Il trace sa route grâce aux pan­neaux

L’ar­tiste Jinks Kunst ex­pose au châ­teau de la Go­bi­nière jus­qu’à fin mai.

20 Minutes (Nantes) - - GRAND NANTES - Ju­lie Ur­bach

« Je dé­coupe tous mes sti­ckers et mes po­choirs à la main, au cut­ter. » Jinks Kunst

Un pié­ton avec un sabre la­ser, un ska­teur qui saute un dos-d’âne, une femme qui prend son bain sur un sens in­ter­dit… Avez-vous dé­jà croi­sé ces drôles de pan­neaux ? Si oui, il y a de fortes chances que ce soit Jinks Kunst qui se cache der­rière. En douze ans, le street-ar­tist nan­tais de 42 ans en au­rait dé­jà cus­to­mi­sé 3 000 dans 23 pays dif­fé­rents. Mais de­puis le dé­but de la se­maine, plus be­soin de sillon­ner la France, le Cam­bodge ou la Grèce. Une cen­taine de ses créa­tions sont vi­sibles au châ­teau de la Go­bi­nière, à Or­vault. Si ce Suisse a mis le cap sur Nantes, c’est que son pays « était trop propre ». D’abord à fond dans le graf­fi­ti, il est en­suite « tom­bé dans le pan­neau » un peu par ha­sard, en ren­trant d’une ses­sion de skate. « Pour ne pas dé­té­rio­rer le mo­bi­lier avec un mar­queur, j’ai com­men­cé à dé­cou­per des sti­ckers, à la main avec un cut­ter, ex­plique Jinks. De­puis, je ne me dé­place ja­mais sans mon clas­seur. J’ai des Yo­da, des BMX… Je le fais pour m’amu­ser et pour faire sou­rire les gens. » A Nantes, Jinks Kunst avoue s’être un peu cal­mé de­puis la ré­cep­tion d’un cour­rier de la mai­rie, le me­na­çant d’une amende pour dé­gra­da­tion… Mais l’ar­tiste, qui re­çoit de nom­breuses com­mandes de pan­neaux, a d’autres tours dans son sac pour pra­ti­quer sa pas­sion pour le dé­cou­page. Dans l’ex­po­si­tion, de nom­breux por­traits d’en­fants ren­con­trés lors de ses voyages, ou de per­son­nages comme Jules Verne ou Nel­son Man­de­la sont à dé­cou­vrir. Tous ont été réa­li­sés au po­choir, ou plu­tôt aux po­choirs. En ef­fet, il en faut plu­sieurs pour rem­plir, à chaque fois, une nou­velle couche de cou­leur. « J’adore cette tech­nique car ça donne un ré­sul­tat très propre, hy­per pré­cis, sou­rit Jinks Kunst, qui ha­bite Re­zé. Sur­tout, je sur­kiffe la pre­mière phase, au cut­ter, où il faut jouer dans la fi­nesse. Je peux y pas­ser une ving­taine d’heures. » Par­mi ses autres tra­vaux mi­nu­tieux, un im­pres­sion­nant por­trait de Gains­bourg réa­li­sé grâce à filtres de ci­ga­rettes, im­bi­bés de pein­ture. Et pour sa pro­chaine réa­li­sa­tion, un énorme bac est à dis­po­si­tion des vi­si­teurs. « J’ai be­soin d’un maxi­mum de cap­sules. J’en ai dé­jà 70 kg mais ce n’est pas suf­fi­sant. L’ob­jec­tif est de réa­li­ser un grand ta­bleau. Il me faut un maxi­mum de cou­leurs ! »

Jinks Kunst a par­cou­ru de nom­breux pays pour cus­to­mi­ser les pan­neaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.