Des chiffres et des lettres

01net - - C'Est Vous Qui Le Dites - Lu­cien A.

J’ai beau­coup ap­pré­cié votre sa­ga in­ti­tu­lée “Un siècle pour cou­per le cor­don” sur l’his­toire du té­lé­phone (n° 868, p. 30). Mais je m’in­ter­roge. Pour­quoi les ca­drans des an­ciens com­bi­nés pré­sen­taient-ils des sé­ries de lettres as­so­ciées aux chiffres ? Était-il dé­jà pos­sible à cette époque d’en­voyer des mes­sages texte avec ces ap­pa­reils ?

Non, on ne pou­vait pas en­core tex­to­ter, loin s’en faut. En réa­li­té, les lettres étaient uti­li­sées pour faire cor­res­pondre l’in­di­ca­tif du cen­tral té­lé­pho­nique de la région pa­ri­sienne (les trois pre­mières lettres du nom) au chiffre cor­res­pon­dant (exemple : 225 pour BAL­zac ou 326 pour DAN­ton). Le 1er oc­tobre 1963, la cir­cons­crip­tion té­lé­pho­nique de Pa­ris (après la pro­vince) rem­pla­çait la nu­mé­ro­ta­tion al­pha­nu­mé­rique par le tout-en-chiffres. Cette cor­res­pon­dance al­pha­bé­tique a re­trou­vé une uti­li­té sur les cla­viers des mo­biles pour re­cher­cher un nom dans le ré­per­toire ou ré­di­ger des SMS, mais les ca­rac­tères sont ré­par­tis dif­fé­rem­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.