« La route est longue pour par­ve­nir à la dé­nu­cléa­ri­sa­tion »

L’ac­cord sur la dé­nu­cléa­ri­sa­tion de la Co­rée du Nord n’est pas si en­ga­geant que ce­la, es­time le spé­cia­liste An­toine Bon­daz

20 Minutes (Marseille) - - La Une - Pro­pos re­cueillis par Thi­baut Le Gal

La ren­contre, mar­di à Sin­ga­pour, entre Do­nald Trump et Kim Jong-un a abou­ti à la si­gna­ture d’un do­cu­ment dans le­quel le di­ri­geant nord-co­réen s’en­gage pour une « dé­nu­cléa­ri­sa­tion com­plète de la pé­nin­sule co­réenne». Une vic­toire pour le lo­ca­taire de la Mai­son-Blanche? «Il faut res­ter pru­dent», ré­pond An­toine Bon­daz, cher­cheur à la Fon­da­tion pour la re­cherche stra­té­gique, en­sei­gnant à Sciences po et spé­cia­liste de la Co­rée du Nord.

On parle d’un acte his­to­rique. Est-ce vrai­ment le cas ?

La ren­contre en elle-même l’est, mais la dé­cla­ra­tion, qui est po­li­tique et non tech­nique, est dé­ce­vante. Le do­cu­ment com­mun est beau­coup moins contrai­gnant et en­ga­geant que cer­tains ac­cords pas­sés. Il per­met tout de même de don­ner un cadre aux né­go­cia­tions fu­tures et as­sure à court terme une re­la­tive sta­bi­li­té dans la pé­nin­sule.

Do­nald Trump a as­su­ré que « le pro­ces­sus » de dé­nu­cléa­ri­sa­tion pour­rait com­men­cer « très ra­pi­de­ment »…

Il faut re­la­ti­vi­ser cette dé­cla­ra­tion. De­puis les an­nées 1990, la Co­rée du Nord a pris de nom­breux en­ga­ge­ments sur cette dé­nu­cléa­ri­sa­tion, comme en 1992 avec la Co­rée du Sud. La seule chose nou­velle, ici, est d’avoir ajou­té le mot «com­plète» à la dé­nu­cléa­ri­sa­tion, et de par­ler – c’est une conces­sion amé­ri­caine – de la dé­nu­cléa­ri­sa­tion com­plète de la Co­rée, et pas seule­ment celle du Nord. Ce qui ne se trouve pas dans l’ac­cord, en re­vanche, c’est que la dé­nu­cléa­ri­sa­tion doit être «vé­ri­fiable et ir­ré­ver­sible», seuls termes connus dans le cadre du Con­seil de sécurité de l’ONU [for­mule qui si­gni­fie l’aban­don des armes et l’ac­cep­ta­tion d’ins­pec­tions, une exi­gence amé­ri­caine avant la ren­contre].

Il y a en­core quelques mois, Do­nald Trump me­na­çait son ho­mo­logue nord-co­réen sur Twit­ter. Com­ment ex­pli­quer ces avan­cées ?

D’abord, la Co­rée du Sud a ser­vi d’in­ter­mé­diaire. Les Etats-Unis ont aus­si mis une pres­sion maxi­male, in­ci­tant la Co­rée du Nord à re­ve­nir à la table des né­go­cia­tions. Sur­tout, le pays a avan­cé son pro­gramme nu­cléaire et ba­lis­tique et a an­non­cé en no­vembre avoir com­plé­té ses forces nu­cléaires. Ce som­met per­met à Kim Jong-un d’ob­te­nir une sta­ture in­ter­na­tio­nale. Do­nald Trump, lui, montre qu’il est ca­pable de se dé­faire d’ac­cords conclus par ses pré­dé­ces­seurs, mais aus­si d’en si­gner de nou­veaux.

Fi­na­le­ment, la mé­thode Trump semble ef­fi­cace ?

On est dans la bonne di­rec­tion, mais on reste sur des dé­cla­ra­tions d’in­ten­tion. La route est en­core longue et si­nueuse pour par­ve­nir à la dé­nu­cléa­ri­sa­tion.

Kim Jong-un et Do­nald Trump se sont ren­con­trés mar­di à Sin­ga­pour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.