La fu­sion fait un gros pschitt

20 Minutes (Montpellier) - - Sports - Nicolas Ca­mus

Le peuple a été écou­té. Au terme d’une se­maine qui a mis le rugby fran-

çais en ébul­li­tion, les pré­si­dents du Ra­cing 92 et du Stade Fran­çais ont an­non­cé, di­manche, qu’ils re­non­çaient à leur pro­jet de fu­sion des deux clubs. « J’ai en­ten­du et com­pris les fortes ré­ti­cences sou­le­vées par ce beau pro­jet d’union, a écrit Ja­cky Lo­ren­zet­ti, le boss du Ra­cing. Les condi­tions, po­li­tiques, cultu­relles, hu­maines, spor­tives ne sont pas rem­plies. »

Fin de la grève

Les joueurs concer­nés – no­tam­ment ceux du Stade Fran­çais –, les di­ri­geants de la Fé­dé­ra­tion, les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales… Tous ont dit qu’ils étaient contre cette idée. Les ini­tia­teurs du pro­jet ont donc pré­fé­ré ar­rê­ter avant de se noyer. « Per­sonne n’avait en­vie de nous en­tendre, de nous écou­ter, a re­gret­té le pa­tron du club pa­ri­sien Tho­mas Sa­vare lors de “Stade 2”. On s’est ren­du compte qu’on ne pou­vait pas convaincre. » Mais « tout reste à faire pour es­sayer de sau­ver le club », in­dique Na­tha­lie Leh­mann, de l’as­so­cia­tion de sup­por­ters Le Vi­rage des Dieux. Tho­mas Sa­vare cherche en ef­fet tou­jours à se re­ti­rer du Stade Fran­çais. « Si un re­pre­neur se pré­sente avec un pro­jet concret et viable, je cé­de­rai le club », a-t-il af­fir­mé à Mi­di Olym­pique. Les réunions vont donc se mul­ti­plier ces pro­chaines se­maines, à tous les étages. Pen­dant ce temps-là, les joueurs vont re­tour­ner sur le ter­rain. Les Sta­distes ont an­non­cé, di­manche soir sur Ca­nal+, la fin de la grève qu’ils avaient en­ta­mée mar­di.

Ja­cky Lo­ren­zet­ti, le pa­tron du Ra­cing.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.