Faïd et Hor­nec vic­times de leur cé­lé­bri­té ?

20 Minutes (Lille) - - Grand Lille -

Vic­time. L’un de sa no­to­rié­té, l’autre de son nom. C’est la ligne de dé­fense

choi­sie par les ac­cu­sés Re­doine Faïd et Fa­brice Hor­nec, mar­di, au deuxième jour de leur com­pa­ru­tion de­vant la cour d’as­sises du Nord, pour le bra­quage à l’ex­plo­sif d’un four­gon blin­dé dans le Pas-de-Ca­lais en 2011. « La di­men­sion de mon ca­sier ju­di­ciaire per­met beau­coup de choses à mon en­contre. Il y a eu une dé­fer­lante mé­dia­tique [...]. En dé­ten­tion, j’ai vu une dif­fé­rence de trai­te­ment entre les gens alors qu’ils étaient beau­coup plus mis en cause que moi », re­grette Faïd. Les ac­cu­sa­tions por­tant sur Hor­nec sont, se­lon lui, dues à son « nom de fa­mille dif­fi­cile à por­ter » qui en­traîne « des ins­truc­tions uni­que­ment à charge » où « on écarte tous les élé­ments à dé­charge ». Fa­brice Hor­nec est le cou­sin des frères Hor­nec, connus des en­quê­teurs comme des fi­gures du grand ban­di­tisme de la ré­gion pa­ri­sienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.