Vi­site du Pape Fran­çois en Egypte .. Un mes­sage de paix

Watani Francophone - - الصفحة الأمامية - Mi­chael Vic­tor

Le Pape Fran­çois a ter­mi­né sa­me­di 29 avril sa vi­site de deux jours en Egypte. C'était la pre­mière vi­site du Pape en Egypte de­puis celle ef­fec­tuée par le Pape Jean-Paul II en 2000 et est ve­nue en ré­ponse à la vi­site du Pape Ta­wa­dros II au Va­ti­can en 2013, du pré­sident Ab­del-Fat­tah al-Sis­si en 2014 et du grand imam d'al-Az­har Ah­med al-Tayyeb en 2016.

La pre­mière réunion du Pape Fran­çois, une fois qu'il a dé­bar­qué sur le sol égyp­tien, a eu lieu avec le pré­sident al-Sis­si qui a cha­leu­reu­se­ment ac­cueilli son pré­cieux in­vi­té, le qua­li­fiant d'hôte cher et chef spi­ri­tuel pour les peuples de dif­fé­rentes re­li­gions du monde en­tier.

Dans un dis­cours pro­non­cé plus tard dans la soi­rée, le pré­sident a dé­cla­ré que l'Egypte est à l'avant-garde des ef­forts in­ter­na­tio­naux pour faire face au ter­ro­risme et conti­nue­ra à le faire tout en pré­ser­vant son uni­té et son histoire en tant que terre de di­ver­si­té et de to­lé­rance. Il a ap­pe­lé les "pays pa­ci­fiques" à co­opé­rer pour éra­di­quer le ter­ro­risme, sou­li­gnant que ce­la im­pli­que­rait de dé­truire l'in­fra­struc­ture des ter­ro­ristes et d'ar­rê­ter le re­cru­te­ment de nou­veaux élé­ments pour les groupes ter­ro­ristes.

Le pré­sident a loué le Pape Fran­çois pour ses ef­forts pour pro­mou­voir la paix in­ter­na­tio­nale et a rap­pe­lé que les re­la­tions di­plo­ma­tiques éta­blies il y a 70 ans entre l'Égypte et le Va­ti­can de­vraient ai­der la cause de la paix.

Le Pape Fran­çois a dé­cla­ré qu'il était heu­reux d'être en Egypte, qui, une fois, a of­fert re­fuge à la Sainte Fa­mille, et qui est au­jourd'hui un abri pour des mil­lions de ré­fu­giés de Sy­rie, d'Irak, d'Éry­thrée, du Sud-Sou­dan.

Le Pape Fran­çois a sou­li­gné le rôle clé que l'Égypte joue au Moyen-Orient contre la vio­lence aveugle et in­hu­maine qui ré­sulte du com­merce des armes, de la re­cherche du pou­voir et de l'ex­tré­misme re­li­gieux qui uti­lisent le nom de Dieu pour com­mettre des mas­sacres.

Le Pape a ren­du hom­mage à ceux qui ont sa­cri­fié la vie pour la sé­cu­ri­té de la na­tion: la po­lice et l'ar­mée, les coptes et les vic­times du ter­ro­risme. Il a éten­du son sou­tien aux coptes du Si­naï Nord qui, qui il y a trois mois, ont fui leurs mai­sons face à des me­naces ter­ro­ristes et des meurtres. Il a re­mer­cié les au­to­ri­tés pour leurs offres d'aide et de sou­tien.

Le Pape Fran­çois a sa­lué tous les Egyp­tiens et tous les chré­tiens vi­vant en Egypte qui donnent un exemple de la pos­si­bi­li­té de vivre dans la paix et le res­pect mu­tuel.

Une fois la réunion avec le pré­sident al-Sis­si ter­mi­née, le Pape Fran­çois s'est en­tre­te­nu avec le Cheikh Tayyeb à l'uni­ver­si­té al-Az­har. Au sé­mi­naire du dia­logue in­ter­re­li­gieux, le grand imam a ex­pri­mé sa gra­ti­tude au Pape pour avoir re­je­té l'as­so­cia­tion de l'is­lam avec la ter­reur. Il a dé­cla­ré que c'était le mo­ment pour les re­li­gions de prendre l'ap­pel de la paix, de l'éga­li­té et de la di­gni­té de tous les êtres hu­mains, in­dé­pen­dam­ment de la foi ou de la cou­leur.

Il a blâ­mé le tra­fic in­ter­na­tio­nal d'armes et les dé­ci­sions po­li­tiques in­ter­na­tio­nales im­pru­dentes pour l'«état de chaos» qui pré­vaut au­jourd'hui dans de nom­breux pays.

Le Pape Fran­çois a de sa part dé­cla­ré aux di­gni­taires re­li­gieux ras­sem­blés: «Nous de­vrions ré­ité­rer notre re­jet de toute vio­lence com­mise au nom de Dieu. "Nous avons un im­mense be­soin de créer la paix et non la di­vi­sion. La paix seule ... est sainte et au­cun acte de vio­lence ne peut être per­pé­tré au nom de Dieu, car il pro­fane son nom", a-t-il ajou­té.

"Pré­ci­sé­ment dans le do­maine du dia­logue, en par­ti­cu­lier du dia­logue in­ter­re­li­gieux, nous sommes constam­ment ap­pe­lés à mar­cher en­semble ... À cet égard, le tra­vail du Co­mi­té mixte pour le dia­logue entre le Conseil pon­ti­fi­cal pour le dia­logue in­ter­re­li­gieux et le Co­mi­té d'al-Az­har pour le Dia­logue offre un exemple concret et en­cou­ra­geant. Trois do­maines fon­da­men­taux, s'ils sont liés de ma­nière ap­pro­priée, peuvent ai­der à ce dia­logue: le de­voir de res­pec­ter sa propre iden­ti­té et celle des autres, le cou­rage d'ac­cep­ter les dif­fé­rences et la sin­cé­ri­té des in­ten­tions.

Il était en­vi­ron 18h30 quand les coptes at­ten­daient avec im­pa­tience son ar­ri­vée: le Pape Fran­çois s'est di­ri­gé vers la ca­thé­drale Saint-Marc à Ab­bas­siya au Caire pour ren­con­trer le Pape Ta­wa­dros qui a dé­crit la vi­site du pon­tife comme un nou­veau pas sur la route de l'amour et de la paix.

Le Pape copte a loué les ef­forts du Pape ca­tho­lique pour pro­mou­voir la co­opé­ra­tion et le dia­logue entre les prin­ci­pales églises du monde. Il a par­lé de sa vi­site au Va­ti­can il y a quatre ans et a éga­le­ment ex­pri­mé sa re­con­nais­sance pour le rôle des écoles et des mis­sions ca­tho­liques en Egypte dans la pro­mo­tion de l'édu­ca­tion et l'offre de tra­vail de cha­ri­té.

Le Pape Ta­wa­dros a dé­cla­ré qu'il at­ten­dait avec im­pa­tience le jour où les églises coptes et ca­tho­liques cé­lèbrent en­semble Noël et Pâques à des dates com­munes et com­mu­niquent en­semble.

Avec le Pape Ta­wa­dros II et les chefs des Églises chré­tiennes, le Pape Fran­çois a ren­du hom­mage aux mar­tyrs de l’Église copte or­tho­doxe tués au cours des at­ten­tats ter­ro­ristes.

Il l'a fait par une prière si­len­cieuse, d’abord à l’intérieur, puis de­vant le mur de l’église Saint-Pierre, édi­fice ad­ja­cent à la ca­thé­drale copte de Saint-Marc, où, le 11 dé­cembre 2016, un at­ten­tat a pro­vo­qué la mort de di­zaines de per­sonnes. Ce mur est em­preint de leur sang. Au­jourd’hui, de­vant ce mur a été mis un verre de pro­tec­tion et ce lieu est de­ve­nu un but de pè­le­ri­nage et de prière. C’est jus­te­ment là que, ven­dre­di 28 avril, après la ren­contre avec le Pape Ta­wa­dros et avec tous les res­pon­sables chré­tiens, le Pape Fran­çois a dé­po­sé un bou­quet de fleurs et al­lu­mé des bou­gies en hom­mage aux vic­times. Cet acte a rap­pe­lé toutes les vic­times de l’Égypte.

Le Pape Fran­çois a quit­té l'église Bou­tros­siya une fois le ser­vice ter­mi­né, il s'est di­ri­gé vers la Non­cia­ture apos­to­lique du Saint-Siège dans la ban­lieue de Za­ma­lek où il a pas­sé la nuit.

Le sa­me­di 29 avril a vu le Pape Fran­çois cé­lé­brer la Sainte Messe au stade de la dé­fense aé­rienne à al-Ta­gam­mou al-Khames, à l'est du Caire. Le stade était plein; 25 000 per­sonnes ont as­sis­té à la messe. Le Pape a re­çu un ac­cueil cha­leu­reux; la congré­ga­tion était fière de pou­voir cé­lé­brer la messe avec lui avec le haut cler­gé copte ca­tho­lique en Egypte. Mais les plus chan­ceux étaient deux couples de jeunes ma­riés qui ont in­sis­té pour que le Pape leur donne une bé­né­dic­tion, ce qu'il a fait sou­riant, alors qu'ils en­tre­prennent leurs nou­velles vies.

Après la messe, le Pape Fran­çois a dé­jeu­né avec les clercs ca­tho­liques coptes égyp­tiens, a ren­con­tré de fu­turs prêtres dans un sé­mi­naire copte ca­tho­lique, puis le pré­sident al-Sis­si l'a sa­lué une der­nière fois au pied de son avion. Pour tous les Egyp­tiens, la vi­site a été mé­mo­rable.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.