La sé­cu­ri­té se­lon Orange

01net - - C’EST VOUS QUI LE DITES ! - Da­niel Wer­brouck

Suite à la ré­cep­tion, le 15 jan­vier der­nier, d’un mail dou­teux, nous avons consta­té, mon beau-frère et moi, que sa mes­sa­ge­rie Orange avait été pi­ra­tée. Pre­mier ré­flexe : chan­ger le mot de passe. Comme les iden­ti­fiants de cor­res­pon­dance (adresse élec­tro­nique et té­lé­phone) avaient été mo­di­fiés, nous ne pou­vions le réi­ni­tia­li­ser qu’après ré­cep­tion d’un cour­rier du ser­vice as­sis­tance de l’opé­ra­teur. Au­jourd’hui, deux mois après la de­mande, nous n’avons tou­jours rien re­çu ! Ce qui nous a lais­sé le temps de ré­flé­chir aux ano­ma­lies. D’abord, pour dé­chif­frer le mot de passe (six lettres, quatre chiffres, soit plus de 37 té­ras de com­bi­nai­sons), il a fal­lu aux pi­rates des mil­liers de ten­ta­tives de con­nexion avant que la “porte” du compte ne s’ouvre. Pour­quoi ce­la n’a-t-il pas aler­té le four­nis­seur d’ac­cès ? En­suite, ce der­nier au­to­rise la mo­di­fi­ca­tion des iden­ti­fiants sans exi­ger le mot de passe ini­tial, ni de con­fir­ma­tion par cour­riel ou par SMS. Il est grand temps, à l’heure du tout-nu­mé­rique, alors qu’un mail peut être une pièce of­fi­cielle, qu’Orange as­sume sa res­pon­sa­bi­li­té dans la sé­cu­ri­té des don­nées per­son­nelles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.