Fê­tez le hip-hop et l’élec­tro

Le MMX ho­nore les mu­siques ac­tuelles sans re­nier le pas­sé

20 Minutes (Marseille) - - Grand Marseille - Adrien Max

Der­nier fes­ti­val mar­seillais à voir le jour, le Mar­seille Mu­sic Ex­pe­rience fes­ti­val est né de la fu­sion du fes­ti­val Acon­tra­luz et des soi­rées We Are To­ge­ther. Le ven­dre­di soir met­tra à l’hon­neur le hip-hop, le sa­me­di soir se­ra consa­cré à la mu­sique élec­tro­nique sur l’es­pla­nade du J4, avec le MuCEM comme voi­sin. En plus des pro­gram­ma­tions mu­si­cales noc­turnes, deux jours de confé­rences sont pro­gram­més ven­dre­di et sa­me­di, en jour­née, à la vil­la Gab. Une pro­gram­ma­tion à l’image de la ville, qui glisse tran­quille­ment vers les mu­siques élec­tro­niques, même si, his­to­ri­que­ment, le hip-hop reste l’ADN de Mar­seille.

Contre-culture

C’est jus­te­ment ce qu’évo­que­ront Kemm­ler, rap­peur mar­seillais de 27 ans, et Julien Val­net, au­teur de M.A.R.S his­toire et lé­gendes du hip-hop mar­seillais, lors de la confé­rence sur l’an­crage du hip-hop à Mar­seille. « On a été ber­cé par le rap mar­seillais dans notre en­fance, IAM, la Fon­ky Fa­mi­ly, Psy 4 de la rime. C’est eux qui nous ont don­né en­vie », ex­plique Kemm­ler. Mar­seille terre d’ins­pi­ra­tion, mais pas for­cé­ment terre d’éclo­sion. Dif­fi­cile d’émer­ger dans ce mi­lieu très fer­mé. « C’est plus fa­cile à Pa­ris parce qu’il y a beau­coup plus de struc­tures. Mais quand tu as per­cé à Mar­seille, ça t’ap­porte une cer­taine cré­di­bi­li­té pour la suite », pré­cise Kemm­ler. Pour Julien Val­net, cet an­crage très fort du hip-hop s’ex­plique par les in­fluences des an­nées 1980 : « Le funk et le reg­gae étaient très pré­sents à Mar­seille à l’époque et ce sont clai­re­ment les bases du hip-hop ». Sans ou­blier une forte ins­pi­ra­tion new-yor­kaise. Au­jourd’hui, la scène mar­seillaise fait plu­tôt émer­ger des ar­tistes de va­rié­tés, comme Jul, que des rap­peurs à l’an­cienne, sym­bole de la contre­cul­ture. Elle s’in­carne dé­sor­mais dans les mu­siques élec­tro­niques. « De­puis le 7 sep­tembre, on a or­ga­ni­sé des ani­ma­tions gra­tuites par­tout en ville pour que les oreilles des Mar­seillais s’ha­bi­tuent à cette mu­sique », ex­plique Do­mi­nique Le­na, l’un des or­ga­ni­sa­teurs. A n’en pas dou­ter, Mar­seille s’af­firme comme la nou­velle place forte des mu­siques élec­tro­niques, sans re­nier son pas­sé.

Dj Djel, de la Fon­ky Fa­mi­ly.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.