Le Bar­ça joue au ni-oui-ni-non sur l’in­dé­pen­dance

Le FC Bar­ce­lone reste di­vi­sé sur le su­jet de l’in­dé­pen­dance

20 Minutes (Bordeaux) - - Grand Bordeaux - Ay­me­ric Le Gall

C’est un ta­touage in­dé­lé­bile gra­vé dans la peau. Mes que un club, la de­vise du Bar­ça, rap­pelle au monde le rôle du club dans la so­cié­té ca­ta­lane. Alors, quand les Blau­gra­nas ont pu­blié un com­mu­ni­qué, le 20 sep­tembre, pour sou­te­nir l’idée d’un ré­fé­ren­dum sur l’au­to-dé­ter­mi­na­tion de la Ca­ta­logne, per­sonne n’a été sur­pris. Pour­tant, le Bar­ça et son pré­sident Jo­sep Ma­ria Bar­to­meu se sont tou­jours te­nus à l’écart du dé­bat. Lors de la ré­cep­tion de Las Pal­mas, le jour du ré­fé­ren­dum, le FCB sou­hai­tait re­por­ter la ren­contre en sou­tien aux ci­toyens ca­ta­lans. Mais sous les coups de pres­sion de la Ligue, le Bar­ça a cra­qué et joué. A huis clos. Dans la fou­lée, deux membres du club ont pré­sen­té leur dé­mis­sion. « Des di­vi­sions sont ap­pa­rues dans l’équipe di­ri­geante », ex­plique l’his­to­rien An­gel Itur­ria­ga.

La pres­sion des « so­cios »

L’épi­sode de Las Pal­mas a mis en évi­dence des di­ver­gences de points de vue. « Il n’y a pas d’union idéo­lo­gique sur le su­jet », va­lide Carles Viñas, pro­fes­seur d’his­toire à Bar­ce­lone. Et la po­si­tion de Bar­to­meu n’est pas la plus agréable qui soit. Ti­raillé entre la vo­lon­té in­dé­pen­dan­tiste de cer­tains de ses membres, et de beau­coup de ses sup­por­ters, et la né­ces­si­té de gé­rer au mieux l’un des plus grands clubs du monde, le pré­sident a les fesses entre deux chaises.

« C’est le mo­ment le plus com­pli­qué que vit le club de­puis la mort de Fran­co, re­prend Carles Viñas. Je crois que Bar­to­meu et les gens qui l’en­tourent ont sou­te­nu le ré­fé­ren­dum plus par obli­ga­tion que par réelle convic­tion. Il ne fal­lait pas se mettre la ma­jo­ri­té des sup­por­ters à dos. Et comme ce sont les so­cios qui font les pré­si­dents, ceux-ci doivent for­cé­ment se mettre de leur cô­té. »

Si l’in­dé­pen­dance vient à être of­fi­ciel­le­ment pro­cla­mée, Bar­to­meu et le Bar­ça sui­vront donc les dé­si­rs du peuple sou­ve­rain. Il se­ra temps de se po­ser la ques­tion de l’ave­nir spor­tif du FCB. « Dans un mo­ment aus­si cri­tique que ce­lui que tra­verse la Ca­ta­logne, tout le monde, y com­pris les so­cios, met de cô­té la ques­tion du foot et du Bar­ça », conclut An­gel Itur­ria­ga.

Le 1er oc­tobre, contre Las Pal­mas, le FC Bar­ce­lone a joué à huis clos.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.