Le «moi, pré­sident» des cinq can­di­dats les mieux pla­cés

Les cinq fa­vo­ris des son­dages ont confron­té leurs idées sur TF1 et LCI, lun­di soir

20 Minutes (Montpellier) - - La Une - Co­ra­lie Lemke

Fran­çois Fillon, Be­noît Ha­mon, Ma­rine Le Pen, Em­ma­nuel Ma­cron et Jean-Luc Mé­len­chon ont par­ti­ci­pé au pre­mier dé­bat té­lé­vi­sé pré­si­den­tiel sur TF1 et LCI, lun­di soir. L’oc­ca­sion pour les cinq prin­ci­paux pré­ten­dants à l’Ely­sée de dé­fendre leur pro­gramme, mais aus­si de ré­pondre à la ques­tion, dé­sor­mais clas­sique : « Quel pré­sident vou­lez-vous être ? »

Des pa­roles et des tacles Pre­mier à prendre la pa­role, Fran­çois

Fillon s’est po­sé en ga­rant de la sé­cu­ri­té. « Je se­rai le pré­sident qui pro­té­ge­ra contre les désordres et vio­lences in­té­rieures et ex­té­rieures. » Pour ce­la, le re­pré­sen­tant des Ré­pu­bli­cains veut oeu­vrer pour « une ma­jo­ri­té co­hé­rente et stable », qu’il es­time être le seul à pou­voir se pré­va­loir.

Be­noît Ha­mon, après s’être fen­du d’un très pré­si­den­tiel « mes chers conci­toyennes, conci­toyens », en a pro­fi­té pour ta­cler Fran­çois Fillon. « Je se­rai un pré­sident hon­nête et juste, ce­la sup­pose d’être libre et in­dé­pen­dant par rap­port à l’argent et aux lob­bies », a af­fir­mé le can­di­dat PS. De l’autre cô­té du pla­teau, le can­di­dat d’En marche ! Em­ma­nuel Ma­cron ne s’est pas pri­vé de les re­mettre tous deux à leur place. « Ceux qui n’ont pas réus­si à ré­soudre les pro­blèmes d’hier n’y ar­ri­ve­ront pas de­main. »

Ma­rine Le Pen s’est en­vi­sa­gée comme la cheffe d’un Etat sor­ti de l’Eu­rope. « Je veux être la pré­si­dente de la Ré­pu­blique fran­çaise qui res­pecte l’ar­ticle 5 de la Cons­ti­tu­tion [le pré­sident « est le ga­rant de l’in­dé­pen­dance na­tio­nale »] qui n’as­pire pas à ad­mi­nis­trer une ré­gion de l’UE. » Et la can­di­date du Front na­tio­nal d’en­voyer une pique vers Ber­lin : « Je ne sou­haite pas être la vice-chan­ce­lière de Mme Mer­kel. »

Jean-Luc Mé­len­chon a conclu ce tour de table : « Je se­rai le der­nier pré­sident de la Ve Ré­pu­blique, car, si­tôt élu, je convo­que­rai une as­sem­blée consti­tuante et elle re­dé­fi­ni­ra les règles, ce se­ra la fin de la mo­nar­chie pré­si­den­tielle. » Le can­di­dat de La France in­sou­mise s’ima­gine en « pré­sident so­cial qui se donne pour but d’éra­di­quer la mi­sère » et de mieux par­ta­ger les ri­chesses.

Fillon, Ma­cron, Mé­len­chon, Le Pen et Ha­mon lors du dé­bat pré­si­den­tiel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.