Dé­faillances en sé­rie

Len­teur des pro­cé­dures, ab­sence de vo­lon­té po­li­tique, ap­pau­vris­se­ment des co­pro­prié­taires... les causes des ef­fon­dre­ments d’im­meubles ne manquent pas.

20 Minutes (Lyon) - - NEWS - Del­phine Ban­caud

Trois im­meubles se sont ef­fon­drés à Mar­seille (Bouches-du-Rhône), lun­di ma­tin, fai­sant au moins sept morts. Mer­cre­di soir, c’est à Char­le­ville-Mé­zières (Ar­dennes) qu’un im­meuble s’est lui aus­si écrou­lé, sans faire de vic­time. Des évé­ne­ments qui mettent l’ac­cent sur le fléau des im­meubles in­sa­lubres. Se­lon le mi­nis­tère du Lo­ge­ment, contac­té par 20 Mi­nutes, 450 000 ha­bi­ta­tions sont consi­dé­rés comme in­dignes en France, même s’ils ne re­pré­sentent pas tous un dan­ger im­mi­nent pour leurs oc­cu­pants. « Beau­coup d’entre eux se si­tuent dans le nord de la France, en ré­gion Paca et en Seine-Saint-De­nis », constate Ch­ris­tophe Ro­bert, dé­lé­gué gé­né­ral de la Fon­da­tion Ab­bé-Pierre. Une si­tua­tion qui ré­sulte, se­lon lui, «du vieillis­se­ment du parc de lo­ge­ments et de la pau­pé­ri­sa­tion d’une par­tie de la po­pu­la­tion qui a été at­teinte par la crise éco­no­mique. Cer­tains co­pro­prié­taires n’ar­rivent plus à payer leurs charges. » Ces der­nières au­raient « aug­men­té de 40 % en dix ans, avance Emile Ha­gège, le pré­sident de l’As­so­cia­tion des res­pon­sables de co­pro­prié­té. Donc, les tra­vaux d’en­tre­tien qui de­vraient être pré­vus sont dif­fé­rés dans le temps et les bâ­ti­ments se dé­gradent peu à peu. »

Des dé­lais trop longs

Dans les cas les plus graves, lorsque la so­li­di­té de la bâ­tisse n’est pas as­su­rée, le maire, après aver­tis­se­ment du pro­prié­taire et avis d’un ex­pert, peut prendre un ar­rê­té de pé­ril im­mi­nent. « Mais la vo­lon­té po­li­tique ou les moyens hu­mains pour ac­ti­ver les dé­ci­sions ne sont par­fois pas suf­fi­sants, en­chaîne Ch­ris­tophe Ro­bert. Du coup, entre le si­gna­le­ment du pro­blème et sa ré­so­lu­tion, il se passe trop de temps.» Aus­si faut-il «ab­so­lu­ment ac­cé­lé­rer les pro­cé­dures », a re­con­nu dans La Pro­vence Ju­lien De­nor­man­die, mi­nistre char­gé de la Ville et du Lo­ge­ment. Ses ser­vices rap­portent que «14 sites [quar­tiers] ju­gés prio­ri­taires en France pour des pro­blèmes de co­pro­prié­tés dé­gra­dées ont été iden­ti­fiés ».

« Le plan Ini­tia­tive co­pro­prié­tés de trois mil­liards d’eu­ros sur dix ans a été mis en place pour trans­for­mer, ré­no­ver et pré­ve­nir la fra­gi­li­sa­tion de cer­tains lo­ge­ments », pour­suit l’en­tou­rage du mi­nistre. «Mais ce­la reste in­suf­fi­sant face à l’am­pleur des be­soins de ré­no­va­tion», es­time Ch­ris­tophe Ro­bert.

Se­lon Emile Ha­gège, il se­rait aus­si né­ces­saire d’agir sur les pro­blèmes de fond : « Il faut que les pro­prié­tés mettent en place des plans pré­vi­sion­nels de tra­vaux afin de lis­ser les charges sur plu­sieurs an­nées. Ce­la évi­te­ra les coups de bam­bou ponc­tuels pour les pro­prié­taires. Il fau­drait aus­si ins­tau­rer une vraie po­li­tique de mise en concur­rence des pres­ta­taires quand des tra­vaux sont pré­vus, ce qui fe­rait bais­ser les charges as­su­ré­ment. »

A Mar­seille, lun­di.

Se­lon le mi­nis­tère, 450000 ha­bi­ta­tions sont ju­gées in­dignes en France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.