Steve Man­dan­da a tra­vaillé son rôle de dou­blure

FOOT­BALL Le Mar­seillais de­vrait être ti­tu­laire face à l’Al­le­magne, ce mar­di

20 Minutes (Montpellier) - - La Une - De notre en­voyé spé­cial à Co­logne (Al­le­magne), Ni­co­las Ca­mus

Ça a été bref, mais le mo­ment de sin­cé­ri­té li­vré par Steve Man­dan­da, di­manche, va­lait son pe­sant d’or. In­ter­ro­gé sur son plai­sir de jouer face au pays de Galles et, sû­re­ment, face à l’Al­le­magne, ce mar­di, l’or­di­naire nu­mé­ro 2 des Bleus n’a pas eu re­cours à l’ha­bi­tuelle langue de bois : « Ça fait quelque temps que je prends du plai­sir en équipe de France. Plus qu’à une cer­taine époque, parce qu’il y avait cette frus­tra­tion d’avoir per­du la place de nu­mé­ro 1. »

Llo­ris lui est pas­sé de­vant

Steve Man­dan­da a de la chance. Il est ce­lui qui joue tout le temps. En­fin, en club. Avec les Bleus, ça fait bien­tôt une dé­cen­nie qu’il marche à l’ombre de Hu­go Llo­ris. Et qu’il réus­sit à être par­fait dans ce rôle, alors que ça bouillon­nait dans sa tête. Man­dan­da a un don, ce­lui de ne pas ca­cher ses re­grets tout en ap­por­tant un sa­cré coup de main au ti­tu­laire du poste. « Il [Llo­ris] mé­rite sa place, di­sait-il en 2010. Dans le jeu, je n’ai rien à lui en­vier, mais dans la ré­gu­la­ri­té des per­for­mances, il est de­vant moi. » Pour­tant, il lui est dé­jà ar­ri­vé de lâ­cher ses états d’âme. « C’est frus­trant d’être nu­mé­ro 2, de ne pas par­ti­ci­per di­rec­te­ment aux ren­contres, ex­pli­quait Steve Man­dan­da en 2014 à “Té­lé­foot”. Etre ca­pi­taine à l’OM et ar­ri­ver en sé­lec­tion pour se faire “pe­tit”, ce n’est pas évident. » D’au­tant que l’an­cien Ha­vrais avait, en 2008, un temps d’avance sur Llo­ris. Mais des pres­ta­tions sans re­lief lui ont va­lu d’être pla­cé sur le banc par Ray­mond Do­me­nech. Hu­go Llo­ris est ins­tal­lé en 2009 et ne lâ­che­ra plus ja­mais sa place. Man­dan­da a, de­puis, culti­vé l’art de la « pré­sence ef­fa­cée ». Ses 32 ans et son ex­pé­rience ra­tée en An­gle­terre, qui l’a écar­té un temps de la sé­lec­tion, l’aident à maî­tri­ser cette si­tua­tion. A l’écou­ter, il a ap­pris à gé­rer sa frus­tra­tion. Ce mar­di, il de­vrait ho­no­rer en Al­le­magne sa 26e sé­lec­tion. Et tant pis si c’est la 18e dans un match ami­cal.

Steve Man­dan­da ne compte que 25 sé­lec­tions avec l’équipe de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.