So­pra­no fait ré­vi­ser Tha­lès et la phi­lo en chan­sons

Le rap­peur So­pra­no a en­re­gis­tré deux titres pour une ap­pli­ca­tion des­ti­née aux élèves

20 Minutes (Montpellier) - - GRAND MONTPELLIER - Pro­pos re­cueillis par Clio Wei­ckert

Que ce­lui qui ne s’est ja­mais ar­ra­ché les che­veux en ré­vi­sant ses le­çons lève le doigt. Une tor­ture que ne connaî­tront peut-être pas les élèves de de­main. L’ap­pli­ca­tion pour smart­phones Stu­dy­tracks, qui pro­pose « d’ap­prendre en écou­tant de la mu­sique», a fait ap­pel au rap­peur So­pra­no, qui a en­re­gis­tré deux titres : « Le Théo­rème de Tha­lès » pour les col­lé­giens et «Le Bon­heur en phi­lo» pour les ly­céens.

Pour­quoi avoir ac­cep­té ce pro­jet ?

Quand on m’a ex­pli­qué qu’on pre­nait des ar­tistes pour faire des cours en chan­sons, je me suis sou­ve­nu, quand j’étais pe­tit, que ma prof de fran­çais avait uti­li­sé un texte de MC So­laar pour nous ap­prendre les rimes, les alexan­drins, les oxy­mores… Ça m’a fait ai­mer les mots, et c’est de­ve­nu mon mé­tier. Le plus im­por­tant avec les jeunes, c’est de réus­sir à les in­té­res­ser. J’ai trou­vé que l’idée de Stu­dy­tracks était no­va­trice.

Cette ap­pli­ca­tion vous semble donc être un bon ou­til pé­da­go­gique ?

Beau­coup de pro­fes­seurs com­mencent à tra­vailler avec les nou­velles tech­no­lo­gies. Si tu as une ap­pli­ca­tion où un jeune ar­tiste que tu kiffes te donne des cours, bien sûr que tu vas sau­ter des­sus ! Les jeunes écoutent beau­coup de rap. Si un prof te fait écou­ter la mu­sique que tu aimes, tu te dis que ce prof est co­ol. Tu vas l’écou­ter et le res­pec­ter.

On a long­temps ac­cu­sé le rap d’égra­ti­gner la langue fran­çaise. Les men­ta­li­tés se­raient-elles en train de chan­ger ?

Les gens sont dans les cli­chés, ils ne grattent pas. Quand tu re­gardes bien, c’est de la poé­sie, mais aus­si des loupes sur notre so­cié­té. En com­pre­nant le rap, tu pour­rais stop­per tel­le­ment d’hé­mor­ra­gies. Et au-de­là

de ça, les rap­peurs font des images que les écri­vains ne font pas. Les rap­peurs aiment beau­coup la langue fran­çaise.

Quel oeil por­tez-vous sur le rap, vous qui évo­luez dans ce mi­lieu de­puis une ving­taine d’an­nées ?

Main­te­nant, tu peux écou­ter des mor­ceaux avec ta fa­mille, tes pa­rents, tes en­fants, tes amis : il y en a pour tous les goûts. Dans ce sens, c’est po­si­tif. Moi, je suis un an­cien, j’aime beau­coup les textes, j’aime ri­go­ler, j’aime quand il y a un double sens.

Que di­riez-vous à un jeune qui vou­drait se lan­cer dans le rap ?

Reste toi-même et fais la mu­sique que tu es.

Le mu­si­cien a créé un mor­ceau pour ré­vi­ser le théo­rème de Tha­lès.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.