Mi­nuit, l’heure du stream pour les ama­teurs de sé­ries

20 Minutes (Nantes) - - Culture - B. C.

Le dé­fi de l’homme mo­derne tient en une équa­tion : le rap­port « temps libre » ver­sus « nombre d’épi­sodes à re­gar­der AB­SO­LU­MENT ». La sai­son 6 d’« En­gre­nages » va dé­bu­ter; la sai­son 3 de « Nar­cos » s’est ache­vée ; on at­tend le re­tour de « The Af­fair »; « Wal­king Dead » n’est tou­jours pas mort… Heu­reu­se­ment, l’homme mo­derne pos­sède une arme re­dou­table à son ser­vice : la nuit. Pas­sé mi­nuit, quand les en­fants dorment et que les potes sont ren­trés chez eux pour « se re­po­ser », nous avons huit heures pour rat­tra­per tout ça. Ne niez pas, il y a eu des études sur le su­jet. Pour Netflix, 15 % du vi­sion­nage mon­dial se fait entre mi­nuit et 6 h du ma­tin. Sta­tis­ti­que­ment, sur une sai­son de 13 épi­sodes, vous en avez re­gar­dé au moins deux au mi­lieu de la nuit. D’après la pla­te­forme de strea­ming, les do­cu­men­taires ont par­ti­cu­liè­re­ment la cote chez les vi­sion­neurs noc­turnes.

Les fans ont mû­ri

Todd Yel­lin, vice-pré­sident pro­duit chez Netflix, est res­pon­sable de l’al­go­rithme de re­com­man­da­tion de la pla­te­forme (celle qui vous fait en­chaî­ner sur « The Kee­pers » quand vous avez fi­ni la sai­son 3 de « Far­go », pas de ré­pit pour les braves). Se­lon lui, « cette me­sure n’est pas si­gni­fiante. Il n’y a pas vrai­ment de genre de sé­rie ou de type de vi­sion­neur as­so­cié à la nuit. Vous pou­vez, à un mo­ment, être très at­ta­ché à une sé­rie et la re­gar­der pas­sé mi­nuit et, à un autre mo­ment, pas­ser plu­sieurs jours sans al­ler sur Netflix après 20 h et pro­fi­ter au­tre­ment de vos soi­rées. » Ar­ri­ver au bou­lot avec une mine de dé­ter­ré parce qu’on a ab­so­lu­ment vou­lu rat­tra­per la der­nière sai­son de « Wal­king Dead » avant l’ar­ri­vée de la nou­velle n’est donc pas une fa­ta­li­té. Se­lon une ré­cente étude du New York Times, les fans de sé­ries ont mû­ri ces der­nières an­nées et le binge wat­ching a re­cu­lé. Mieux, les adeptes du strea­ming se sont re­créé des prime time bien à eux, se­lon leurs ha­bi­tudes, et savent mieux se res­treindre. Main­te­nant, si votre prime time reste coin­cé entre mi­nuit et le le­ver du so­leil, on ne peut rien pour vous.

Pour Netflix, 15 % du vi­sion­nage mon­dial se fait entre mi­nuit et 6 h.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.