Une ar­res­ta­tion pour le meurtre du de­mi-frère de Kim Jong-il

20 Minutes (Lille) - - Actualité -

Un meurtre aux re­lents de film d’espionnage. Mer­cre­di, les po­li­ciers

ma­lai­siens ont ar­rê­té une femme soup­çon­née de la mort de Kim Jongnam, de­mi-frère du di­ri­geant nord­co­réen Kim Jong-un, lun­di, à l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Kuala Lumpur. Elle se­rait l’une des deux sus­pectes qui au­raient aspergé le vi­sage de Kim Jong-nam d’un li­quide qui au­rait dé­clen­ché chez lui des maux de têtes puis un ar­rêt car­diaque. Les meur­trières au­raient agi au mo­ment où la vic­time s’ap­prê­tait à prendre un vol pour le ter­ri­toire chi­nois de Ma­cao, où elle a pas­sé plu­sieurs an­nées en exil. Un temps pres­sen­ti pour être l’hé­ri­tier du ré­gime, Kim Jong-nam était tom­bé en dis­grâce, en 2001, après avoir été ar­rê­té à l’aé­ro­port de To­kyo avec un pas­se­port fal­si­fié de la Ré­pu­blique do­mi­ni­caine. Il au­rait alors af­fir­mé qu’il vou­lait vi­si­ter Dis­ney­land. Vers la fin du règne de son père, il s’était mon­tré cri­tique quant à la suc­ces­sion dy­nas­tique à la tête du ré­gime nord-co­réen. Il avait en outre émis de sé­rieux doutes quant aux ca­pa­ci­tés de son de­mi-frère, quand ce­lui-ci avait pris le pou­voir fin 2011. Ce meurtre, à quelques jours des cé­lé­bra­tions en Co­rée du Nord de la nais­sance du dé­funt Kim Jong-il, a été pré­sen­té par Séoul comme une preuve de « la bru­ta­li­té et la na­ture in­hu­maine » du ré­gime de Pyon­gyang.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.