Mi­reille-Louise, 49 ans, se pré­pare à pas­ser le bac

Une mère de fa­mille ra­conte à « 20 Mi­nutes » com­ment elle se pré­pare à pas­ser le bac, à 49 ans

20 Minutes (Montpellier) - - GRAND MONTPELLIER - Del­phine Ban­caud

Trois mois pour ré­vi­ser le bac à… 49 ans, et de sur­croît par ses propres moyens. Une mis­sion im­pos­sible pour beau­coup, mais pas pour Mi­reilleLouise Ak­pa, qui pré­pare l’exa­men en sé­rie ES. Cette mère de deux en­fants qui ha­bite à Aix-en-Pro­vence a re­pris ses études ré­cem­ment. « C’est un dé­fi que je me lance, mais mes en­fants étant grands, je me suis dit que c’était le bon mo­ment, confie-t-elle. Et j’ai conscience que les mé­tiers per­met­tant de vivre de ma­nière dé­cente exigent un ni­veau bac+2. » Née en Côte d’Ivoire, Mi­reille-Louise Ak­pa a dû ar­rê­ter ses études en pre­mière. Elle a connu plu­sieurs vies pro­fes­sion­nelles : « J’ai été se­cré­taire, puis res­pon­sable de deux ma­ga­sins. J’ai en­suite ai­dé mon ma­ri à gé­rer son en­tre­prise. » En fé­vrier, elle a dé­cro­ché un BEP mé­tiers se­cré­ta­riat. Si elle ob­tient son bac, elle s’ins­cri­ra en BTS as­sis­tant de ma­na­ger à la ren­trée.

La vie ac­tive, un plus

Des pro­jets qui té­moignent bien de son dy­na­misme et de sa dé­ter­mi­na­tion. Pour au­tant, ré­vi­ser toute seule n’est pas la pa­na­cée. «J’au­rais bien ai­mé être épau­lée dans mon tra­vail, mais je n’avais plus le temps pour m’ins­crire à une pré­pa­ra­tion par cor­res­pon­dance ou à des cours du soir », com­mente-t-elle. Pour op­ti­mi­ser son rare temps de ré­vi­sions, Mi­reilleLouise Ak­pa a adop­té une mé­thode de tra­vail stricte : « A chaque fois, je ré­vise avec des an­nales, en es­sayant tou­jours d’al­ler à l’es­sen­tiel. Je lis plu­sieurs fois les cours pour mé­mo­ri­ser les no­tions les plus im­por­tantes. Et ça marche, car mon cer­veau n’est pas res­té long­temps en ja­chère ces der­nières an­nées », sou­rit-elle. La mère de fa­mille peut aus­si comp­ter sur le sou­tien de ses en­fants, et ses cours de vio­lon lui per­mettent de re­lâ­cher la pres­sion. A moins d’une se­maine du dé­but du bac, Mi­reille-Louise Ak­pa re­doute un peu de pas­ser l’épreuve de phi­lo (lun­di), mais elle a dé­jà pas­sé ses oraux d’an­glais et d’es­pa­gnol : « Ça s’est bien pas­sé, et l’exa­mi­na­trice d’es­pa­gnol a été très sur­prise quand je lui ai dit que je me suis ini­tiée à cette langue toute seule ces der­niers mois. » Loin de rou­gir de­vant les jeunes can­di­dats, elle a dé­cou­vert qu’elle avait un atout par rap­port à eux : « Je suis beau­coup moins stres­sée qu’eux. Mes ex­pé­riences pro­fes­sion­nelles m’ont ap­pris à me po­ser et à ne pas pa­ni­quer de­vant l’épreuve. » Elle est aus­si phi­lo­sophe par rap­port à ses fu­turs ré­sul­tats : « Je n’ai rien à perdre. Si je dé­croche mon bac, j’au­rai la fier­té de l’avoir réus­si en le pré­pa­rant à 49 ans et en au­to­di­dacte.» En 2016, le taux de réus­site au bac des can­di­dats de 30 ans ou plus était de 81,5 %.

Si Mi­reille-Louise Ak­pa ob­tient son exa­men, elle s’ins­cri­ra en BTS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.