« Un grand mo­ment de co­hé­sion »

La mi­nistre de la Culture évoque les Jour­nées du pa­tri­moine de ce week-end

20 Minutes (Lyon) - - WEEK-END -

« Per­mettre aux Fran­çais de re­nouer avec leur his­toire. »

Propos recueillis par Claire Bar­rois et Benjamin Cha­pon

Ala veille de ses pre­mières Jour­nées eu­ro­péennes du pa­tri­moine (JEP) en tant que mi­nistre de la Culture, pour les­quelles elle ac­cueille­ra, sa­me­di, les vi­si­teurs dans son bureau de la rue de Va­lois, à Pa­ris, Fran­çoise Nys­sen a ré­pon­du aux ques­tions de 20 Mi­nutes.

Que si­gni­fie se­lon vous le suc­cès du­rable des Jour­nées du pa­tri­moine ?

Il dit l’at­ta­che­ment des Fran­çais à leur pa­tri­moine, et à tra­vers ce­lui-ci, à leur culture et à leur his­toire : 12 mil­lions de vi­si­teurs l’an der­nier, le chiffre parle de lui-même. Le pa­tri­moine aide à pré­pa­rer l’ave­nir : il nour­rit la fier­té et la confiance de notre so­cié­té en el­le­même. D’où l’importance d’y sen­si­bi­li­ser les jeunes pu­blics. Nous en avons fait le thème de cette édi­tion 2017 : « Jeu­nesse et pa­tri­moine ». Et je suis confiante sur ce su­jet quand je vois le nombre de jeunes qui s’im­pliquent pour le pa­tri­moine, qui par­ti­cipent à des chan­tiers pen­dant les vacances par exemple, qui font de l’ar­chéo­lo­gie… La fier­té de leur pa­tri­moine et de leur his­toire peut chan­ger la vie des jeunes.

Le suc­cès des JEP est-il lié à sa gra­tui­té ?

Il est d’abord lié à la di­men­sion col­lec­tive de l’évé­ne­ment. Les Jour­nées du pa­tri­moine sont un grand mo­ment ci­toyen, un grand mo­ment de co­hé­sion ré­pu­bli­caine ; 17 000 lieux ouvrent leurs portes, dans toute la France. Beau­coup sont gra­tuits, en ef­fet, et c’est im­por­tant pour l’ac­cès de tous à la culture. Ce qui fait le suc­cès des JEP, ce sont aus­si les ani­ma­tions. Il y en au­ra 26 000 cette an­née !

Le pa­tri­moine, c’est aus­si un coût, lié à l’en­tre­tien des mo­nu­ments… La lé­gis­la­tion doit-elle évo­luer ?

La lé­gis­la­tion a été lar­ge­ment com­plé­tée et mo­der­ni­sée ces der­nières an­nées, jus­qu’à l’an der­nier, par la loi Li­ber­té, Créa­tion, Ar­chi­tec­ture et Pa­tri­moine qui sim­pli­fie les règles et les pro­cé­dures de conser­va­tion. Je rap­pelle que, en ce qui concerne les mo­nu­ments his­to­riques, l’Etat de­meure le prin­ci­pal fi­nan­ceur des tra­vaux, sur les mo­nu­ments ins­crits ou clas­sés, au cô­té des pro­prié­taires, des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, mais aus­si des fon­da­tions qui font un for­mi­dable tra­vail. Ré­cem­ment, la fon­da­tion Adopte un châ­teau a mon­té un fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif pour ac­qué­rir le châ­teau de Pa­luel en Dor­dogne. Il y a un élan. Le pa­tri­moine ré­en­chante di­rec­te­ment la vie des ci­toyens, près de chez eux.

Em­ma­nuel Ma­cron re­noue avec cer­taines pré­ro­ga­tives pré­si­den­tielles ou­bliées par ses deux der­niers pré­dé­ces­seurs. A votre connais­sance, est-ce que le pré­sident de la Ré­pu­blique a un pro­jet pré­si­den­tiel, comme la py­ra­mide du Louvre avec Fran­çois Mit­ter­rand ou le mu­sée du Quai Bran­ly pour Jacques Chi­rac, un pro­jet d’en­ver­gure pour la culture qui soit un sym­bole fort ?

Ce pro­jet d’en­ver­gure, c’est ce­lui que je porte, c’est de ré­en­chan­ter le pacte ré­pu­bli­cain par la culture. La culture est par­tout. Chaque fois qu’il en a eu l’oc­ca­sion, Em­ma­nuel Ma­cron a ex­pri­mé l’importance de la culture. Et il est dans cette en­vie que la culture ac­com­pagne. Et par exemple le pa­tri­moine et les Jour­nées eu­ro­péennes du pa­tri­moine, c’est quelque chose qui lui im­porte énor­mé­ment dans le sens où c’est une re­vi­ta­li­sa­tion du ter­ri­toire, c’est per­mettre aux Fran­çais de re­nouer avec leur his­toire et avec un sen­ti­ment de fier­té, d’ap­par­te­nance.

« Le pa­tri­moine ré­en­chante la vie des ci­toyens », as­sure la mi­nistre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.