La so­lu­tion à 2 Etats est la seule pos­sible

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية -

Plus de 70 pays et or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales (ONU, Union eu­ro­péenne, Ligue arabe, Or­ga­ni­sa­tion de la Co­opé­ra­tion is­la­mique), mais pas les par­ties concer­nées, ont été conviés le di­manche 15 jan­vier à une réu­nion à Pa­ris qui s'ins­crit dans le cadre d'une ini­tia­tive fran­çaise lan­cée il y a un an pour in­ci­ter Is­raé­liens et Pa­les­ti­niens à re­prendre des né­go­cia­tions in­ter­rom­pues de­puis deux ans.

Le mi­nistre fran­çais des Af­faires étran­gères JeanMarc Ay­rault a ré­af­fir­mé à cette oc­ca­sion qu'il n'y avait pas d'autre so­lu­tion que celle consis­tant à deux Etats pour ré­soudre le conflit is­raé­lo-pa­les­ti­nien, lors du dis­cours d'ou­ver­ture de cette confé­rence in­ter­na­tio­nale à Pa­ris.

"Nous sommes ici pour re­dire avec force que la so­lu­tion des deux États est la seule pos­sible", a dé­cla­ré le chef de la di­plo­ma­tie fran­çaise Jean-Marc Ay­rault en ou­vrant la confé­rence, ajou­tant que les par­ti­ci­pants al­laient ten­ter de "re­créer les condi­tions d'une né­go­cia­tion pour les deux par­ties" et "tra­cer des pistes d'ac­tions pour les se­maines et mois à ve­nir, afin de main­te­nir une dy­na­mique".

"La France n'a d'autre mo­ti­va­tion que d'être utile à la paix, et il n'y a pas de temps à perdre", a ré­pli­qué M. Ay­rault, met­tant en garde contre les risques d'ex­plo­sion de vio­lence dans la ré­gion.

A cet égard, le mi­nistre égyp­tien des Af­faires étran­gères, Sa­meh Chou­kry, a par­ti­ci­pé à la confé­rence in­ter­na­tio­nale de paix à Pa­ris, où il a pro­non­cé un dis­cours sur les pour­par­lers de paix entre Is­raël et l'Au­to­ri­té Pa­les­ti­nienne (AP).

Dans son dis­cours, Chou­kry a dé­crit la vi­sion égyp­tienne de par­ve­nir à un rè­gle­ment juste et glo­bal de la cause pa­les­ti­nienne, consi­dé­rée comme la pierre an­gu­laire de la sta­bi­li­té et de la co­exis­tence pa­ci­fique dans la ré­gion.

Chou­kry a sou­li­gné l'im­por­tance de veiller à ce que le peuple pa­les­ti­nien re­couvre ses "droits lé­gi­times", prin­ci­pa­le­ment l'éta­blis­se­ment d'un Etat in­dé­pen­dant le long des fron­tières d'avant 1967 avec Jé­ru­sa­lem-Est comme ca­pi­tale.

Il a af­fir­mé éga­le­ment la vo­lon­té de l'Egypte de contri­buer à la réa­li­sa­tion de cet ob­jec­tif en en­cou­ra­geant les deux par­ties pa­les­ti­nienne et is­raé­lienne à re­prendre des pour­par­lers di­rects.

L'Égypte a été à l'avant­garde des ten­ta­tives de re­nou­vel­le­ment des pour­par­lers de paix entre Is­raël et l'Au­to­ri­té pa­les­ti­nienne. Le pré­sident Ab­del Fat­tah AlSis­si a ap­pe­lé il y a plu­sieurs mois les Is­raé­liens et les Arabes pa­les­ti­niens à sai­sir ce qu'il di­sait être une "vé­ri­table op­por­tu­ni­té" pour la paix et a sa­lué l'ac­cord de paix de son propre pays avec Is­raël.

Il a si­gna­lé que toutes les ini­tia­tives sin­cères et sé­rieuses peuvent four­nir une réelle op­por­tu­ni­té pour les par­ties pa­les­ti­nienne et is­raé­lienne d'af­fir­mer leur vo­lon­té po­li­tique et de mettre en place les bases de me­sures de confiance.

Il a sou­li­gné que l'Egypte était prête à faire tous les ef­forts né­ces­saires pour as­su­rer le suc­cès de toute ini­tia­tive vi­sant à trou­ver une so­lu­tion du­rable au conflit.

Jean-Marc Ay­rault s'adres­sant à la réu­nion

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.