Fe­de­rer a bien les pieds sur terre

20 Minutes (Nantes) - - Sports - W. P.

Tout le monde rê­vait d’un af­fron­te­ment entre Ra­fael Na­dal et Ro­ger Fe­de­rer en fi­nale de Ro­land-Gar­ros, le 11 juin. Mal­heu­reu­se­ment, le Suisse en a dé­ci­dé au­tre­ment. Le vain­queur de l’Open d’Aus­tra­lie a choi­si de faire l’im­passe sur le tour­noi pa­ri­sien et, plus glo­ba­le­ment, sur toute la sai­son de terre bat­tue. Pas si éton­nant.

Prio­ri­té à Wim­ble­don

« C’est une de­mi-sur­prise. La force des grands cham­pions, c’est de se connaître par­fai­te­ment », ex­plique l’an­cien joueur Ar­naud Di Pas­quale. Avec le poids des an­nées (35 ans), l’an­cien n° 1 mon­dial a pré­fé­ré zap­per toute la sai­son sur ocre pour pré­ser­ver son or­ga­nisme. « La di­men­sion phy­sique est tel­le­ment im­por­tante sur cette sur­face. Na­dal peut s’y adap­ter en quelques jours, mais Fe­de­rer a be­soin de plu­sieurs se­maines », re­prend Di Pas­quale. Mais c’est sur­tout l’en­chaî­ne­ment Ro­landWim­ble­don qui pose pro­blème. « Si ar­bi­trage il doit y avoir entre les deux tour­nois, ce se­ra tou­jours à notre dé­tri­ment », se dé­sole l’ex-joueur. En ef­fet, seul un mois sé­pare les deux Grand Chelem, et le Suisse n’a au­cun in­té­rêt à se mettre bê­te­ment en dif­fi­cul­té, avant la sai­son sur son ter­rain de pré­di­lec­tion. « C’est un gars qui a une ges­tion mil­li­mé­trée de sa car­rière, Ce n’est pas une dé­ci­sion qu’il a prise à la lé­gère », ap­puie Fa­brice San­to­ro. Le consul­tant de beIN Sports pré­vient que le risque de ne plus voir Fe­de­rer à la Porte d’Au­teuil est réel. « Ce n’est que mon avis, mais hors tour­née d’adieux, c’est quelque chose qui se ré­pé­te­ra. »

Ro­ger Fe­de­rer ne se­ra pas à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.