me­sure de réunir des pays dif­fé­rents do­tés de règles éco­no­miques dif­fé­rentes au­tour de la table de né­go­cia­tion, avec pour ob­jec­tif de tra­vailler à une so­lu­tion com­mune", pour­suit Ma­slov. Grâce à la mise en oeuvre de ré­formes struc­tu­relles "as­sez ap­pro­priées" de l'éco­no­mie chi­noise, le pays a fait preuve de sa forte dé­ter­mi­na­tion po­li­tique au­près du monde en­tier, se­lon lui, avant ce­pen­dant d'aver­tir que "la conjoncture éco­no­mique chi­noise, voire de toute l'Asie, exige une mise en oeuvre ra­pide de ces ré­formes".

Les mé­dias es­pèrent que le som­met du G20 dé­fi­ni­ra des mé­thodes pour sti­mu­ler l'éco­no­mie, fa­ci­li­ter le com­merce ex­té­rieur, sup­pri­mer les bar­rières doua­nières et pro­mou­voir les in­ter­ac­tions in­ter­na­tio­nales grâce à la créa­tion de zones de libre-échange et de zones de dé­ve­lop­pe­ment com­mun. Les ex­perts éco­no­miques es­timent que le som­met du G20 pour­ra dé­bou­cher sur une plus grande li­ber­té de com­mer­cer et jouer un rôle plus res­pon­sable dans la ré­so­lu­tion des pro­blèmes glo­baux, ajou­tant que les transferts in­ter­na­tio­naux de tech­no­lo­gie se­ront éga­le­ment da­van­tage fa­vo­ri­sés.

Sur fond de faible re­prise de l'éco­no­mie mon­diale et de si­tua­tion po­li­tique in­stable, les pays du monde s'at­tendent à ce que le Groupe des Vingt (G20) joue un rôle plus im­por­tant dans la gou­ver­nance mon­diale et la crois­sance éco­no­mique. Face à l'in­cer­ti­tude au­tour du Brexit, le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal (FMI) a ré­vi­sé à la baisse en juillet ses pré­vi­sions de crois­sance mon­diale à 3,1% en 2016 et 3,4% 2017, soit 0,1 point de pour­cen­tage de moins que lors de ses pré­vi­sions d'avril der­nier. Par ailleurs, un re­cul de la mon­dia­li­sa­tion com­mence à consti­tuer un dan­ger pour l'éco­no­mie mon­diale, alors que les po­pu­lismes sont en hausse, avec comme exemple la can­di­da­ture de Do­nald Trump à la Mai­son Blanche. Dans ce contexte, le monde fonde de grands es­poirs sur le G20 qui re­groupe les pays re­pré­sen­tant plus de 85% de l'éco­no­mie mon­diale. Le bon sens dit que le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique est une condi­tion préa­lable à la sé­cu­ri­té et qu'une stag­na­tion éco­no­mique pour­rait en­traî­ner des risques et des dan­gers im­pré­vi­sibles.

Le pro­chain som­met du G20 pré­vu les 4 et 5 sep­tembre, of­fri­ra une pla­te­forme aux chefs d'Etat et de gou­ver­ne­ment ain­si qu'aux gou­ver­neurs de banque cen­trale pour échan­ger leurs points de vue sur la po­li­tique ma­cro-éco­no­mique. Les membres de ce cé­nacle re­con­naissent la né­ces­si­té de concen­trer leurs res­sources au pro­fit de la crois­sance éco­no­mique afin de ren­for­cer le socle de la sé­cu­ri­té mon­diale au lieu de tom­ber dans un "piège géo­po­li­tique". Tout le po­ten­tiel et la force d'une crois­sance éco­no­mique mon­diale sur le moyen et le long terme sont an­crés dans l'in­no­va­tion, la ré­forme et l'adap­ta­tion.

Le thème du som­met de cette an­née "Vers une éco­no­mie mon­diale in­no­vante, re­vi­go­rée, in­ter­con­nec­tée et in­clu­sive"- re­flète de fa­çon frap­pante les ef­forts du G20 pour que l'in­no­va­tion ins­pire une crois­sance éco­no­mique du­rable et per­mette de sur­mon­ter les obs­tacles struc­tu­rels et ins­ti­tu­tion­nels. En­fin, il doit don­ner aux pays en dé­ve­lop­pe­ment da­van­tage de voix pour do­per l'éco­no­mie mon­diale

Rap­pe­lons à cet égard que la Chine et l'Egypte avaient conve­nu de ren- for­cer leur co­opé­ra­tion dans le cadre de l'ini­tia­tive "la Cein­ture et la Route" lors de la vi­site d'Etat du pré­sident chi­nois Xi Jin­ping au Caire en jan­vier der­nier.

Lors de leur ren­contre au pa­lais his­to­rique de Qou­ba, M. Xi, qui a pro­po­sé l'ini­tia­tive "la Cein­ture et la Route" en 2013, et son ho­mo­logue égyp­tien Ab­del Fat­tah al-Sis­si avaient at­teint un consen­sus gé­né­ral pour dé­ve­lop­per en­semble cette ini­tia­tive.

M. Xi avait pro­po­sé que les deux pays tra­vaillent en­semble pour faire de cette na­tion arabe un pi­lier de l'ini­tia­tive "la Cein­ture et la Route", consti­tuée de la Cein­ture éco­no­mique de la Route de la Soie et la Route de la Soie ma­ri­time du XXIe siècle.

A cette fin, il avait sug­gé­ré que les deux pays alignent leurs stra­té­gies et vi­sions de dé­ve­lop­pe­ment et se concentrent sur la co­opé­ra­tion dans la construc­tion d'in­fra­struc­tures et le ren­for­ce­ment des ca­pa­ci­tés de pro­duc­tion.

Pa­ral­lè­le­ment, la Chine s'est dite prête à par­ti­ci­per aux grands pro­jets de l'Egypte tels que le dé­ve­lop­pe­ment du cor­ri­dor du ca­nal de Suez et la construc­tion d'une nou­velle ca­pi­tale administrative.

Lors de cette ren­contre, M. Xi a in­vi­té M. Sis­si à par­ti­ci­per au pro­chain som­met du G20. Le pré­sident égyp­tien a par ailleurs re­mer­cié son ho­mo­logue chi­nois pour l'in­vi­ta­tion au som­met du G20 à Hangz­hou en tant qu'in­vi­té d'hon­neur et a ex­pri­mé la re­con­nais­sance de son pays à l'égard de la Chine pour avoir tou­jours été hon­nête et équi­table sur les pro­blèmes au Moyen-Orient.

(photo ar­chive)

Le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping ren­con­trant le pré­sident al-Sis­si au pa­lais de Qou­ba

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.