Vi­site fruc­tueuse de Chou­kry aux Etats-Unis

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Alors que le monde s'ap­proche du pré­sident des États-Unis, le mi­nistre égyp­tien des Af­faires étran­gères Sa­meh Chou­kry a com­men­cé une vi­site à Wa­shing­ton au dé­but du mois pour dis­cu­ter des re­la­tions bi­la­té­rales et ren­con­trer l'équipe de tran­si­tion de la nou­velle ad­mi­nis­tra­tion.

Chou­kry a com­men­té sur le pré­sident élu des États-Unis Do­nald Trump et les re­la­tions bi­la­té­rales entre l'Egypte et les États-Unis, dans une in­ter­view té­lé­vi­sée dif­fu­sée mar­di soir sur CNN.

"La re­la­tion a tou­jours été pré­cieuse pour les deux cô­tés et nous avons ex­trait des avan­tages et il en est de même pour les États-Unis," a-t-il af­fir­mé.

In­ter­ro­gé sur les pers­pec­tives des re­la­tions entre l'Egypte et les États-Unis, sous la pré­si­dence de Trump, au mi­lieu de su­jets contro­ver­sés comme le pro­jet d'in­ter­dic­tion d'en­trée des mu­sul­mans, Chou­kry a dé­cla­ré qu'il n'y avait pas une dis­cus­sion d'une telle na­ture spé­ci­fique, avec le vice-pré­sident élu Mike Pence.

"Je ne peux pas dire qu'il ya eu une ré­ac­tion vio­lente à la dé­cla­ra­tion", a si­gna­lé Chou­kry, ajou­tant qu'il y avait un dé­sir que toute politique se­rait en­tre­prise "avec soin et consi­dé­ra­tion que toute forme de pro­fi­lage ra­cial n'est pas en phase avec la Com­pré­hen­sion des droits de l'Homme par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale. "

"Nous n'in­ter­ve­nons pas tra­di­tion­nel­le­ment dans la fa­çon dont les so­cié­tés or­ga­nisent ou lé­gi­fèrent en rap­port avec leurs af­faires in­ternes," a-t-il no­té.

Ce­pen­dant, Chou­kry a es­ti­mé que les idées de Trump et les pro­po­si­tions contro­ver­sées «se dé­ve­lop­pe­ront et conti­nue­ront d'évo­luer au fur et à me­sure que l'ap­pa­reil politique se­ra mis en place».

Dans une in­ter­view au jour­nal Asharq alAw­sat, Chou­kry a sou­li­gné l'im­por­tance des re­la­tions entre l'Ara­bie saou­dite et l'Égypte, no­tant que les deux pays par­tagent une his­toire com­mune et un des­tin com­mun.

"Notre ob­jec­tif est de pro­mou­voir ces re­la­tions et de les mettre dans un cadre qui sert éga­le­ment les in­té­rêts des deux par­ties", a dé­cla­ré le mi­nistre égyp­tien.

Il a éga­le­ment in­di­qué que le Royaume et l'Égypte en­tre­te­naient une co­opé­ra­tion per­ma­nente et avaient des points de vue com­muns sur de nom­breuses ques­tions bi­la­té­rales et ré­gio­nales, no­tam­ment en ce qui concerne la sé- cu­ri­té in­té­rieure arabe.

"L'Egypte a ex­pri­mé dans plu­sieurs cir­cons­tances son sou­tien au Royaume et aux Etats du Golfe face aux dé­fis et à l'in­gé­rence des forces étran­gères", a-t-il no­té.

"Ce par­te­na­riat est la ga­ran­tie d'un ave­nir plus sûr et plus stable", a-t-il ajou­té.

Le pré­sident Ab­del Fat­tah Al-Sis­si n'avait pas par­lé du gou­ver­ne­ment sy­rien ac­tuel lors­qu'il a par­lé de la po­si­tion de l'Egypte sur la Sy­rie, a dé­cla­ré d'autre part le mi­nistre des Af­faires étran­gères, Sa­meh Chou­kry.

Al-Sis­si di­sait plu­tôt que les ar­mées na­tio­nales se­raient mieux pla­cées pour prendre la res­pon­sa­bi­li­té de lut­ter contre le ter­ro­risme dans leurs pays, au lieu de s'ap­puyer sur l'in­ter­ven­tion étran­gère.

Dans une in­ter­view avec la chaîne de té­lé­vi­sion amé­ri­caine PBS, Chou­kry a ajou­té que l'Egypte croit qu'une so­lu­tion politique in­clu­sive qui re­groupe toutes les fac­tions po­li­tiques est la meilleure is­sue pour la crise sy­rienne, ajou­tant qu'Al-Sis­si n'a pas an­non­cé son en­ga­ge­ment en­vers au­cune fac­tion politique.

Le mi­nistre égyp­tien des Af­faires étran­gères, Sa­meh Chou­kry, était ar­ri­vé à New York mar­di soir pour ren­con­trer le Se­cré­taire gé­né­ral des Na­tions unies, An­to­nio Gu­terres, après avoir conclu une vi­site de quatre jours à Wa­shing­ton.

Chou­kry a dis­cu­té avec Gu­terres "de di­verses ques­tions à l'ordre du jour de l'ONU et du Con­seil de sé­cu­ri­té ain­si que les re­la­tions entre l'Egypte et l'or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale".

Gu­terres, le Se­cré­taire gé­né­ral por­tu­gais dé­si­gné, as­su­me­ra son rôle le 1er jan­vier 2017 pour un man­dat de cinq ans.

Chou­kry a pré­sen­té aus­si au Se­cré­taire gé­né­ral dé­si­gné la vi­sion glo­bale de l'Égypte en ce qui concerne le rôle des Na­tions unies dans la paix et la sé­cu­ri­té in­ter­na­tio­nales, la crois­sance éco­no­mique et le dé­ve­lop­pe­ment, la conso­li­da­tion de la paix et la lutte contre le ter­ro­risme».

L'Égypte a un man­dat de deux ans en tant que membre non per­ma­nent du Con­seil de sé­cu­ri­té de l'ONU, qui a dé­bu­té au dé­but de cette an­née.

Le mi­nistre égyp­tien des Af­faires étran­gères, Sa­meh Chou­kry, s'est en­tre­te­nu mar­di avec le pré­sident du Co­mi­té des États-Unis pour les forces ar­mées, Mac Thorn­ber­ry, à Wa­shing­ton, et a de­man­dé que les États-Unis aug­mentent leur aide mi­li­taire à l'Égypte pour sou­te­nir les ef­forts du pays dans la lutte contre le ter­ro­risme et le main­tien de la sta­bi­li­té au Moyen-Orient.

Chou­kry a dé­cla­ré au re­pré­sen­tant du Con­grès que le pro­gramme d'aide mi­li­taire des États-Unis à l'Égypte né­ces­site un exa­men puis­qu'il a été mis en oeuvre il y a plus de trois dé­cades.

Thorn­ber­ry a in­di­qué que l'ad­mi­nis­tra­tion nou­vel­le­ment élue est prête à co­opé­rer avec des par­te­naires en Egypte sur le res­ser­re­ment des re­la­tions entre les deux pays.

Le membre du Con­grès a trans­mis un mes­sage au peuple égyp­tien in­di­quant que les États-Unis res­te­raient tou­jours en fa­veur de l'Egypte, la sta­bi­li­té et le suc­cès de l'Egypte étant vi­taux pour les in­té­rêts amé­ri­cains dans la ré­gion du Moyen-Orient.

Le mi­nistre égyp­tien des Af­faires étran­gères, Sa­meh Chou­kry, avait ren­con­tré le pré­sident de la Chambre amé­ri­caine des re­pré­sen­tants, Paul Ryan, en di­sant que la réunion avait "mis en lu­mière les re­la­tions stra­té­giques entre l'Egypte et les États-Unis".

Le troi­sième jour de sa vi­site à Wa­shing­ton, Chou­kry a éga­le­ment ren­con­tré d'autres di­ri­geants du Con­grès.

«C'était une réunion très fruc­tueuse entre le mi­nistre Chou­kry et le pré­sident de la Chambre Ryan, ren­for­çant les re­la­tions amé­ri­ca­noé­gyp­tiennes», a dé­cla­ré le porte-pa­role du mi­nis­tère égyp­tien des Af­faires étran­gères sur Twit­ter.

Chou­kry a com­men­cé son voyage en si­gnant un mé­mo­ran­dum d'ac­cord bi­la­té­ral avec son ho­mo­logue amé­ri­cain John Ker­ry, im­po­sant des res­tric­tions à la vente illé­gale de ma­té­riel ar­chéo­lo­gique égyp­tien.

Le porte-pa­role du mi­nis­tère égyp­tien des Af­faires étran­gères Ah­med Abou Zeid a no­té que l'ac­cord est "consi­dé­ré comme le pre­mier si­gné par les États-Unis avec un pays au MoyenO­rient dans ce do­maine".

Chou­kry a en outre te­nu des dis­cus­sions in­ten­sives avec les di­ri­geants du Con­grès des États-Unis dans les deux chambres, y com­pris les membres du Co­mi­té des ser­vices ar­més du Sé­nat, pour dis­cu­ter des dé­fis ré­gio­naux au Moyen-Orient et du rôle de l'ar­mée égyp­tienne dans la pro­mo­tion de la sta­bi­li­té dans la ré­gion.

Les res­pon­sables ont éga­le­ment dis­cu­té des ré­cents dé­ve­lop­pe­ments éco­no­miques, po­li­tiques et so­ciaux en Egypte.

En marge de sa vi­site, Chou­kry a as­sis­té à une ré­cep­tion or­ga­ni­sée et ac­cueillie par l'am­bas­sade égyp­tienne à Wa­shing­ton pour cé­lé­brer le ra­pa­trie­ment de quatre ar­te­facts égyp­tiens qui ont été in­tro­duits en contre­bande aux ÉtatsU­nis.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.