« La lutte contre l’ho­mo­pho­bie, c’est im­por­tant »

Pa­trick Tim­sit est dans « Bai­sers ca­chés », ce mer­cre­di soir sur France 2

20 Minutes (Nantes) - - Grand Nantes - Pro­pos re­cueillis par Clio Wei­ckert

Al’oc­ca­sion de la Jour­née mon­diale contre l’ho­mo­pho­bie, France 2 se mo­bi­lise. Ce mer­cre­di à par­tir de 20 h 55, la chaîne or­ga­nise une grande soi­rée spé­ciale au­tour de la ques­tion de l’ho­mo­sexua­li­té et de l’ado­les­cence, avec la dif­fu­sion du té­lé­film Bai­sers ca­chés. Pa­trick Tim­sit y in­carne le père d’un ado­les­cent ho­mo­sexuel, mal­trai­té et har­ce­lé par les élèves de son ly­cée. L’ac­teur s’est confié à 20 Mi­nutes, par­te­naire de l’évé­ne­ment.

La lutte contre l’ho­mo­pho­bie est-elle un com­bat im­por­tant pour vous ?

C’est évi­dem­ment im­por­tant, comme tout com­bat contre l’ex­clu­sion. Ce té­lé­film est for­mi­dable, c’est une sorte de porte-dra­peau. Il parle de ces ados qui, à cause de leur ho­mo­sexua­li­té, se font re­je­ter par leurs propres fa­milles, mais aus­si de ces gens dé­pas­sés, à l’image de mon per­son­nage : un homme qui pa­nique quand son fils lui ap­prend son ho­mo­sexua­li­té, avant de se re­mettre dans le rôle du père qui pro­tège son fils.

Ce té­lé­film s’adresse donc au­tant aux pa­rents qu’aux ado­les­cents…

Ab­so­lu­ment, et si on ar­ri­vait au moins à faire avan­cer les men­ta­li­tés du côté de la fa­mille, ce­la évi­te­rait à des ados de se re­trou­ver dans une grande dé­tresse, dans ce sen­ti­ment d’ex­clu­sion, d’in­uti­li­té, de re­jet de la so­cié­té…

Pé­dale

De­puis votre rôle dans douce, en 1995, avez-vous le sen­ti­ment que les re­gards ont chan­gé sur l’ho­mo­sexua­li­té ?

Les choses avancent. Ce qui a pro­gres­sé, c’est peut-être qu’on peut le dire plus fa­ci­le­ment. J’ai re­çu de nom­breux té­moi­gnages après Pé­dale douce, no­tam­ment ce­lui d’un ado qui m’a ex­pli­qué qu’il avait pu faire part de son ho­mo­sexua­li­té à ses amis grâce au film. Mais les raille­ries et l’ex­clu­sion sont mal­heu­reu­se­ment tou­jours d’ac­tua­li­té. Les ac­teurs qui jouent les rôles de mon fils et de son copain (Bé­ran­ger An­ceaux et Jules Hou­plain), par exemple, ont su­bi pen­dant le tour­nage les re­gards, les sar­casmes des jeunes fi­gu­rants qui leur di­saient : « Comment tu peux jouer ça? », « Vous vous em­bras­sez? », « Mais c’est pas pos­sible, qu’estce qu’ils vont dire, tes pa­rents? » C’est sur le re­gard de l’autre qu’il faut ab­so­lu­ment tra­vailler.

Le père (Pa­trick Tim­sit) pa­nique quand son fils s’éprend d’un autre gar­çon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.