Une ré­in­dus­tria­li­sa­tion pro­gres­sive

20 Minutes (Marseille) - - Grand Marseille - M.C.

De­puis la fin du siècle der­nier, l’ac­ti­vi­té re­prend peu à peu sur ce site qui est de­ve­nu… un ga­rage pour ba­teaux de luxe. Fi­ni la construc­tion tou­te­fois : les chan­tiers na­vals se sont mués en une sorte d’im­mense centre de ré­pa­ra­tion pour les yachts de mil­liar­daires. La Cio­tat Shi­pyards, connue éga­le­ment sous le nom de Se­mi­dep, loue ses 34 hec­tares à des en­tre­prises spé­cia­li­sées, à l’image de Mo­na­co Ma­rine ou Com­po­si­te­works. Ces en­tre­prises sont char­gées de re­mettre les ba­teaux en marche. Comme une voi­ture, ces der­niers sont sou­mis à des contrôles ré­gu­liers, doivent su­bir des chan­ge­ments de mo­teur ou de simples coups de pein­ture. La fac­ture va alors de 3 à 5 mil­lions d’eu­ros pour une opé­ra­tion stan­dard, jus­qu’à 40 mil­lions d’eu­ros pour une ré­vi­sion com­plète. La so­cié­té pu­blique lo­cale, dont le ca­pi­tal est dé­te­nu ma­jo­ri­tai­re­ment par le con­seil dé­par­te­men­tal, af­fiche cette an­née des ré­sul­tats en­cou­ra­geants. En 2017, le chiffre d’af­faires de La Cio­tat Shi­pyards avoi­sine les 120 mil­lions d’eu­ros, por­teurs de 700 em­plois di­rects. « Nous vou­lons de­ve­nir le pre­mier pôle mon­dial de

re­fit, et nous avons la place sur le site pour ce­la », af­firme Pa­trick Bo­ré, qui est éga­le­ment maire LR de La Cio­tat et vice-pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal. La Cio­tat ac­cueille chaque an­née une cen­taine de yachts de plus de 50 m, soit 1/7e de la flotte mon­diale.

« Nous vou­lons de­ve­nir le pre­mier pôle mon­dial. » Pa­trick Bo­ré, pré­sident

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.