Maou­li­da ne veut pas rac­cro­cher les ban­de­lettes

A 38 ans, l’an­cien at­ta­quant de l’OM est tou­jours à la re­cherche d’un club

20 Minutes (Marseille) - - Grand Marseille - Pro­pos re­cueillis par Jean Saint-Marc

Il ne veut ran­ger ni ses cram­pons, ni ses ban­de­lettes. A 38 ans, quand beau­coup de foot­bal­leurs ont dé­jà lâ­ché l’af­faire, Toifilou Maou­li­da, lui, conti­nue sa car­rière. En­fin es­saye.

Vous n’avez pas en­core trou­vé de club, ça vous in­quiète ?

Sep­tembre, c’est le mois char­nière pour les joueurs libres. Les clubs voient leurs be­soins, et ils peuvent faire de bonnes af­faires ! J’ai eu des pro­po­si­tions, des ap­pels plus ou moins exo­tiques, d’un club chi­nois ou d’un club sué­dois, par exemple. Je suis en con­tact avec des clubs de Na­tio­nal. Je me laisse le temps de la ré­flexion, je me vois bien en Ligue 2.

A 38 ans, ce n’est pas tout jeune… C’est un pa­ri pour un club !

Pas­sé 30 ans, on est cuit ? Bien sûr que non ! Un joueur d’ex­pé­rience peut ap­por­ter énor­mé­ment. ! Je n’ai ja­mais été bles­sé dans ma car­rière. Je suis af­fû­té! Et j’ai ce pe­tit truc, quand je signe dans un club, il se passe quelque chose. J’ai fait trois mon­tées, trois main­tiens im­pro­bables…

L’après car­rière vous fait peur ?

Je me suis pré­pa­ré, j’ai mon bre­vet d’en­traî­neur, le pre­mier de­gré. Mais tous les an­ciens que j’ai connus m’ont dit « tant que tu peux jouer, conti­nue, parce que quand tu ar­rêtes, ça fait un vrai manque ! » Moi, on ne m’ar­rê­te­ra pas, c’est moi qui dé­ci­de­rai ! Quand je ne pour­rai plus phy­si­que­ment.

Vous vous pré­pa­rez seul… Le bal­lon vous manque ?

A mon âge, le plus im­por­tant, c’est la pré­pa­ra­tion phy­sique ! Le bal­lon, ça ne s’ou­blie pas. Mar­quer des buts, c’est comme faire du vé­lo, ça re­vient très vite ! Là, j’en­vi­sage de de­man­der à m’en­traî­ner avec une ré­serve. Je suis res­té en bons termes avec mes an­ciens clubs dans la ré­gion, Nîmes, Mar­seille…

Vous pour­riez ve­nir ren­for­cer la ré­serve de l’OM ? (Il élude)

Le plus proche, c’est Nîmes ! Je ne veux pas dé­ran­ger, je vais voir quelles sont les pos­si­bi­li­tés, en at­ten­dant de trou­ver un club.

Jus­te­ment, vous êtes in­quiet pour votre an­cien club, en dé­but de crise ?

L’in­quié­tude, c’est un grand mot ! Il ne faut pas faire des bi­lans après cinq jour­nées. Les sup­por­ters sont en co­lère, c’est nor­mal. Mais je suis per­sua­dé qu’ils vont re­dres­ser la barre. Je pense que l’OM a une bonne équipe ! On ver­ra à la fin de sai­son, si Ru­di Gar­cia qua­li­fie l’OM pour la Ligue des cham­pions, on au­ra ou­blié tout ça.

Toifilou Maou­li­da garde une af­fec­tion par­ti­cu­lière pour l’OM.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.